Accueil > Vie affective et sexuelle > Assistance sexuelle : «Je veux m’éclater au lit.»
Lors de la formation de sept nouveaux assistants sexuels, certifiés le 15 juillet, Patricia a témoigné de ses besoins et de ses attentes.

Assistance sexuelle : «Je veux m’éclater au lit.»

À Paris, Patricia fait régulièrement appel à des assistants sexuels. « Sauvée » par de tels services, elle pointe aussi les limites d’une activité qu’elle juge trop intellectuelle. Elle a accepté de participer à la formation que les associations CH(s)OSE et Corps Solidaires viennent de délivrer à sept nouveaux professionnels. 

« Des papillons », « des feux d’artifice ». Depuis qu’elle a pour la première fois fait appel à une assistance sexuelle, il y a trois ans, Patricia connaît régulièrement ces sensations qui la rendent « heureuse, en confiance » et lui procurent « estime de soi ».

Souffrant d’arthrogrypose, elle ne bouge ni les bras ni les jambes, et bien que possédant une vie sociale, et une facilité à aller vers les autres, elle a fait le deuil d’une vie amoureuse. « Je ne me suis jamais fait draguer et avec mon handicap, je sais bien qu’il est inutile de croire au prince charmant. L’assistance sexuelle est pour moi le seul moyen de combler un manque affectif et charnel », confie la parisienne de 46 ans.

Pour sa première expérience, elle avait eu recours à une personne non formée, indiquée par le bouche à oreille. Puis elle avait fait appel à des travailleuses du sexe, et en 2015, elle avait aussi bénéficié d’une prestation dans le cadre d’une formation d’assistants sexuels organisée par l’association suisse Corps solidaires.

L’enjeu, selon Patricia : sauver des vies

Quand elle a appris qu’une nouvelle formation était donnée en 2016-2017, conjointement avec l’association CH(s)OSE, elle s’est à nouveau portée volontaire. La prestation, «  formidable », a eu lieu très récemment, avec une stagiaire femme, conformément à son inclinaison homosexuelle. De son parcours, de ses attentes, Patricia a également témoigné lors de la formation, devant tous les stagiaires. « Je voulais leur expliquer l’enjeu de l’assistance sexuelle : cela peut sauver des vies », explique-t-elle.

Pour elle, pouvoir identifier des professionnels dédiés et formés est nécessaire, car « les travailleurs du sexe n’y sont pas préparés, ne connaissent pas le handicap, ne sont pas habitués aux corps tordus ». Elle estime cependant que les différentes formations proposées par les associations présentent le même écueil : intellectualiser et cadrer à l’excès la pratique.

L’assistance sexuelle n’est pas un soin

« Les formateurs ont tellement peur que l’on se méprenne, en croyant au grand amour, qu’ils incitent les assistants à beaucoup verbaliser avant, pendant et après, et garder une certaine distance, regrette Patricia. Je sens qu’on les bride, alors que ce sont des personnes très libérées. Leur façon de nous parler rompt la spontanéité, et nous réduit encore une fois à des bénéficiaires de soins. C’est peut-être nécessaire pour certains, mais pas dans mon cas. Je sais très bien que ce n’est pas une relation amoureuse, mais j’ai besoin d’un lien, d’être connectée avec l’autre, sans que l’on décide de tout à l’avance. Les personnes valides ne le font pas. Je ne suis pas un objet. »

Elle qui cherche avant tout à « s’éclater au lit », en allant « jusqu’au bout » recommande, pour une prestation réussie, que l’assistant sexuel n’effectue pas le transfert du fauteuil au lit (elle le demande à son auxiliaire de vie juste avant), mais qu’il/elle se charge de la déshabiller, partie intégrante du plaisir procuré, avant que son auxiliaire de vie ne revienne la rhabiller. Des conditions qui participent également de sa dignité. Élise Descamps

A propos de Elise Descamps

Lire aussi

Fleuve noir : derrière le polar, les violences sexuelles envers les personnes handicapées mentales

Dans Fleuve noir d’Érick Zonca, à l’affiche depuis mercredi 18 juillet, il y a une …

37 commentaire

  1. C’est extraordinaire et merveilleux d’avoir le pouvoir de reveiller un corps meme handicapee et lui donner des sensations jusque la bloquees par une certaine pudeur. Redonner la vie a ces etres si courageux et si combatifs en leur faisant prendre conscience de leurs desirs et leur sensualite. C’est un reconfort, un confort et une reconnaissance de l’autre qui n’a pas de limites quand on possede le don d’aimer et de partager. With all my Love. Ginette

  2. C est certainement l occasion de faire de belle rencontre.Sans oublier les plaisir charnel.
    Je serait intéresser pour faire cette démarche

  3. Bjr l’équipe.

    Comment pourrais-je participer à une telle envie de connaitre ce qu’est l-amour et le plaisir des caresses , le plaisir tout court de la jouissance ? merci de me répondre

  4. Bonjour

    Je trouve cela extraordinaire et si pouvais aider, je le ferai.

    Steve

  5. Besoin d’une assistance sexuelle , étant atteint de la maladie de Charcot , je souhaite une femme qui puisse m’aider dans le domaine du plaisir, merci

  6. Bonjour, texte très touchant . J’aurais souhaité rancontrer des personnes qui on fait une formation voir des membres de la formation . Merci .

  7. life is beautifull

    bonjour,

    je peux accompagner des personnes en situation de handicap. je n’ai pas encore fait la formation mais il m’est arrivé d’accompagner des personnes âgées qui ne voulaient même pas de sexe, mais juste des caresses et des baisers.
    je travaillais dans le médical et une jeune femme de 40 ans, atteinte de sclérose en plaque, ayant des envies de suicides tant son physique avait été atteint, m’a fait prendre conscience de l’importance que cela pouvait vraiment avoir pour les demandeurs. au delà du sexe, au-delà d’un simple présence amicale.

  8. Bonjour Frédéric serais intéressé et très disponible si besoin contactez moi Cordialement

  9. Bonjour
    Je suis auxiliaire de vie depuis quelques années, j’aimerais être contacté par des aidant sexuel pour m’éclairer sur la formation pour la pratique de ce métier formidable.
    À bientôt

  10. bonjour a tous , ayant subit de lourde opération rénale depuis 2015 , toutes sensations sont restées intacts, plaisir ect sauf l’érection, le plaisir d’être toucher caresser est tellement important , malheureusement ma compagne ne veut plus le faire j’aimerais avoir contact avec des personnes qui seraient susceptible de communiquer avec moi

  11. Bonjour
    je serai intéressé pour accompagner des personnes agées en tant qu’assistant sexuel
    j’ai 68 ans donc l’age est en rapport

  12. Bonjour j ai 56 ans j aime partager douceur tendresse avec personnes âgées je souhaiterai participer en tant qu aidant à ces merveilleux projets
    A bientot de vous lire

  13. Bonsoir, je suis très touchée par tous vos commentaires et je soutiens à 100 % cette lutte. Je suis étudiante en droit de la santé et je rédige un exposé sur la sexualité et les handicapés. Pouvez vous m’aider svp ? Pourrais-je avoir d’autres témoignages afin de sensibiliser mes collègues sur les bienfaits de l’assistance sexuelle car ceux ci sont très sceptiques ?
    Cordialement

    • bonsoir,
      cette pratique est sans doute la seule possibilité de connaître la sexualité et ses bienfaits

    • bonjour,
      On s’intéresse aux personnes handicapées mais on oublie le cas des aidants qui ne peuvent que partiellement ou plus du tout avoir de vraies relations sexuelles avec leur compagne ou compagnon. Je pense que mon cas n’est pas isolé.
      Ma femme atteinte d’une atrophie multi système n’est plus à même d’avoir des rapports dans des conditions normales. De mari je me transforme en assistant sexuel mais moi-même je n’y trouve pas mon compte et j’aimerais parfois avoir des rapports normaux. En dehors de la prostitution, je ne vois pas comment obtenir une relation consentante.

  14. Bonjour il faudrait un forum d’échange avec des donneurs et des receveurs de service. Je suis donneur, contactez-moi.

  15. Bonjour, je suis Belge, et travaille depuis des années dans le médical. Je souhaiterais créer un service sur mesure afin d apporter aux personnes en detresse la merveilleuse aventure du desir charnel, en respectant le patient et bien entendu le pratiquant. Pour ce faire, j ai besoin
    De quelques temoignages de personnes de tous ages, en situation de handicap, tant mental, physique ou de peres âgées ainsi que de pratiquants. Pourriez vous m
    Y aider? 🙂

  16. Je pense que nous pouvos
    Tous nous aider. Le sexe est tabou, les lois mal
    Faites. Mais ce projet me tiens a coeur. N hesitez pas a me contacter par mail afin que je puisse etudier vos besoins, tant pour le receveurs que pour les donneurs.

    • Bonsoir Nathalie

      Je m’appelle Michel, 65 ans, juriste, 1m78, 70 kg. D’esprit très ouvert et tolérant, je suis très discret et ouvert au dialogue.

      Je suis Asperger. Depuis ma plus tendre adolescence j’ai été dans l’impossibilité d’approcher une femme étant incapable d’avoir une conversation simple et de franchir la barrière tactile. Candidat assuré à la virginité tardive, je n’ai pu rencontrer des femmes ou bien suite à l’intervention d’une tierce personne ou bien par la petite annonce.

      Je souhaiterais apprendre même là, sur le tard, le « secret » de cette démarche où bien, au moins, discuter avec quelqu’un comme vous à ce sujet pour vous apporter des informations la-dessus.

      Pour essayer de briser la glace je me permettrais de vous poser deux questions très simples:

      – Qui êtes vous?
      – Que pouvons-nous faire ensemble?

      Si vous avez envie de me répondre je vous propose de me contacter sur mon adresse mail.

      A bientôt… peut-être…

      Michel

  17. Bonjour a tous , je souhaite être donneur. Je trouve le projet très bienveillant et souhaite y participer. Je vous laisse le soin de me contacter. Amicalement a tous
    Julien

  18. Bidault Bernard-Noël

    Bonjour,

    J’ai le statut d’handicapé suite à l’ablation de la Prostate et à une Polymiosite ( perte des muscles). Depuis, je vais mieux. Je marche et conduis
    mon véhicule.
    Néanmoins, je souffre d’impuissance malgré quelques piqûres qui n’ont que très peu d’effet. De plus, j’habite Brest en Bretagne. Dans votre relationnel, peut-être avez-vous des contacts qui pourraient m’aider. Je sais que la France ne reconnait pas cette profession.
    Je suis à l’écoute de vos conseils.
    Cordialement

  19. Bonjour à tous
    Je suis intéressé par le projet
    Je trouve ça formidable d’assister des personnes en situation de handicap dans cette démarche
    Pourriez vous me donner plus d’information
    Quelles sont les démarches à faire ?
    Merci de me contacter ou de me répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *