Accueil > Vie Sociale > La voile accessible via des joysticks
L’idée des fondateurs de Splashelec : s’affranchir des actions traditionnellement effectuées à la main ou à la force des bras. © Splashelec

La voile accessible via des joysticks

Barrer un voilier à l’aide de joysticks. Voilà l’innovation technologique que propose la société Splashelec. Avec comme but de rendre la voile facile et accessible au plus grand nombre.

Foc, voile d’avant ou grand voile. Difficile pour le novice de s’y retrouver. Surtout que naviguer ne s’improvise pas. C’était sans compter sur la société Splashelec qui, comme son nom ne l’indique pas, est française, bretonne plus exactement.

L’idée de ses fondateurs : s’affranchir des actions traditionnellement effectuées à la main ou à la force des bras. Comment ? À l’aide d’un joystick, dont la fonction est de s’en occuper à votre place. Plus précisément, l’innovation de Splashelec consiste en un système de commandes composé de joysticks distincts (jusqu’à trois, voire plus).

Border la voile ou changer de cap se fait d’un doigt

Ils permettent à l’utilisateur de gérer totalement son embarcation du bout des doigts. C’est-à-dire sa vitesse (monter/descendre de la voilure, tension de chaque voile) ainsi que sa direction (gouvernail). Avec le dispositif de Splashelec, fini donc de tirer les bouts ou de manier la barre à bout de bras.

Quant aux commandes électriques, elles offrent une grande flexibilité et peuvent se configurer selon les besoins spécifiques de l’utilisateur. D’ailleurs, le système est si flexible qu’il s’adapte sur tous types de voiliers. Que le navire soit à barre franche ou à roue, de taille modeste ou un géant des mers, à l’image de celui qu’a barré en 2016 Jean d’Artigues.

Cap vers l’associatif

Vu le coût unitaire d’une embarcation à voile adaptée, il est conseillé au pratiquant occasionnel de se tourner vers une association. La Fédération française handisport (FFH) et la Fédération française de voile (FFV) recensent les clubs pratiquant des activités handivoile.

La lecture du numéro d’été de Faire Face permettra aussi d’en savoir plus sur les associations dédiées. Ainsi que de découvrir une sélection de matériels techniques facilitant l’accès aux plaisirs de l’eau, salée comme douce.

A propos de Olivier Clot-Faybesse

Lire aussi

Le Château du Haut-Koenigsbourg s’ouvre à tous le 22 septembre

Niché au cœur de la forêt vosgienne, le Château du Haut-Koenigsbourg témoigne de la richesse …

Un commentaire

  1. Ça doit être bien de pouvoir refaire de la voile malgré le handicap.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *