Accueil > J'ai regardé pour vous > Les Bracelets rouges 2 : « On ne pensait pas avoir autant de succès avec un sujet aussi délicat. »
« Ce n’est pas anodin de se raser la tête pour se mettre dans la peau de son personnage. » © Philippe Le Roux / VEMA PRODUCTION / TF1

Les Bracelets rouges 2 : « On ne pensait pas avoir autant de succès avec un sujet aussi délicat. »

Un an après avoir ému des millions de téléspectateurs, les héros de la série Les Bracelets rouges reviennent pour une saison 2 à partir de ce soir sur TF1. Tom Rivoire, qui joue le rôle de Clément, un ado atteint d’un cancer et amputé d’une jambe, se livre sur ce que lui a appris cette expérience dans sa carrière de jeune comédien.

Faire-Face.fr : Le public qui a suivi la série Les Bracelets rouges sera ravi de vous retrouver dans cette saison 2. Et vous, comment avez-vous abordé le tournage de ces huit nouveaux épisodes ?

Tom Rivoire : Le succès de la série a été une très bonne surprise. En effet, on n’imaginait pas qu’elle pourrait être aussi bien perçue. Parler de la maladie et du handicap de jeunes adolescents est un sujet délicat. Quand il a été question d’une saison 2, j’étais content de pouvoir me glisser de nouveau dans le rôle de Clément que je connais bien à présent.

Un tournage dans un vrai hôpital

F-F.fr : De toutes les remarques que vous avez pu lire ou entendre, quelle est celle qui vous touche le plus ?

T.R : L’idée que la série soit crédible. C’était très important pour nous. Nous avons eu des retours très positifs des soignants, des personnes évoluant dans le milieu médical.

Comme nous tournons une partie des scènes dans un vrai hôpital, nous côtoyons des malades, leur famille. Certains se sont reconnus dans les situations que nous évoquons. Les séries médicales sont très souvent axées sur les médecins et n’abordent en effet pas souvent le point de vue des patients. C’est ce qui fait l’originalité des Bracelets rouges.

Une fête pour dire adieu à sa jambe

FF : Vous jouez le rôle d’Albert Espinosa, ce romancier espagnol qui a affronté trois cancers, passé son adolescence à l’hôpital et inspiré cette série. Cela représente une pression supplémentaire ?

T.R : Pas particulièrement. Je me suis longuement préparé pour ce rôle avec un coach. Et j’ai rencontré Albert Espinosa, ce qui m’a aidé à comprendre certains moments clés. Ainsi, toute la série a été écrite à partir de ses propres souvenirs. Cette bande de potes est celle qu’il avait à 14 ans lors de ses hospitalisations. Comme Thomas, un autre personnage des Bracelets rouges, Albert a fait une fête pour dire adieu à sa jambe.

FF : Cette expérience a-t-elle changé votre regard sur le handicap et la maladie ?

T.R : Forcément. Ce n’est pas anodin d’apprendre à manier un fauteuil roulant ou de se raser la tête pour se mettre dans la peau de son personnage. Quand je me suis vu dans le miroir, j’ai accusé le coup.

Après, j’étais déjà un peu sensibilisé au cancer car j’ai une cousine qui est malade. Mais j’ignorais tout du fonctionnement d’un hôpital. Ce tournage m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses.

A propos de Claudine Colozzi

Lire aussi

Fausse route : les gestes qui sauvent

Lorsqu’une personne avale de travers et que sa trachée est bloquée, elle ne peut plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *