Accueil > Vie Sociale > Culture/Loisirs > Qui se cache derrière Philousports, star de Twitter ?
Philousports se définit comme un « mec comme un autre ou presque, la quarantaine (bien) passée, sa barbe, ses lunettes, un discret sourire accroché aux lèvres.» © DR

Qui se cache derrière Philousports, star de Twitter ?

Véritable phénomène du Web, Philippe, alias @philousports, cumule plus de 193 000 abonnés Twitter. Grâce à ses vannes et ses gifs, il s’est imposé dans l’univers du sport. À la demande d’un éditeur, il a accepté de raconter son parcours. Un chemin marqué par le désamour et la violence où l’humour a toujours été une échappatoire. Moi, Philousports (Hachette pratique) sort aujourd’hui en librairies.

Il se résume, avec toute l’autodérision qui le caractérise, comme un « handicapé, myopathe, cloué sur un fauteuil et doté de la respiration de Dark Vador ». Mais qui est vraiment celui qu’un journaliste a un jour baptisé « Le Zidane du gif » ? C’est ce que l’on découvre au fil des pages de la biographie sobrement intitulée Moi, Philousports écrite en collaboration avec le journaliste sportif Mickaël Grall.

L’humour, sa marque de fabrique

Pas question ici de dévoiler les étapes marquantes d’une enfance loin d’être insouciante, entre une mère maltraitante et le décès prématuré d’un père adoré. Autant le dire : l’histoire de Philippe n’a pas toujours été facile. Ce Marseillais d’origine, âgé aujourd’hui de 47 ans, cache une profonde tristesse derrière cet humour qui est devenu sa marque de fabrique sur les réseaux sociaux.

Heureusement, la vie lui a aussi apporté beaucoup de belles rencontres, de solides amitiés et « d’intenses moments de solidarité ». Comme en 2016, cette cagnotte lancée par la journaliste Lawrence Leenhardt qui a permis l’achat d’un fauteuil électrique ! Et grâce à Twitter, dont il est la preuve qu’il peut être autre chose qu’un déversoir de haine, Philousports mène désormais une vie d’influenceur passionnante.

Une « philousophie » de vie

Mais il n’a pas pris le melon pour autant ! Le quadragénaire fait preuve de beaucoup de lucidité sur cette popularité à laquelle il n’avait pas imaginé accéder en créant son compte en 2011. « Si j’écris ce livre aujourd’hui, c’est aussi pour montrer que même avec le(s) pire(s) handicap(s), on peut néanmoins être heureux, se sentir bien dans ses pompes et réaliser ses rêves. C’est une forme de philosophie que j’ai adoptée pour lutter contre le fatalisme, une « philousophie » qui me permet de regarder droit devant, de foncer, de vivre ma vie comme je l’entends. »

Toujours avancer

Après ce livre émouvant, caustique et sincère, Philousports franchira-t-il une étape supplémentaire ? En s’engageant dans un rôle plus politique comme d’aucuns aimeraient le voir jouer. Il ne manque pas d’idées sur l’assistance sexuelle (il est contre), l’accessibilité ou l’emploi des personnes en situation de handicap. La question n’est pas réglée.

Aujourd’hui, il se sert de sa « petite popularité » pour des causes qui lui tiennent à cœur. Pas du genre à se laisser dicter ses choix de vie. « Ne pas s’attarder sur le passé, toujours avancer… Ni haine, ni rancunes, jamais. »

A propos de Claudine Colozzi

Lire aussi

Caravane APF France handicap : des revendications mais l’Élysée se tait

Emmanuel Macron n’a plus que trois ans pour faire du handicap la priorité annoncée lors …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *