Accueil > Arrêt sur la toile > L’archéologie du handicap sur France Inter : quelle place sociale pour les êtres fragilisés ?
Dans son dernier ouvrage paru, la chercheuse Valérie Delattre montre comment, de tout temps, les hommes se sont attachés à ne pas exclure les êtres fragilisés ou « différents » .

L’archéologie du handicap sur France Inter : quelle place sociale pour les êtres fragilisés ?

Comment les communautés du passé composaient-elles avec les corps différents et le handicap ? L’archéo-anthropologie apporte des réponses. Une émission de radio passionnante était récemment consacrée à cette question.

On y songe peu mais l’archéologie du funéraire et l’anthropologie de terrain se penchent aussi sur le handicap. Et les êtres qui en étaient atteints par le passé. Ces disciplines permettent d’en apprendre beaucoup sur la place sociale qui leur était faite, parfois leur exclusion, souvent leur intégration.

Des fouilles et des enseignements

Lundi 18 février, Mathieu Vidard, le présentateur de l’émission La Tête au carré sur France Inter, a reçu deux invitées de choix pour en parler. La première, Valérie Delattre, auteure de Handicap : quand l’archéologie nous éclaire, chroniqué dans le magazine Faire Face à paraître fin février. La seconde, Rozenn Colleter, toutes deux archéo-anthropologues à l’Institut national de recherche en archéologie préventive. Elles racontent les fouilles, leur méthodologie, les indices, leurs déductions et les divers enseignements pouvant en être tirés.

À réécouter sur franceinter.fr

Quand l’archéologie documente les corps différents

Chercheuse à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Valérie Delattre est spécialiste des pratiques funéraires et culturelles de la Protohistoire au Moyen Âge. Elle s’investit également beaucoup dans le monde du handicap. Notamment dans le cadre du collectif “Défis de civilisations” réuni en 2017 pour envisager le handicap comme un enjeu de civilisation, interrogeant le passé pour lui ajouter des résonances contemporaines.

Forte de cette double facette, l’auteure s’emploie ici, une nouvelle fois, à nourrir les débats actuels autour de l’accueil et la prise en compte de la différence par le prisme d’une lecture archéo-anthropologique et historique de ce même sujet. Elle montre que, de tout temps, les hommes se sont attachés à ne pas exclure les êtres fragilisés ou « différents » et à leur conférer « sinon un rôle effectif du moins une place non secondaire au sein du groupe ».

Des comportements inspirés par les spiritualités et préconisations religieuses et s’exprimant notamment au travers de soins, de pratiques réparatrices et compensatoires, d’assistance. Ce, « dans un quotidien parfois alourdi de son lot de railleries et de rejets ». Entre bienveillance et exclusion. Comme quoi, contempler le passé permet « d’affirmer que le handicap – comme toutes les vulnérabilités et toutes les altérités – est toujours un défi à relever pour nos sociétés ».

Handicap : quand l’archéologie nous éclaire, Valérie Delattre, Éd. Le Pommier, 192 p., 10 €.

A propos de Elise Jeanne

Lire aussi

« La caravane APF France handicap est portée par une véritable dynamique »

Depuis le 7 mai, la Caravane APF France handicap En route pour nos droits ! …

3 commentaire

  1. Achetable en téléchargement ?

    • Valérie Dichiappari

      Bonjour, Non pas achetable en téléchargement car ce livre n’est pas une édition faire face. En revanche, vous pourrez je pense le trouver dans toutes les librairies et autres sites internet. CDLT La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *