Accueil > Arrêt sur la toile > La justice confirme l’arrêt des soins d’Inès, adolescente en état végétatif persistant
Les parents d’Inès se réservent le droit de saisir la Cour européenne des droits de l'homme.
Inès, 14 ans, est atteinte d’une maladie neuromusculaire auto-immune. À la suite d’une crise cardiaque, elle est hospitalisée depuis juin au CHRU de Nancy .

La justice confirme l’arrêt des soins d’Inès, adolescente en état végétatif persistant

Le Tribunal administratif de Nancy a donné raison aux médecins hospitaliers qui souhaitent arrêter les soins d’Inès. Depuis juin, cette adolescente est plongée dans un état végétatif persistant. Ses parents s’opposent à cette décision de justice.

Une autre affaire Vincent Lambert en puissance ? La justice administrative a donné raison, le jeudi 7 décembre, à l’Hôpital universitaire (CHRU) de Nancy qui souhaite laisser mourir Inès. Cette adolescente de 14 ans est atteinte d’une maladie neuromusculaire auto-immune. À la suite d’une crise cardiaque, elle est hospitalisée depuis juin au CHRU de Nancy dans un état végétatif persistant. Mais ses parents ne souhaitent pas l’arrêt des soins de leur fille en vie car « ils veulent croire en une guérison ».

Pas de décision rapide de l’arrêt des soins

D’après leur avocat, les parents d’Inès se disent persuadés que leur fille est encore capable de certains mouvements volontaires. Selon les médecins du CHRU de Nancy, ces mouvements ne sont que des réflexes. Une différence d’appréciation qui, là aussi, rappelle le cas Lambert.

Les avis de trois experts, mandatés par le tribunal administratif, confortent pourtant la position médicale. En effet, ils estiment bien qu’Inès est plongée dans un état végétatif persistant et qu’elle « n’a pas et n’aura plus jamais la capacité d’établir le moindre contact avec ses proches ».

Comme le rappelle l’avocat de l’Hôpital de Nancy, « la loi interdit aux médecins toute obstination déraisonnable ». Pour les parents d’Inès, « la question juridique est de savoir si on peut passer outre l’autorité parentale pour arrêter les soins sur une mineure ».
Face à une situation aussi délicate et douloureuse, le CHRU de Nancy a indiqué qu’il ne prendrait aucune décision hâtive. Ainsi, avant l’arrêt des soins, l’hôpital attendra un éventuel arrêt du Conseil d’État. Signalé par O. Clot-Faybesse

À lire sur Sciences et Avenir.fr

A propos de Olivier Clot-Faybesse

Lire aussi

En Bourgogne, des robots de téléprésence travaillent avec les étudiants handicapés

À l’Université de Bourgogne, l’équipe du campus numérique propose à des étudiants handicapés de suivre …

3 commentaire

  1. je ne comprends pas que les parents de cette jeune fille préfère regarder leur enfant en état végétatif depuis des mois, plutot que faire leur deuil. Des psychologues qualifiés devraient aider ces parents a accepter la mort de leur enfant. Car malheureusement meme si elle vit, ce sera un légume. Horrible, a ne pas souhaiter meme a son pire ennemi. prenez le temps d’aider ses parents a franchir ce pas.

  2. Oui parfois la mort ds ce monde est préférable pour une vie meilleure ailleurs ! Ici rien de bien ne sera pour cette personne même si un réveil arrivait il ne serait pas miraculeux et elle souffrirait et vous n’auriez qu’à en prendre la violence derrière . Vous voudriez alors la tuer et serait puni de ce crime … donc laissez donc partir cette enfant voir les dieux et pensez qu’elle vs en remercie milles fois d’avances ! Vive un handicapé lourds est compliqués et parfois la vie ne mérite pas tant de sacrifices humains ! Courage et arrêtez de croire que vos avocats ont raisons ils sont là pour gager du fric ne l’oubliez pas ! Les médecins en gagnent assez par contre il ne sont pas là pour le dépenser inutilement car ils y a tant à payer et à sauver !!! Donc si j’etais L’hopital Je me serait déjà retourné contre la famille pour payer l’integralite Des dépenses de santés qu’engendre la garde de cette fille … c de l’ordre de 6000€/j donc arrêtez de croire qu’elle vaut 3 millions a 14 ans … il faut savoir être pragmatique ! Mourrir fait mal et oui … vivre en santé fragile aussi… vivre en légume ce n’est pas humain je vs l’assure Un gd H ! Donc un moment l’argent doit intervenir comme facteur et dire c’est bon on a assez investi et donne de temps pour revenir …. et la 6 moise long ! C pas un Schumascher riche qui peut s’offrir 40ans de bioéthique pour espérer voir son cerveau greffé dans un corps jeune ou autre … mais lui il paye lui ou du moins sa famille pour lui !
    Donc assumez la malchance et tournez la page ou payer ce que la société n’a pas à payer à jamais.
    Des soins mineurs a 100€/mois se voient refuser l’autorisation de prescription donc imaginez les bonds que l’ont fait a lire de telles mesquineries ! Les avocats qui conseils cette familles devraient se voir condamnés au paiement des dépends en cas de défauts en jugement , à 75% des factures de l’hopital Pour éviter d’influàcer D parents ds des combats inutiles et vains ! Vs perdrez d’avances vos énergies et dev d troubles de demain …
    réfléchissez y avant de m’insuster ! La vie = la mort … c’est le principe de base de l’homme . Savoir mourir est savoir vivre … s’accrocher à la vie est être mort dès le départ !

  3. Je ne suis pas d’accord avec vous, quand on n’a pas vécu cette situation on ne peut pas comprendre, mon père avait 99,9% de chances de mourir et on m’a dit qu’il resterait légume et finalement il se remet petit à petit et donne des signes de conscience, pourquoi au bout de 6 mois arrêté? C’est beaucoup trop tôt pour ma part le temps et l’amour des proches aide à la guérison et condamner quelqu’un ainsi au bout de si peu de temps me parait irraisonnable et injuste. Il a été prouvée que des patients en États végétatifs entendent et perçoivent leurs entourages, ils sont prisonniers de leurs corps. Donc cette gamine est peut être très consciente de ce qui se passe autour d’elle sans pour autant pouvoir le prouver à qui que ce soit. Horrible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *