Accueil > Vie Sociale > Handicap : sensibilisation 2.0
« Dans le métro, j’avais très peur de coincer la roue entre le quai et le wagon, de tomber… J’ai trouvé que ce n’était pas adapté », dixit Angie maman 2.0, youtubeuse valide qui avec l’association Kondor sensibilise au handicap sur le Web. © Capture d’écran

Handicap : sensibilisation 2.0

Et si les réseaux sociaux devenaient un des meilleurs moyens d’amener le grand public à porter un autre regard sur le handicap ? C’est le pari qu’ont fait la youtubeuse Angie maman 2.0 et l’association Kondor. Elles ont réalisé une fiction et un reportage, tous deux récemment mis en ligne.

Elle a près de 465 000 abonnés et elle s’est prêtée au jeu de la sensibilisation au handicap. Elle, c’est Angie maman 2.0, 34 ans, youtubeuse de la région lyonnaise. Ses vidéos humoristiques,  souvent des fictions, traitent de la vie de famille et des enfants. Des sujets connus puisqu’elle a été, deux ans, conseillère familiale et conjugale.

Le 8 mars dernier, à l’invitation de l’association Kondor, elle s’est mise en situation de handicap, à Lyon. Objectif : réaliser des défis que les membres de l’association bretonne, voulant notamment sensibiliser au handicap de façon ludique et moderne, avaient imaginés pour elle.

« Dans le métro, prendre un ticket déjà c’est compliqué. »

Ainsi, elle a dû prendre le métro , aller au musée, trouver un restaurant accessible. Missions accomplies… au prix de gros efforts. « Dans le métro, j’avais très peur de coincer la roue entre le quai et le wagon, de tomber… J’ai trouvé que ce n’était pas adapté. Pour prendre un ticket déjà, c’est compliqué : l’écran est incliné, on ne voit rien ! Et la fente où insérer la carte est bien trop haute ! »

Puis quelques déconvenues au Musée des Beaux-Arts : « Il a fallu tourner autour du bâtiment pour dénicher l’accès handicapés. Et je me suis retrouvée dans une pente sans pouvoir appuyer sur le bouton de l’interphone… » De plus, difficile de repérer les toilettes. Cependant, choisir un restaurant en se géolocalisant sur lafourchette.com puis en téléphonant pour vérifier l’accessibilité et réserver ont été plus facile.

Déjà des milliers de vues

Trois heures et demie plus tard, Angie maman 2.0 en avait « plein les pattes ». Aussi, cette expérience lui a fait toucher du doigt quelque chose qu’elle ne soupçonnait pas. En effet, « tout prend beaucoup plus de temps et il faut beaucoup anticiper, ce qui n’est pas dans mes habitudes. » Mais elle a pu aussi se réjouir : « La bienveillance des Lyonnais m’a frappée. Beaucoup de gens m’ont aidée, notamment dans le métro. »

La jeune femme a donc le sentiment d’avoir beaucoup appris en cette journée. « Je ne regarderai plus la ville de la même façon maintenant que j’ai vécu de l’intérieur ce que peut connaître une personne handicapée. Et j’espère que mes abonnés feront de même. » Ils l’ont entendue. Ses vidéos sur le handicap comptabilisent d’ailleurs déjà des milliers de vues.

« Nous voulons communiquer de façon ludique. »

Trois questions à Oksana Brard, présidente de l’association Kondor

Faireface.fr : Quel objectif poursuiviez-vous en proposant ces défis à une youtubeuse ?

Oksana Brard : Nous voulons sensibiliser un public non concerné par le handicap. Nous voulions donc témoigner de nos difficultés même si, moi qui l’accompagnais, j’ai trouvé Lyon plutôt accessible et les défis proposés faciles ! Pour elle, cela l’était nettement moins.

Nous voulons porter une image nouvelle et dynamique et communiquer de façon ludique. D’ailleurs, outre le reportage, avec Angie 2.0, nous avons travaillé sur Hugo une nouvelle élève bizarre à l’école.

Faireface.fr : Quelles actions menez-vous en direction des personnes handicapées ?

O.B : Nous avons lancé l’association avec ma sœur en 2016. Objectif ? Fournir un guide pratique sur Internet pour les personnes à mobilité réduite, pas seulement celles qui ont un handicap, et qui veulent voyager. Nous réalisons des carnets de voyage et proposons des adresses, bons plans, en France et à l’étranger.

Une application est en développement pour que ces adresses soient encore plus facilement accessibles et pour que tout le monde puisse en ajouter.

Faireface.fr : Et outre vos activités sur Internet ?

O.B : Nous tentons de faciliter la participation aux loisirs, en travaillant avec des établissements scolaires ou des centres de rééducation fonctionnelle. Nous organisons, par exemple, le 26 avril une journée avec Aviation sans frontières, pour offrir à des enfants un baptême de l’air.

 

 

A propos de Sophie Massieu

Lire aussi

À Saint-Victoret, la mairie s’assoit sur l’accessibilité

Dans les Bouches-du-Rhône, une association dénonce la suppression des places pour les personnes à mobilité …

4 commentaire

  1. C’est exactement la même chose à Paris.14 lignes de métro 13 totalement inaccessibles et tous les bus dans Paris intra-muros

    • Je désire comprendre le commentaire de Le Calvez: la situation du métro est bien connue, mais l’affirmation qu’aucun bus intra-muros serait accessible m’étonne beaucoup. Qui désire éclairer ma lanterne?

  2. Les bus souvent les rampes en panne ou alors.le chauffeur ne sait pas s en servir ou d autre qui ne souhaite pas perdre du temps sur le parcourt et qui donc qui refermé les porte et fuit
    Tout c’est du déjà vécu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *