Accessibilité : Mobalib, la petite appli qui rêve d’être grande

Publié le 23 août 2017 par Franck Seuret

Sur Mobalib, les utilisateurs handicapés peuvent recommander lieux accessibles et professionnels du handicap. La start-up qui a créé cette appli veut également développer une fonction itinéraires accessibles et un réseau social.

Et une application de plus pour les personnes handicapées, une ! Collaborative comme les applis qui l’ont précédée, mais avec ses particularités, comme toutes les autres. Mobalib a été lancée en juin. Dix-huit mois après I wheel share, le dernier venu ; sept ans après Jaccede, le pionnier (voir encadré). Sur le papier, Johnatan Dupire, son fondateur atteint d’infirmité motrice cérébrale, voit grand. Ce sera « le 1er outil numérique collaboratif permettant aux personnes en situation de handicap et à leur famille de trouver gratuitement toutes les informations dont elles ont besoin au quotidien », promet-il.

Recommandations réservées aux personnes handicapées

À la différence des autres applications, Mobalib ne permet pas seulement de recenser des lieux accessibles. Les utilisateurs peuvent aussi recommander, et donc permettre à d’autres de trouver, des prestataires de service (vendeur de matériel médical, etc.) ou des professionnels de santé (kiné, etc.). « Ils pourront seulement y partager leurs expériences positives », précise Johnatan Dupire. Et seules les personnes ayant déclaré être en situation de handicap auront le droit de déposer des recommandations.

Une base de données et un réseau social

La start-up souhaite proposer d’autres fonctionnalités. Entre autres, donner aux utilisateurs la possibilité d’échanger entre eux, comme sur n’importe quel réseau social. « Ce sera pour 2018. »

Un trajet accessible en transports en commun

Surtout, Jonathan Dupire veut permettre à ses membres de trouver le meilleur trajet accessible entre deux points, via les transports en commun. Alors que Google Maps indique l’itinéraire le plus rapide, Mobalib, lui, indiquerait le plus accessible, sur la base des recommandations des utilisateurs.

Pour que cet outil soit opérationnel, il faudrait toutefois qu’un grand nombre de personnes y collaborent. « Nous allons le tester dans les prochains mois, assure Johnatan Dupire. Pour améliorer son efficacité, nous envisageons aussi d’intégrer des données fournies par les opérateurs de transports comme la SNCF, qui seraient croisées avec les expériences vécues. »

Informations réduites au minimum

De grandes ambitions… dont il faut attendre la concrétisation. Le lancement a eu lieu en juin dernier, mais l’appli pour mobile ne devrait être disponible qu’en octobre. Pour l’instant, il faut se contenter d’un site qui ne compte qu’une trentaine d’adresses. Que des restaurants en Gironde – la start-up est basée à Bordeaux – sur lesquels les infos sont limitées au strict minimum. Vivement que Mobalib grandisse. Franck Seuret

D’autres outils collaboratifs

– Jaccede : ce site et ses applis recensent les lieux accessibles sur lesquels les utilisateurs ont partagé des données techniques (largeur de l’entrée, etc.) et des avis. Le plus riche en adresses.

– I Wheel share : cette application pour téléphones mobiles et tablettes permet aux personnes en situation de handicap de partager leur expérience, positive ou négative, sur l’accessibilité d’un lieu ou d’une activité.

– wheelmap.org : cette carte interactive veut  répertorier les lieux publics accessibles aux utilisateurs de fauteuil roulant partout dans le monde. Mais peu de sites sont renseignés en France.

Comment 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *