Accueil > Emploi > Le nombre de demandeurs d’emploi handicapés passe la barre des 500 000
Le nombre de travailleurs handicapés inscrits à Pôle emploi est quasiment deux fois plus élevé que fin 2010. ©Alainalele

Le nombre de demandeurs d’emploi handicapés passe la barre des 500 000

Entre septembre 2016 et septembre 2017, le nombre de demandeurs d’emploi en situation de handicap a augmenté presque deux fois plus vite que celui de l’ensemble des chômeurs. Il a atteint un nouveau niveau record.

Un cap symbolique vient d’être franchi. En septembre 2017, la France comptait plus de 500 000 demandeurs d’emploi handicapés, selon les données que vient de rendre publiques l’Agefiph. Soit 100 000 de plus qu’il y a quatre ans. Et quasiment deux fois plus que fin 2010. Ces statistiques portent sur les catégories de chômeurs, A, B et C, pour la France entière.

8,5 % des demandeurs d’emploi sont en situation de handicap

Certes, le marché national de l’emploi continue de se dégrader. Mais le nombre de travailleurs handicapés inscrits à Pôle emploi augmente beaucoup plus vite (+4,2 % sur un an) que celui de l’ensemble des demandeurs d’emploi (+2,4 %). Et le rythme s’accélère. Aujourd’hui, plus d’un chômeur sur douze est en situation de handicap.

Forte augmentation du nombre de travailleurs reconnus handicapés

Les chômeurs en situation de handicap pâtissent de la morosité économique, comme l’ensemble de la population active. Mais l’explosion de leur nombre est également due à la forte augmentation du nombre de travailleurs reconnus handicapés. En 2015, dernière année pour laquelle les statistiques sont disponibles, 2,7 millions de personnes âgées de 15 à 64 ans avaient une reconnaissance administrative de leur handicap. 300 000 de plus qu’en 2013. Une des conséquences, entre autres, du vieillissement de la population et de l’intensification des conditions de travail.

Les demandeurs d’emploi handicapés sont inscrits en moyenne depuis 801 jours (deux ans et 20 jours) à Pôle emploi.

Des chômeurs plus âgés et moins formés

Les demandeurs d’emploi handicapés sont plus âgés. 48 % ont au moins 50 ans (25 % tous publics confondus). Ils sont aussi moins formés. 25 % (contre 17 %) ont un niveau inférieur au CAP et 27 % seulement (contre 46 %) ont le bac ou plus. Ils peinent donc à trouver ou retrouver une place sur le marché du travail. Franck Seuret

A propos de Franck Seuret

Lire aussi

Discrimination au travail : près d’une femme handicapée sur deux en est victime

La 11e édition du baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi, à l’initiative du …

4 commentaire

  1. Lorsque j’étais directeur au sein d’une entreprise importante, certains collègues cadres sup. et même le DRH, malgré un avantage financier, étaient réticents, (sous divers prétextes) à l’embauche d’un salarié handicapé. Cela devrait être obligatoire sur la base d’un pourcentage de la masse salariale.

  2. mon fils reconnu travailleur handicapé , vient de terminer un apprentissage de 3 ans avec à la clé l obtention d un bac pro avec mention. au terme de ces 3 années l’ administration qui l a accueilli pour son apprentissage ne l a pourtant pas embauché préférant reprendre des apprentis. cette même administration a pourtant signé une convention avec l Agefiph .Inutile de vous préciser qu en début de parcours, une personne bien attentionnée avait précisé qu aucun emploi ne serait proposé à l issu de l apprentissage qui , je cite ; est une main d oeuvre qui ne coute pas cher !!! !!!

  3. je suis reconnu travailleur handicapé de 1979 à 1984
    et de 2017 à 2022 (amputations à l’âge de 16 ans) et dispose d’un travail dans une collectivité territoriale. J’ai assez d’annuités pour un départ anticipé à la retraite. Mais faute de justificatifs pour la période entre 1984 et 2017 l’administration me refuse le départ anticipé. Bien entendu, si j’étais amputé en 1984 et en 2017, je l’étais aussi dans l’intervalle. Mais l’administration se réfugie derrière des circulaires absurdes. De plus en plus d’handicapés à la recherche d’un travail et ceux qui pourrait laisser la place sont bloqués.
    Madame la Ministre, Monsieur le Président de la République, il y a un gros chantier à mener dans ce domaine !

  4. Travaillant en milieu hospitalier depuis 1986, on m’a refusé l’accès à un poste de soignant du fait de mon handicape auditif, bien que cela ne me pose pas problèmes. On a maquillé le refus de me titulariser en prétextant des fautes que je n’ai pas comises ainsi que des lacunes inexistantes, juste parce qu’on ne voulais pas d’handicapé dans l’établissement, mais on m’a fait travailler un maximum, dr sorte a avoir des problèmes de santé. Puis me refusant le reclassement dans un emploi adapté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *