Accueil > Droits > Caravane APF France handicap : des revendications mais l’Élysée se tait
La pétition demandant à Emmanuel Macron des droits effectifs pour les personnes en situation de handicap a recueilli 30 000 signatures.© Élysée

Caravane APF France handicap : des revendications mais l’Élysée se tait

Emmanuel Macron n’a plus que trois ans pour faire du handicap la priorité annoncée lors de sa campagne électorale de 2017 et oubliée depuis. Plus de 26 000 personnes ont signé une pétition pour le lui rappeler. Elle a été remise mardi 14 mai à l’Élysée. Deux ans après son entrée en fonction et jour d’arrivée, à Paris, de la caravane En route pour nos droits ! d’APF France handicap.

Elles, ils ont signé une lettre ouverte au président de la République, à l’initiative d’APF France handicap. Plus de 26 000 personnes en situation de handicap, leurs proches, des sympathisants pour dire à Emmanuel Macron qu’il ne lui reste plus que trois ans pour rendre effectifs les droits des citoyen.ne.s handicapé.es. Lui qui avait annoncé en 2017, lors de sa campagne électorale, vouloir faire du handicap une priorité de son quinquennat. Le bilan s’avère décevant.

Désillusion et défiance

Les résultats d’une enquête APF France handicap/Ifop, menée en mars dernier, en attestent. Ils soulignent ainsi la grande désillusion face aux mesures annoncées au regard des engagements finalement tenus.

Ainsi, quasiment neuf personnes sur dix (89 %) se déclarent insatisfaites de l’action d’Emmanuel Macron. Dans une même proportion, elles ne lui font pas confiance pour redresser la barre.

Pouvoir vivre dignement, se déplacer, financer son autonomie

Les bras chargés de toutes ces signatures et des revendications qui vont avec, le président d’APF France handicap, Alain Rochon, s’est rendu à l’Élysée, mardi 14 mai , accompagné du directeur général Prosper Teboul et de quatre autres membres de l’association. Un jour symbolique, marquant les deux ans d’entrée en fonction du président de la République. Celui aussi de l’arrivée de la caravane En route pour nos droits ! à Paris, après sept jours à sillonner la France.

De gauche à droite : Christian Meistermann (Strasbourg), Stéphanie Collet (Rennes), Prosper Teboul (directeur général), Noëlle Mary Llopis (Montpellier), Alain Rochon (président) et Céline Morosoff (Grenoble) composaient la délégation APF France handicap à l’Élysée.
Crédit : Sylvaine Séré-de-Rivières

« Notre combat pour des droits effectifs se poursuit. »

« Nous avons présenté nos demandes pendant 45 minutes. Pas d’avancée pour l’instant, a déclaré Alain Rochon. Puisque l’état d’esprit reste inchangé, nos revendications portées à travers la caravane demeurent, elles aussi, inchangées et notre combat pour des droits effectifs se poursuit. »  

Droit de pouvoir exercer ses droits fondamentaux, se loger, bénéficier de ses propres ressources et vivre dignement, être autonome et financer son autonomie, droit de se déplacer. Des droits parfois ignorés, souvent bafoués, voire remis en cause par le législateur lui-même. Exemple : la loi Élan votée en septembre 2018 qui fait passer de 100 à 20 % le nombre de logements accessibles dans les immeubles neufs.

Prochain rendez-vous à Matignon

Dans sa lettre ouverte, APF France handicap demande l’inscription du handicap dans la Constitution et la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint dans le calcul du montant de l’AAH. Mais aussi la création d’un revenu individuel d’existence, distinct du revenu universel d’activité, le respect des obligations d’accessibilité et bien d’autres droits encore.

Mercredi 15 juin, une délégation du Comité national consultatif des personnes handicapées sera reçue par Édouard Philippe. Sera-t-elle entendue ? Emmanuel Macron fera-t-il des annonces lors de la conférence nationale du handicap qui se tiendra début juillet ? Ce qui est sûr c’est que si l’exécutif continue à faire la sourde oreille, les personnes en situation de handicap, elles, vont continuer à parler haut et fort.

Les parlementaires interpellés

En plus des 30 000 signatures remises à l’Élysée, APF France handicap a adressé un message à tous les parlementaires. Objectif : les interpeler, eux aussi, sur la situation des personnes handicapées qui voient leurs droits fondamentaux non respectés. Manque d’accessibilité des lieux publics, des logements, des transports, faibles ressources, manque de financement des aides humaines et aides techniques.

Elle les invite à rencontrer ses acteurs de terrain, au niveau local, afin de mieux comprendre ce que le non-respect des droits entraîne comme difficultés dans la vie quotidienne. Et leur soumet ses propositions pour répondre « à court et moyen terme » aux attentes de quelque 12 millions de personnes en situation de handicap vivant en France aujourd’hui.

A propos de Valérie Dichiappari

Lire aussi

Prévention du suicide : comment aider son proche

10 septembre : Journée mondiale de prévention du suicide. Nous avons demandé à Lucas Bemben, …

9 commentaire

  1. Bonjour
    Je suis handicapée à 80%, je ne peux plus travailler, pourquoi calcule t’on mon AAH sur le salaire de mon mari
    Mon mari est en arrêt de travail depuis le 3 décembre 2018 et il ne reprendra pas le travail de suite
    On s’enlise de plus en plus, ce mois-ci je n’ai pas pu payer mon loyer et la CAF ne veut pas recalculer mon AAH
    Je ne sais plus quoi faire
    Cordialement Patricia

  2. Merci de faire suprimer l’allocation suplementaire d’invalidite des prestations remboursables.
    Il est temps que cela soit une prestation gratuite comme la aah.

    • Tout ce qui est dit au gouvernement n’est que mensonge il ne faut surtout pas voter pour eux mon mari aussi est a 80poucent et ont tiré le diable par la queue moi je suis en dispo donc plus de salaire juste la petite pension de la sécu

  3. Que 30.000 signature alors qu’ ont est 500.000 + en france

  4. Honteux et inadmissible de calculer l AAH sur les revenus du foyer…gros ponte prenez en moins sur le dos des pauvres malades et pour une fois dans votre vie soyez honnêtes et droits . Un jour sa sera vous qui sera touché par la maladie..tout le monde y passe un jour ou l autre…et cluzel qui dit non à tout sachant qu elle même elle a une fille handicapée c’est facile sa quand on se sert bien dans les caisses de l. État…votre fille ne doit pas vivre qu avec 400 euros par mois non…à gercler ce gouvernement…et le plus vite serait le mieux

  5. bonjour maman de 3 enfants handicapés a80 pourcent j’ai eeh pour payer leur réeducation ergotherapie trouver vous ca normal que cela doit rentrer dans e calcul du quotient familial caf qui calcule centre aree cantinedonc je paye un maximun cdt thomere

  6. Inadmissible la suppression de l’AAH et Vie Autonome pour l’accès des personnes handicapées accédant à la propriété dans les immeubles neufs en zones cruciales notamment zone2.
    Nous -mêmes venons de signer le contrat de pré-vente pour accéder à un logement neuf dans un immeuble en cours d’achèvement des travaux. Après s’être renseignés auprès de notre banque pour prêt conventionné et prêt à taux zéro, on va à la C.A.F en montrant nos estimations de remboursements mensualisés des prêts demander le calcul A.P..L et Vie Autunome :
    STUPEUR !!!! Tout ça est est supprimé depuis 1er/1/2018 pour les immeubles neufs sauf zone3 et maintenus dans les immeubles anciens mais attention jusqu’à.au 1er janvier 2020. Par contre les demandeurs antérieurs au 1er janvier 2018 conservent leurs droits !!!!!
    Comment pourrons-nous vivre dans notre nouveau logement quand nous y habiterons avec de tels faibles revenu non imposables ????
    Pareil pour la loi ÉLAN 100 % réduits à 20 % de l’accès des immeubles neufs réservées aux handicapés !!!
    Pareil encore pour calculs À.A.H par rapport aux revenus du conjoint !!!!
    C’est INIMAGINABLE !!!!! On se fout des handicapés !!! Nous sommes grugés !!!!
    On devrait saisir le CONSEIL D’ÉTAT !!!
    DEHORS MACRON ET LEURS DÉPUTÉS QUI NE PENSENT QU’A LEUR FRIC !!!!

  7. Injustice notoire de l’État … Le handicap disparait à l’age de la retraite pour tous ceux qui sont nés avant le 1er janvier 2017 ! Et oui, vous quittez votre fauteuil roulant et vous licencier les aidants… ben voyons et ce malgré vos 80% d’invalidité avec un besoin d’assistance 24h/24h(surveillance et aides quotidienne).
    Explication: pour ces personnes à la retraite, l’AAH est tout simplement SUPPRIME, la CAF vous dirige vers le dossier ASPA qui est l’aide pour les personnes âgées.
    L’AAH est une aide pour les personnes ayant un handicap reconnu, elle est versée en fonction des ressources financières de la personne et du couple (comme il est dit plus haut, ce qui est aussi une injustice). L’AAH n’est pas remboursable, c’est une aide réelle.
    L’ASPA, ce n’est pas pareille, c’est une aide pour les personnes âgées dont le revenu ou retraite est faible. Celle-ci est, tenez vous bien; RECUPERABLE à hauteur de 39 000€ car l’APSA à le droit de prendre une hypothèque provisionnelle sur vos biens immobiliers, mais aussi assurance vie et petits placements qui vous servent à faire face aux imprévus de la vie, les votre et ceux de vos conjoints quel que soit votre régime matrimonial si vous êtes marié.
    Notre cher Président Monsieur Macron, à fait un « geste », c’est à dire; les bénéficiaires de l’AAH atteignant l’age légal de la retraite à compter de janvier 2017 et ayant une incapacité supérieure ou égale à 80% n’ont plus l’obligation de faire valoir leur droit à l’APSA pour continuer à percevoir l’AAH. Rien pour ceux qui ont atteint l’age de la retraite avant cette date.
    A savoir aussi: l’ASPA est accordée si le montant de vos revenus sont FAIBLES. Dépassé ce plafond, c’est à dire si vos revenus sont supérieurs vous obtenez l’AAH !!!! Et oui, Messieurs, Mesdames, plus vous avez de revenus, plus vous avez droit à une aide de la CAF (toujours en fonction des revenus)… Logique ? Cherchez l’erreur de nos
    dirigeants. Plus vous êtes « pauvre » plus on vous ponctionne .. Normal nous sommes dans une société Capitaliste.
    Les « pauvres » ayant un handicap ou non ne sont là que pour payer, enrichir toujours plus d’une manière ou d’une autre les dirigeants de ce système qui je l’espère va bientôt finir pas « mourir » de son handicap…

  8. YACHOU Jamal-eddine YACHOU

    Bonjour

    Je suis RQTH ,diplômé de bac+3 technique ,
    mon désire est seulement trouver un emploi stable de catégorie b dans la fonction publique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *