Accueil > C'est mon histoire > Peinture sur iPad : « Je ne trouve pas mes mots mais toujours les couleurs. »
Sur toile, comme ici avec "Sans titreI", ou sur iPad, l'artiste montpelliéraine Catherine Valantin transcende son handicap en couleurs. © DR

Peinture sur iPad : « Je ne trouve pas mes mots mais toujours les couleurs. »

Catherine Valantin, montpelliéraine de 57 ans, peint sur toile et de plus en plus sur iPad, composant de remarquables paysages abstraits. Une façon astucieuse de conjuguer sa passion de toujours avec l’évolution de son handicap.

« Créer est le sens de ma vie. J’aime observer le monde qui m’entoure, la couleur, la lumière, la beauté des choses, le ciel qui varie selon les saisons, les ombres, les gens. J’ai toujours dessiné et j’ai commencé à peindre à 15 ans.

Artiste amateur montpelliéraine, Catherine Valantin transcende sa sclérose en plaques en couleurs, sur toile et sur iPad. © DR

Depuis que je suis coincée dans un fauteuil, en raison d’une sclérose en plaques, j’aime cela davantage encore. Souvent, je ne trouve pas mes mots à cause de ma maladie mais je trouve toujours les couleurs.

Pourtant, mon état de santé se dégrade. Je ne peux plus beaucoup tenir un pinceau ni peindre de grandes toiles. J’ai besoin d’aide pour sortir mes affaires, enfiler ma blouse, déposer la couleur sur la palette, avancer mon chevalet qui a été bricolé pour que je puisse glisser mes jambes dessous.

J’ai dû abandonner la peinture à l’huile. À cause de mes mouvements incontrôlés, les tâches que je faisais étaient difficiles à enlever et mon geste plus assez précis pour tout ce qui est figuratif.

L’iPad, une solution adaptée au handicap

Je suis donc passée à l’acrylique qui sèche plus vite et part à l’eau. J’utilise moins de couleurs différentes et un pinceau génial, en forme d’éventail.

 

« Couleurs, couleur », la dernière acrylique sur toile de Catherine Valantin, d’1 m sur 1 m. © DR

Surtout, il y a six ans, je me suis mise aussi au dessin sur iPad. Comme cela, je ne lève pas toujours les bras face au chevalet et travaille confortablement adossée dans mon lit.

Il existe énormément d’applications pour tablettes mais j’utilise toujours Sketchbook que je trouve très intuitive. Elle offre un grand nombre de traits différents, plus ou moins larges, reproduisant des textures plus ou moins lisses. Je les trace tout simplement au doigt.

Je ne fais plus que de l’abstrait et j’utilise beaucoup le fait de ne pas totalement maîtriser mon geste : j’obtiens des choses inattendues. Je peins une tache, un trait, qui en amène un autre, puis un autre et ne sais jamais à l’avance ce que je vais représenter.

La peinture, source de bonheur

Je peux emporter mon iPad partout et envoyer facilement mes dessins numériques ou les poster sur Facebook. J’ai aussi déjà dessiné en direct, l’iPad relié sur écran, le public voyant la création en train de se faire.

 

« La ville, la nuit ». © DR

J’ai travaillé dix ans, comme professeur de lettres, puis directrice artistique dans une agence de communication. Mais seule la création brute m’intéresse vraiment. Au début, je vivais très mal de me déplacer en fauteuil. Aujourd’hui, je m’accepte et peindre me rend vraiment heureuse.

Je devrais juste prendre la peine d’exposer davantage tant les retours contribuent à ma satisfaction. Mais on peut découvrir mon travail sur mon site et ma page Facebook. Je vends aussi très peu, faute de temps passé à développer le côté commercial. C’est aussi ça les artistes ! »

Comment apprendre à dessiner sur iPad ?

Il faut d’abord choisir une application parmi les dizaines existant sur le marché. Les gratuites peuvent tout à fait suffire. Il est possible d’apprendre à s’en servir :

en consultant des vidéos YouTube et des sites internet livrant des astuces,

en prenant des cours payants en ligne.

Les cours en présentiel sont plutôt destinés aux professionnels. Catherine Valantin projette d’en donner (dessins sur tablette et téléphone) dans le cadre de la délégation de Montpellier d’APF France handicap, pour des amateurs handicapés et valides.

A propos de Elise Descamps

Lire aussi

laissez-moi aimer documentaire handicap danse

Laissez-moi aimer : la danse, trait d’union entre les êtres

Pour réaliser son documentaire diffusé ce soir sur Arte, Stéphanie Pillonca a passé plus d’un …

5 commentaire

  1. Merci pour ces tableaux, feux de non artifice !

  2. Bravo pour cette lumière, Catherine ! Tu sais si bien faire chanter les couleurs… J »espère que beaucoup de gens vont s’inscrire pour suivre tes conseils de formation au dessin et à la peinture sur Ipad.

  3. Hello.
    I am interested in writing guest post for your blog. Are you currently accepting
    guest post.
    Regard’s Angela. For a guest post.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *