Accueil > Santé > Recherche/Sciences > Une neuroprothèse permet à un tétraplégique d’utiliser son bras
Bill Kochevar, un homme paraplégique, parvient à bouger son bras grâce à une neuroprothèse. © DR

Une neuroprothèse permet à un tétraplégique d’utiliser son bras

Grâce à un dispositif inédit, un Américain tétraplégique utilise de nouveau son bras pour manger et accomplir de petits mouvements.

Une prouesse médicale. Bill Kochevar, 56 ans, est tétraplégique depuis un accident de vélo survenu il y a dix ans. Blessé au niveau de la quatrième vertèbre cervicale, il souffre de paralysie à partir des épaules. Aujourd’hui, cet Américain peut de nouveau utiliser son bras et sa main droite. Cette avancée a été réalisée à Cleveland, aux États-Unis.

Comme le rapporte une étude publiée dans The Lancet, le 28 mars 2017, Bill Kochevar mange et boit avec son bras grâce à une neuroprothèse. Une avancée rendue possible avec deux boitiers fixés sur sa tête et 192 électrodes implantées dans son cerveau. Ces dernières enregistrent les signaux que sa matière grise envoie quand il imagine réaliser certains mouvements. Ce dispositif contourne la lésion de la colonne vertébrale.

Une méthode à exploiter

Les muscles reçoivent ensuite les instructions grâce à trente-six électrodes disposées dans son bras et son avant-bras. « À notre connaissance, c’est le premier exemple au monde d’une personne atteinte d’une paralysie totale, complète, utilisant directement la pensée pour déplacer le bras et la main pour effectuer des mouvements fonctionnels », a rapporté le coauteur de l’étude, Bolu Ajiboye, cité par l’AFP.

Les mouvements restent lents et imprécis. Si l’avancée est majeure, des progrès doivent encore être faits. Pour le moment, cette découverte ne peut pas être utilisée en dehors du laboratoire. Dans l’étude, les chercheurs pointent également certains obstacles comme le coût de la miniaturisation des dispositifs des neuroprothèses. Johanna Amselem

A propos de Johanna Amselem

Lire aussi

3e plan maladies rares : entre satisfaction et scepticisme

Le troisième plan national Maladies rares (PNMR3) a été annoncé mercredi 4 juillet 2018. Si …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *