Accueil > C'est mon histoire > « J’utilise les réseaux sociaux pour diffuser des informations positives sur le handicap. »
Emmanuelle aimerait un jour animer des conférences pour faire partager son expérience du handicap. © DR

« J’utilise les réseaux sociaux pour diffuser des informations positives sur le handicap. »

Emmanuelle Brette, 34 ans, est atteinte d’infirmité motrice cérébrale. Très active sur les réseaux sociaux, notamment Facebook avec sa page Handi à vie, elle partage des informations positives pour aider les personnes à mieux vivre leur handicap. Sa philosophie ? Une nécessaire solidarité pour aller vers un monde meilleur, plus juste et plus humain.

« Je ne pourrais pas dire combien de temps je passe chaque jour devant mon ordinateur. Compiler des informations positives sur le handicap et les relayer sur les réseaux sociaux, c’est devenu plus qu’un passe-temps. Je gère plusieurs pages Facebook dont Handi à vie, celle consacrée au handicap, et Que du bonheur. Cela représente beaucoup de personnes avec lesquelles j’échange quotidiennement. Une communauté bienveillante.

J’ai un parcours médical compliqué

Je suis atteinte d’infirmité motrice cérébrale suite à deux accidents vasculaires cérébraux survenus vers l’âge de 2 ans. J’ai un parcours médical compliqué, notamment en raison d’une arthrodèse. Mais j’ai aussi remporté quelques victoires grâce, d’abord, au soutien de mes parents. Puis une fois devenue adulte, grâce à mes propres recherches pour me détourner de la médecine conventionnelle et aller vers un mieux-être.

J’ai fait des études de psychologie et j’ai aussi obtenu un diplôme d’infographiste. J’aimerais bien trouver du travail mais on sait combien c’est difficile pour les personnes en situation de handicap. Malgré tout, je ne baisse pas les bras. Mes cinq sites (Que du bonheur, Les recettes de Manue, Nature et bien-être, Handi à vie et La flamme verte de guérison) et cinq pages facebook associées sont les vitrines de ce que je suis capable de faire en tant que graphiste et community manager.

La méditation m’a aidée à accepter mon handicap

J’ai créé Handi à vie d’abord pour rassembler toutes les personnes ayant aidé ma famille à devenir ce que je suis aujourd’hui. C’est aussi le moyen que j’ai de partager mon parcours, mon expérience. Et aussi pour donner des conseils à d’autres personnes en situation de handicap. Enfin pour montrer à toutes les mamans d’enfants handicapés que j’ai pu rencontrer sur Facebook qu’il faut toujours garder espoir. J’aurais aimé trouver sur mon chemin ce genre de conseils.

La méditation, la spiritualité, les médecines alternatives m’ont aidée à mieux vivre avec mon handicap, à me réconcilier avec mon corps et surtout à m’accepter. C’est tout cela que je partage : une vision positive, lumineuse. Un jour, j’aimerais animer des conférences, participer à une TED, partager mon expérience autrement que derrière un écran d’ordinateur. Il faut juste que j’arrive à vaincre ma timidité. »

A propos de Claudine Colozzi

Lire aussi

« Être la première nageuse française aux Jeux olympiques et paralympiques. »

En 1988, la nageuse angevine Claire Supiot participait aux Jeux olympiques de Séoul. Trente-deux ans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *