Accueil > Santé > La magie au service de la thérapie
Travailler ensemble la dextérité, la mémoire, la planification des tâches... pour au final, épater son entourage. © DR

La magie au service de la thérapie

Il est le créateur de Magissoin. L’association à découvrir vendredi 15 mars dans le programme court Engagez-vous ! sur RMC Story. Christophe Bellamy, magicien et scientifique de formation, propose ses tours comme outil supplémentaire dans la rééducation des personnes ayant un handicap moteur, psychique ou cognitif.

Faire-face.fr : Comment vous est venue l’idée d’utiliser la magie à des fins thérapeutiques ?

Christophe Bellamy : En discutant avec ma compagne neuropsychologue. Nous avons réalisé qu’un tour de magie sollicitait des fonctions telles que la planification des tâches, l’attention, la mémoire. Le travail en double tâche également puisqu’on raconte une histoire en même temps qu’on réalise le tour.

La motivation et l’estime de soi en plus

Les mains sont très sollicitées. Cela permet de gagner en agilité. Mais on peut aussi travailler la coordination bimanuelle, la latéralisation, la coordination oculo-motrice… Sans compter la motivation et l’impact sur l’estime de soi. Quand on est une personne en situation de handicap, être capable d’épater son entourage reste valorisant.

Nous avons cherché si ce type de prise en charge existait et avons trouvé des exemples aux États-Unis et au Canada. Quelques études montraient une certaine efficacité. Alors, nous avons monté une association avec un conseil scientifique : médecin rééducateur, psychologues, spécialiste de l’analyse du mouvement… Et commencé à créer une base de données : quel tour pour quelle rééducation.

F-f.fr : Du coup, comment travaillez-vous ?

C.B : En Institut d’éducation motrice et en psychiatrie, je rencontre l’équipe de rééducation. La magie, c’est un outil supplémentaire. Il faut le manier. On discute des problématiques et des objectifs pour chaque personne. À partir de là, je vais trouver comment adapter les tours pour les enseigner, les rendre réalisables.

Le mouvement puis le discours ou la comédie

Les séances durent généralement de 30 à 45 minutes selon les niveaux d’attention. Je commence par montrer le tour sans l’expliquer. La première réaction est bien entendu l’étonnement. Puis j’explique le mécanisme et les personnes s’entraînent à réaliser le mouvement.

La dernière étape, c’est le discours qui va avec le tour. Ou, pour ceux qui n’ont pas accès à la parole, de jouer la comédie. Je n’apprends pas à chaque séance un nouveau tour car l’idée est aussi de travailler la mémoire.

F-f.fr : Quel avenir envisagez-vous pour l’association ?

C.B : Nous aimerions recruter d’autres magiciens et les former pour les faire intervenir dans d’autres régions que l’Île-de-France. Ce n’est pas simple. Il faut suffisamment de connaissances en magie pour expliquer les tours. Mais aussi du recul pour les adapter et être capable de se projeter avec le handicap.

L’autre problème est financier. Les interventions sont des sessions de six mois à un an dans les établissements. Il faut donc pouvoir rémunérer les magiciens.

Valider la magicothérapie

Nous travaillons aussi sur la recherche et la validation scientifique de l’utilisation de la magie. Là, la principale difficulté est l’impossibilité de standardiser les patients. Le public s’avère par définition hétérogène. Mais pour les membres du conseil scientifique, c’est aussi ce qui fait l’intérêt de cette recherche. Au-delà de la satisfaction d’aider les autres, ils en tirent une émulation intellectuelle.

www.magissoin.fr

Engagez-vous ! Vendredi 15 mars à 20h50 sur RMC Story et en replay sur le site.

A propos de Corinne Manoury

Lire aussi

Cannabis thérapeutique : feu vert pour l’expérimentation

L’Agence nationale de sécurité du médicament a ouvert la voie à un test grandeur nature …

3 commentaire

  1. Suite à une opération de cancer colorectal, je souffre, plus exactement j’ai souffert dès mon opération d’une douleur à la fesse gauche. Je suis arrivée au 1er octobre 2016, à une douleur qui se nomme « neuropathiques chronique » Je me soigne avec du laroxyl et du lyrica .

    Je me tourne maintenant sur autre chose ! Peut-être à bientôt, mais quelle est votre adresse ?

    Agnès Leclère

  2. De Keyzer Martine

    Vous avez bien du talent. Bien du mérite.
    Avez vous ré-inventé ce que David Copperfield a créé.
    Si oui, bravo, vous avez bien du talent.

    Sinon voici l’historique de la magicothérapie aux ASA, en Belgique et ensuite au nord de la France avec des magiciens venant d’un club dans les environs de Lille.
    Ils ont donné une conférence au congrès FFAP de Strasbourg début des années 2000.

    David Copperfil a crée « Project Magic  » en 1981.

    https://https://projectmagic.org/

    http://utaps.be/afbeeldingen/folderfr/fr-voor.jpg

    http://www.projectmagicbelgium.be/eng_welkom.htm

    http://www.youtube.com/watch?v=_z0GHOgO5eE

    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *