Accueil > Vie affective et sexuelle > Accompagnement sensuel et sexuel : une demande en hausse
L'association pour la promotion de l'accompagnement sexuel vient de lancer une nouvelle campagne de communication. © Appas

Accompagnement sensuel et sexuel : une demande en hausse

Près de 300 demandes d’accompagnement sexuel sont arrivées à l’Appas en 2016, soit près du double de l’année précédente. Le profil reste celui d’un homme jeune, vivant seul à domicile.

La demande d’accompagnement sexuel et sensuel existe et se développe. C’est le constat que renouvelle l’Appas (Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel), un des principaux acteurs de mise en relation dans ce domaine en France. Un constat établi dans sa récente étude analysant les demandes qu’elle a reçues via son site internet en 2016. Elles s’élèvent à 297 cette année-là, contre 180 en 2015, mais toutes n’ont pas pu avoir une issue favorable.

Des demandes venant de toute la France

Si les mails viennent d’abord du Grand Est (l’Appas est basée en Alsace, où elle organise ses formations) et de région parisienne, l’origine géographique des sollicitations, avec toutes les régions représentées, montre combien l’association est désormais connue sur toute la France. Notamment via ses campagnes de communication et participations à des colloques. La démarche n’est pas non plus clivante entre générations : toutes les tranches d’âges sont demandeuses, avec une moyenne de 40 ans et un pic entre 26 et 35 ans.

Il existe cependant un profil type. Le demandeur est d’abord un homme, avec un handicap moteur, vivant seul chez lui. Que les femmes ne soient à l’origine que de 5,3 % des demandes inspire à l’Appas cette réflexion : « Serions-nous conditionnés culturellement pour considérer les envies féminines comme moins importantes ? »

Les institutions en retrait

La vie indépendante offrirait, elle, sans doute, « une plus grande liberté pour formuler une telle demande mais aussi pour la rendre concrète, dans le respect de l’intimité ». L’association ne s’en satisfait pas, voyant « le travail qu’il reste à réaliser » avec institutions et familles. « La vie en colocation peut également complexifier la possibilité de bénéficier d’un accompagnement sexuel et/ou sensuel à domicile pour des raisons de discrétion. »

L’acte sexuel complet n’est pas systématiquement recherché par les demandeurs, à l’image de ce trentenaire, myopathe : « L’accompagnement sexuel pourrait au début se borner à des caresses et massages pour reprendre confiance en mon corps ».

Dans 7 % des cas, l’Appas est sollicitée par une personne tierce (parent, institution…). « Mon frère est déprimé et après consultation avec son psychologue il nous a bien fait comprendre qu’il avait besoin de connaître l’amour et le sexe avant de mourir », indique ainsi la sœur de Patrick, 52 ans. Élise Descamps

A propos de Elise Descamps

Elise Descamps
Journaliste société, un pied dans le Grand Est, le cœur au plus près de ceux qu’elle interroge.

Lire aussi

L’amour plus fort que la cérébrolésion, au coeur du film Bonhomme

Dans Bonhomme, sorti en salles mercredi 29 août, la réalisatrice Marion Vernoux campe un jeune …

8 commentaire

  1. Avatar

    Votre commentaire est en attente de modération.
    Bah voilà, pourquoi on ne desocialise pas mon AAAh parceque mon compagnon est valide et que je ne suis plus ? Quel rapport ?… vous expliquez, et croyez moi de manière très claire, simple…il est avantageux que deux Invalides soient d’un même foyer fiscal. C’est un peu une vision pécuniaire cher au gouvernement et moralement discutable, dans une ambiance de dame patronesse.c’est au parlement que cela doit s’inscrire… et ça c’est loin des besoins de la majorité… jusqu’au jour.

  2. Avatar

    Très bien votre site.cordialement

  3. Avatar

    Bonjour, Mon fils agé de 46 ans a été victime d’un AVC en octobre 2006. Il est à ce jour en APHASIE TOTALE et HEMIPLEGIQUE DU COTE DROIT. Il vit seul et s’assume dans son appartement. Mais il a un grand vide affectif. Comment lui venir en aide pour combler ce vide affectif ??? Avez-vous des solutions pour lui venir en aide.

  4. Avatar

    Etant en situation de handicap, non pas physiquement parlant, bien qu’ayant un petit soucis de santé, mon handicap faisant partie de type dit psychologique ou psychique, je suis sous mesure de curatelle renforcée et travail à titre de salarié ouvrier, en entreprise dit « ESAT ». En ce moment, je me trouve en essaie de vie de couple avec une femme, elle même sous mesure de curatelle, celle ci ayant peine à vouloir partager entre nous, des activités sexuelles, je me questionne alors, déjà de savoir si je vais poursuivre avec elle ma relation du fait de la complexité comportementale de cette femme, plutôt saute d’humeur, caractérielle, indécise, parfois même agressive, impossible de discuter car elle s’y refuse et j’en passe…. Dés lors
    où je devrais stopper, voir mettre fin à notre relation, me retrouvant alors seul, quels recours dans ma situation de handicap psychique ou psychologique, me serait il possible de bénéficier, afin de pouvoir prétendre à droits d’assistanat intime sexuel ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial