Accueil > Vie Sociale > Driftworld : un quad électrique et un circuit accessibles
Commandes manuelles de part et d’autre du volant, siège baquet avec harnais et pneus larges pour une bonne stabilité… Ce quad est accessible et ludique © Facebook Driftworld

Driftworld : un quad électrique et un circuit accessibles

Mettre au point un quad électrique tout terrain performant et accessible à tous constitue déjà une prouesse. Quand s’y ajoute l’homologation d’un circuit pour le piloter, on touche à l’inédit. C’est ce qu’a réalisé Grégory Janssens.

Autonomie ? Environ trois heures. Vitesse de pointe ? Pas loin des 80 km/h. Bruit ? Quasi inexistant, motorisation électrique oblige. Pilote ? Une personne d’au moins 12 ans, valide ou à mobilité réduite (paraplégique). Sans nul doute, Grégory Janssens est un mécano doué pour avoir développé seul un kart fonctionnant sur batterie aussi rapide.

« Dans mon entourage, précise-t-il, j’ai quelques amis en fauteuil roulant qui ne pouvaient plus piloter faute de véhicule adapté. » D’où cette nécessité de rendre son quad accessible. En parallèle, ce passionné de sports mécaniques a aménagé un circuit afin de donner à tous l’opportunité d’en profiter.

« Ressentir par le corps les dérapages du véhicule. »

En action sur la piste de Driftworld ! © DR

Longue de 400 mètres, cette piste se trouve à Bénodet, à la pointe sud de la Bretagne. Homologuée par la Préfecture du Finistère, elle a ouvert à l’été 2018. Quads et piste font partie du concept de Driftworld, littéralement “le monde du dérapage”.

Ce nom tire son origine du fait que l’énergie électrique est silencieuse. Cela permet d’entendre les crissements émis par les pneumatiques. Alors qu’avec un moteur thermique, ces bruits révélateurs sont masqués. Comme l’explique l’inventeur, « sur un terrain en terre propice aux dérapages, la difficulté est donc de ressentir par le corps, et non le son, à quel moment les dérapages surviennent. Ce qui accroît la sensation de vitesse et l’amusement ! »

Partager avec le plus grand nombre une activité ludique

Après deux années à fabriquer des prototypes dans son garage et une première saison de circuit concluante avec près de 500 pilotes valides ou en situation de handicap, le concept Driftworld est validé.

D’ailleurs, Grégory Janssens a comme ambition d’exporter en France, ainsi qu’en Europe, son concept d’accès facilité aux sports mécaniques. Cela via la location ou la vente de ses quads électriques tout terrain à des professionnels du tourisme ou des loisirs.

A propos de Olivier Clot-Faybesse

Lire aussi

Les 24 Heures du Mans n’oublient pas le handicap

Lors de la dernière édition des 24 Heures du Mans, un équipage composé de pilotes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *