Accueil > Ressources > Des pâtes et des tracts contre la pauvreté des personnes handicapées
Fumigènes, banderoles... : les manifestants devant la préfecture du Puy-de-Dôme ont dit stop à la pauvreté des personnes handicapées. © DR

Des pâtes et des tracts contre la pauvreté des personnes handicapées

Plusieurs délégations de l’APF ont mobilisé leurs militants, jeudi 29 mars, pour manifester contre la faiblesse des ressources des personnes en situation de handicap. Le point d’orgue d’une semaine nationale orchestrée par l’association.

Les manifestants ont campé devant la préfecture du Puy-de-Dôme pendant que trois représentantes de l’APF y étaient reçues. © DR

Dix kilos de pâtes. Les trois représentantes de l’APF avaient apporté un cadeau symbolique au préfet du Puy-de-Dôme. « L’équivalent de la consommation mensuelle d’un allocataire de l’AAH que la faiblesse de ses ressources condamne à se nourrir de nouilles », explicite Sandrine Raynal. La directrice territoriale des actions associatives a été reçue à la préfecture, jeudi 29 mars en début d’après-midi, avec deux militantes de l’association.

Elles ont expliqué au sous-préfet et au directeur de cabinet du préfet les raisons qui ont amené l’APF à organiser une campagne de mobilisation du 26 au 31 mars. Au menu : la faiblesse du montant de l’AAH inférieure au seuil de pauvreté. Mais aussi la fusion du complément de ressources et de la majoration pour la vie autonome ou la suppression de la prime d’activité pour les pensionnés d’invalidité en emploi.

Dans la rue pour la première fois de sa vie

Annabella Roche a également témoigné de son propre cas. Elle n’a pas le droit de toucher l’AAH car les revenus de son conjoint sont supérieurs au plafond de ressources autorisé. « Jusqu’à ce mon handicap m’en empêche, j’ai toujours travaillé, a-t-elle raconté. Et là, je me retrouve financièrement dépendante de mon mari. Cela m’est tellement insupportable que j’ai décidé de manifester pour la première fois de ma vie. »

Que des nouilles, plein les fouilles

Pendant l’entretien, la cinquantaine de militants restés dehors scandaient des slogans et reprenaient des chants. « On est bon à manger des nouilles pendant qu’ils s’en mettent plein les fouilles ». Fumigènes et banderoles complétaient le tableau. « Le dircab s’est engagé à rédiger une note qu’il va transmettre au cabinet du Premier ministre et de la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées », résume Sandrine Raynal.

Les manifestants ont brandi leurs slogans devant la préfecture de Belfort. © DR

Des boulets dans les roues

500 km à l’est, quelques heures plus tôt, une délégation avait investi les abords de la préfecture du Territoire de Belfort. Une trentaine de manifestants avaient répondu à l’appel de l’APF parmi lesquels des représentants de la Fnath, d’Autisme 90, de l’Adapei et de l’association Valentin Haüy.

Les fauteuils roulants des manifestants étaient entravés par des chaînes et des boulets en signe de protestation. « Le message est clair : l’insuffisance de leurs ressources inflige une peine supplémentaire aux allocataires de l’AAH et aux pensionnés d’invalidité », explique Martine Debros, la directrice territoriale de l’association.

La PCH à la traîne

Rebelote l’après-midi à Vesoul, devant la préfecture voisine de Haute-Saône. « Nous avons ajouté à la liste des revendications l’insuffisance de la compensation, précise Martine Debros. Alors que le montant moyen de la prestation de compensation du handicap atteint  5 555 € au niveau national, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort font partie des départements les plus à la traîne avec moins de 3 500 €. »

La députée Pascale Boyer a rendu visite aux manifestants à Gap dans les Hautes-Alpes. © DR

Une députée venue écouter

À Gap, la dizaine de militants mobilisés ont distribué des tracts devant la cité administrative. C’est également là qu’ils ont reçu la députée Pascale Boyer. L’élue En marche de la première circonscription des Hautes-Alpes a pris note de leurs revendications. « Nous avions également invité le président de l’Assemblée nationale car il était à Gap pour inaugurer le collège Simone Veil, précise Cédrik Carotte, le directeur territorial des actions associatives de l’APF dans les Alpes. Mais il a décliné notre proposition. »

Le maire de Manosque aussi

Dans le département voisin des Alpes-de-Haute-Provence, les militants ont fait part de leurs doléances au maire de Manosque, venu les rencontrer sur la place où ils manifestaient. Deux représentants des trois parlementaires départementaux avaient également fait le déplacement. Ils sont repartis sans pâtes mais avec la liste des revendications. Franck Seuret

A propos de Franck Seuret

Franck Seuret
Journaliste éco-social et documentariste. Spécialiste de la politique sociale du handicap.

Lire aussi

Allocataires de l’AAH : la retraite c’est automatique à 62 ans… sauf si vous n’avez jamais travaillé

Depuis le 1er juillet, les allocataires de l’AAH ayant déjà cotisé à une caisse de …

5 commentaire

  1. Avatar
    Bargain Jean Pierre

    C’est bien ce que vous faites. Est il possible de connaître le nom du député(e) de la République en marche en charge du handicap et de me transmettre son adresse mail. Je pense que cela doit être un relais à utiliser pour les revendications. Merci de votre retour. Bonne journée

    • Avatar

      Vous avez bien raison de manifester les allocataires AAH avec 800e par mois ne vivent pas correctement . On a une pauvre revalorisation à 860e puis à 900e. Il faudrait une revalorisation à 1000e pour les personnes en incapacité totale de travailler . De plus, il faudrait que l’AAH soit désindexer des revenus du conjoint, car en couple, l’AAH est malheuresement, diminué, voir supprimé…

  2. Avatar

    J’applaudis fort une telle initiative ! Et je vous admire !
    Continuez le combat !!!

  3. Avatar

    En tout cas, moi je ne mange que des pommes de terre, des pâtes, et des conserves.
    Tout ça pour payer ma mutuelle, mon loyer, électricité, etc…il me reste plus rien, toujours dans le rouge en fin de mois. (Je n’ai pas d’aide au loyer, il est parti le gars avec qui j’etais, il est quand même sympa il m’a laissé l’appArt qui est en son nom, donc suis pas locatairemais considérée hébergée)
    Ils ne veulent pas m’attribuer un hlm, soi disant je suis hébergée malgré l’explication de ma situation… ( j’ai 40 ans, une femme handicapée par la vie)
    Je veux qu’une chose,on est discriminés par les agences immobilières, ils disent qu’on est insaisissables(j’ai 810euro) et pas au travail dans mon cas, là totale…tous les dossiers refuses, les particuliers pas de bol… faire face, faire face, faire face, aidez nous au moins par rapport aux agences immobilières( une petite loi qui nous protégerai)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial