Accueil > Santé > Capital orthopédique : bouger sans se fatiguer
« Choisissez une activité qui vous plaît et que vous pouvez faire, sans dépasser vos limites. Ne rien faire ou trop en faire : c’est un équilibre parfois difficile à trouver. » © Lou Bellio

Capital orthopédique : bouger sans se fatiguer

En cas de paralysie cérébrale ou après une poliomyélite, les muscles, ligaments et tendons se retrouvent mis à l’épreuve. Et l’âge n’arrange rien. Mais voir son état orthopédique se dégrader n’est pas une fatalité. Explications et conseils du Pr Philippe Marque, médecin de MPR au CHU de Toulouse.

Faire Face : Des personnes atteintes de paralysie cérébrale (PC) ou de poliomyélite développent parfois des troubles orthopédiques tardifs. Comment l’expliquer ?

Pr Philippe Marque : La paralysie cérébrale n’est pas une maladie évolutive donc si l’état orthopédique se dégrade, ce n’est pas parce que la maladie s’aggrave. C’est souvent la spasticité, à l’origine de rétractions des muscles et des tendons, d’enraidissements des articulations, qui est en cause. Jusqu’à l’âge adulte, les mesures de prévention (étirements, postures…) sont bien suivies.

Vous voulez lire la suite de cet article paru dans le magazine Faire Face de novembre-décembre 2018 ?

 Achetez la version numérique de ce numéro.

Profitez, dès aujourd’hui, de nos offres d’abonnement de 10 à 54 euros et disposez d’une formule bimédia pratique et interactive : magazine tous les deux mois dans votre boîte aux lettres + site d’actualités + petites annonces gratuites + accès gratuit au contenu payant du site (guides) selon la formule choisie.

A propos de Adélaïde Robert-Géraudel

Lire aussi

La chère santé des personnes handicapées

Les restes à charge non quantifiés par le ministère de la Santé grèvent beaucoup les …

Un commentaire

  1. Le pr M n est sans doute pas le plus compétent en matière de patient neurologique. Quand il y a osteite avec simple radio ou écho, il propose amputation sans prélèvement pour confirmer la bactérie. Un simple prélèvement et un traitement antibiotique sont venus à bout de l osteite sans problème….A la question, pourquoi amputer au lieu de traiter, réponse parce que ça va plus vite. Bravo ! Arrivé pour une consultation avec un pb de chute et de fracture de cervicale C2 mis en évidence avec radio et echo, Mr M a refusé examen complémentaire , pour lui ce n était pas une fracture.il a proposé un rendez vous pas en urgence avec neurochirurgien …3 semaine d attente pour IRM pour confirmer la fracture en C2….traitement 6 mois d’immobilisation dans corset. ..Mr M proposait une simple minerve pour alléger la douleur….On peut ajouter aussi une hospitalisation pour verticalisation qui s est transformée en changement total des prescriptions médicamenteuses et qui s est soldé par un oedème généralisé …. 18 mois plus tard, à cause de leurs aneries, patient toujours hospitalisé en centre de reeduc où le manque de prise en charge lié au manque du personnel a vu sa santé se dégrader…kine inexistante, ergo inexistante, aide soignants & infirmières trop peu nombreuses donc patient peu levé mais réveillé et préparé des 8h du mat. Sous auto sondage avant la chute, faute de personnel , 10 mois de sonde à demeure, aujourd’hui toujours pas de stabilisation pour les sondages la nuit….de quoi écrire un très mauvais roman….et ça continue, absence de mobilisation par kiné a engendré et accentué les déformations des pieds d où maintenant nouvelles opération. Je suis dégoûtée . Ma fille a oublié quand son père allait bien…dommage collatéral normal sans doute ! Des vies et des avenirs peut être gâchés à cause d un nombre incalculable d incompétences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *