Accueil > C'est mon histoire > « Le numérique a changé positivement ma vie de travailleur handicapé. »
Après avoir touché à différents domaines, Ilan Tessier travaille pour Canva, un outil de création graphique. © DR

« Le numérique a changé positivement ma vie de travailleur handicapé. »

Depuis un an, Ilan Tessier, reconnu travailleur handicapé, a rejoint l’équipe de Canva, un outil de création graphique en ligne. À 47 ans, il a enfin trouvé un emploi qui lui permet de concilier son handicap et une vie professionnelle enrichissante.

« Avoir une activité professionnelle demeure capital pour s’insérer dans la vie sociale, se sentir actif. Malgré ma mobilité réduite- j’ai des problèmes de coordination des mouvements – j’ai toujours fait ce que je pouvais pour trouver du travail. En fait, j’ai découvert que le web offrait des opportunités que l’on ne soupçonne pas toujours quand on est travailleur handicapé. Pour moi, ça a changé beaucoup de choses.

Avant de quitter Paris pour venir m’installer en Bretagne, je vendais du tissu sur des marchés. Pour raisons familiales, j’ai été contraint de déménager et de chercher un autre emploi. J’ai dû également reconsidérer mon orientation professionnelle. Je me suis mis à mon compte puis, j’ai commencé à travailler pour des sites internet.

Un sentiment d’utilité

Aujourd’hui, je fais partie de l’équipe de Canva France. Je suis chargé de communication. Une grande partie de mon activité consiste à améliorer le référencement du site grâce à du netlinking. Je travaille de mon domicile mais suis en contact avec le reste de l’équipe. Nous faisons des points réguliers via Slack. Mon activité est finalement assez solitaire mais je me sens utile.

Beaucoup de personnes en situation de handicap peinent à trouver du travail. Il y a beaucoup de préjugés. Dans les métiers du numérique, il y a moins d’à-priori à mon sens. Les entretiens sont moins formels. Personnellement, j’ai répondu à une annonce via Upwork, une plateforme d’annonces pour les travailleurs indépendants. Et le courant est bien passé.

Pourtant, le recruteur savait que ma mobilité était réduite. Il ne s’est pas arrêté à mon handicap. C’est plutôt positif comme démarche et encourageant pour tous ceux et celles qui, comme moi, ont été contraints d’arrêter leurs études trop tôt. »

A propos de Claudine Colozzi

Lire aussi

Des bijoux innovants et solidaires pour embellir les prothèses auditives

Des bijoux fantaisie et tendance destinés aux personnes portant des prothèses auditives ou des implants …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *