Accueil > Emploi > Discrimination au travail : près d’une femme handicapée sur deux en est victime
À la lecture de la 11e édition du baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi, le constat est implacable : les discriminations persistent.

Discrimination au travail : près d’une femme handicapée sur deux en est victime

La 11e édition du baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi, à l’initiative du Défenseur des droits, montre que le handicap demeure un facteur de stigmatisation important. Pour les femmes surtout. Avec des conséquences concrètes sur le déroulement de carrière ou la dévalorisation du travail.

Une personne active sur quatre dit avoir subi des propos ou comportements stigmatisants (sexisme, handiphobie, racisme…). Ces attitudes hostiles, illégales, n’ont pas le même degré de fréquence. 14 % des personnes interrogées rapportent ainsi des propos sexistes. En regard, elles sont “seulement” 5 % à témoigner de propos inappropriés en raison d’un handicap ou d’un état de santé. Mais, soulignent aussitôt les auteurs de l’étude, cet écart peut en partie tenir à une tolérance plus grande à un phénomène discriminatoire plus qu’à un autre.

Le Défenseur des droits et l’Organisation internationale du travail (OIT) ont présenté la 11e édition du baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi, jeudi 27 septembre.. À la lire, le constat reste implacable. En effet, les discriminations persistent. « Si le baromètre a la vie dure, c’est que les discriminations l’ont plus encore ! », a regretté le Défenseur des droits ,Jacques Toubon.

Dévalorisation du travail et déroulement de carrière

Et ces discriminations ciblent certaines catégories de personnes. Ainsi, les femmes handicapées sont-elles près d’une sur deux (43 %) à témoigner de propos ou comportements discriminatoires.

Or, au-delà de la stigmatisation, ces attitudes répréhensibles sont aussi porteuses de dévalorisation du travail (réalisation de tâches ingrates, par exemple) et de discriminations en cours de carrière. Plus d’une personne sur cinq (22 %) a en effet cumulé ces trois problématiques.

En 2016, le Défenseur des droits avait rendu un rapport accablant sur les discriminations renforcées et cumulées que vivent les femmes handicapées, souvent dès l’école et jusqu’à l’âge de la retraite.

Pour réaliser ce baromètre, la direction de l’égalité et de l’accès aux droits du Défenseur des droits s’est appuyée sur une grande enquête menée en 2016 auprès de 5 000 personnes représentatives de la population générale.

A propos de Sophie Massieu

Lire aussi

Deux hashtags pour dénoncer les discriminations liées au handicap

Depuis fin juin, deux hashtags ont fleuri sur Twitter pour partager le quotidien des personnes …

3 commentaire

  1. BONJOUR EN PARLANT DE TRAVAILLE , les forums handicap , je les fait et je ne suis jamais rappeler ,dans le 13 IL YA DES BOUTIQUES QUI NE RESPECTENT PAS LES 6 % D HANDICAPEE EN ENTREPRISES .

    LAMENTABLE CE SEXISME ENVERS LES FEMMES HANDICAPEES !!!!
    POUR QUE LES HANDICAPES FEMEMS HOMMES SOIENT RESPECTER EN NETREPRISES IL SUFFIT DE METTRE DES INSPECTEUR DU TRAVAILLE EN NOMBRE SUFFISANT

  2. IL SUFFIT DE METTRE BEAUCOUP DINSPECTEUR DU TRAVAILLE , pour que le sexisme et le respect au travaille soient respecter par les employeurs

    LES 6 % ne sont pas respecter en entreprises , une bonne taxe et une bon redressage de salopette pour que les entreprises respectent les 6 % ET LES HANDICAPEES !!!!!!!!!!!!!!

  3. Bonjour Bertrand ! Merci pour votre commentaire ! ça NOUS TOUCHE VRAIMENT !!! Je vous CONSEIL UNE BONNE DOSE D’ASPIRINE !! Et si vous appuyez sur le bouton Maj de votre clavier vous pourrez écrire en MINUSCULE ! Merci ! BONNE JOURNÉE !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *