Accueil > C'est mon histoire > « Femme en situation de handicap, j’ai été discriminée lorsque j’ai accouché. »
Catherine Fanchon a été contrainte d'accepter la visite d'une puéricultrice à son domicile, venue vérifier que la chambre de sa fille était bien accessible.

« Femme en situation de handicap, j’ai été discriminée lorsque j’ai accouché. »

Catherine Fanchon, trentenaire tétraplégique, n’a pas été suivie correctement pendant sa grossesse, en raison de l’inaccessibilité des équipements médicaux. Elle s’est aussi sentie discriminée par des professionnels estimant qu’elle ne pourrait pas s’occuper correctement de sa fille à cause de son handicap.

« On nous a jugés, on ne nous a pas aidés. » Catherine Fanchon, tétraplégique, garde un souvenir amer de sa grossesse et de son séjour à l’hôpital d’Arras (Pas-de-Calais), après la naissance de sa fille, il y a six ans.

Faute d’équipements adaptés aux femmes en fauteuil roulant, elle n’a pu bénéficier de l’échographie vaginale dont elle aurait eu besoin. Résultat : une hémorragie lors de l’accouchement, prématuré. Sa fille, quant à elle, a dû être placée en service de réanimation.

Défiance des professionnels médicaux

Ensuite, elle a été confrontée à la défiance de certains professionnels médicaux sur sa capacité à s’occuper de son enfant. Pourrait-elle faire face à une fausse route du bébé lorsqu’elle lui donnerait à manger par exemple. « Pendant quinze jours à trois semaines, je ne voulais plus donner le biberon à ma fille. J’avais peur », raconte-t-elle.

Visite imposée à domicile

Elle a même été contrainte d’accepter la visite d’une puéricultrice à son domicile : il fallait s’assurer que la chambre de l’enfant était bien accessible. L’assistante sociale, mandatée pour un entretien avec Catherine Fanchon, avait été choquée par ces méthodes. Elle lui avait même conseillé de porter plainte. « Pour discrimination. »

A propos de Franck Seuret

Lire aussi

Élise et Louis : leur voyage après l’AVC

Élise Mathy, 30 ans et Louis Gustin, 29 ans, partagent le vécu de s’être relevés …

6 commentaire

  1. Bonjour, j’ai eu trois enfant en 1988 1989 et 1991. J’ai accouché à l’hôpital dans l’Isère , je suis paraplégique depuis pratiquement toujours , j’ai eu aucun soucis avec le personnelle et pas eu de suivi en sortant de l’hôpital. Je suis désolé pour vous , j’espère que vous allez avoir gain de cause. Bon courage.

    • Bon courage à vous car ma copine et en fauteuil roulant depuis son enfance moi je suis validé on a 2 enfants, 1 de 8ans et le 2ème 12 ans et ça fait 12 ans que les services sociaux nous font chier et nous en merde et c’est pas fini !!!!!

    • Bonjour je suis de l’isere Et en situation de handicap pouvez vous me dire où vous avez été suivie ? Merci

  2. Salut je m’appelle linda j habite à Marseille et ma fille et venue au monde le 18 décembre 2018 a hôpital nord mon mari et moi nous somme handicapés moi j’ai un handicap mental et mon mari a un handicap mental et a un handicap physique mon accouchement a était difficile puis après les puéricultrice on était hinioble avec nous il croyais qu on était pas capable de s’occuper d elle il sont apeller une psychologue et il sont pris contact avec une pmi et nous a obligé d être suivie part eux quand on et rentre chez-nous au début il venez à notre domicile mentenan ses chez eux à la pmi on et juger juste parce qu on et handicapés comme si handicapés sinifiè pour eux bon à rien ou des assisté voilà la vérité

  3. Je trouve ça dommage que vous ayez eue à subir ce genre de traitement. J’habite au Canada et j’ai plusieurs amis en fauteuil roulant. Certains d’entre eux ont des enfants et on bénéficié d’un programme qui les aident à obtenir des équipements adaptés. Exemple: une bassinette avec une porte pour permettre au parent en fauteuil roulant d’avoir accès facilement à son enfant, un porte bébé adapté pour permettre au parent de se déplacer facilement avec son enfant etc. Personne ne m’a parlé de traitement discriminatoire de la part du personnel hospitalier tout comme pour les suivis à domicile après l’accouchement.

    En espérant que les mentalités changeront avec le temps. Vous avez bien fait de dénoncer cette situation et j’espère que d’autres feront comme vous, s’ils vivent la même situation que vous avez vécu. À la longue, ils devront forcément modifier leurs comportements et leurs mentalités.

    Bon courage à vous et je vous souhaite une belle et bonne vie familiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *