Accueil > Société > Affaire Vincent Lambert/ Cour de cassation : vers un nouvel arrêt des traitements ?
Le 28 juin, la Cour de cassation avait autorisé l'arrêt des traitements. Une décision sans possibilité d'appel.

Affaire Vincent Lambert/ Cour de cassation : vers un nouvel arrêt des traitements ?

La Cour de cassation a rendu, vendredi 28 juin, une décision sans possibilité d’appel. Elle ouvre la voie à un nouvel arrêt des traitements de Vincent Lambert, tétraplégique, maintenu dans un état végétatif irréversible depuis plus de dix ans.

C’est une nouvelle décision dans ce qui est devenu l’affaire Vincent Lambert. La haute juridiction a cassé, ce vendredi 28 juin, l’arrêt de la cour d’appel de Paris. Le 20 mai, cette dernière avait en effet ordonné la reprise de l’alimentation et de l’hydratation de l’infirmier de 42 ans en état végétatif depuis plus de dix ans. Interrompant ainsi « la sédation profonde et continue » initiée au CHU de Reims. La Cour a prononcé cette cassation sans renvoi devant une autre juridiction, selon l’AFP.

34 décisions, 1 affaire

Trente-quatre décisions juridictionnelles ont déjà été rendues dans cette affaire. Les parents, eux, s’étaient opposés à celle de la cour d’appel de Paris invoquant l’avis du Comité international des droits des personnes handicapées de l’ONU.

En effet, le 4 mai, cette instance avait demandé à la France de suspendre toute décision de l’arrêt des soins dans l’attente de l’instruction du dossier sur le fond.

Vincent Lambert, symbole de la fin de vie

Vincent Lambert, 42 ans, est maintenu dans un état végétatif irréversible depuis plus de dix ans. Et ses proches s’affrontent sur sa fin de vie. Alors que ses parents veulent son maintien en vie, sa femme et son neveu plaident pour l’arrêt des soins. Sa mèreestime que son fils n’est pas en fin de vie mais handicapé.

L’infirmier psychiatrique, victime d’un accident de la route en 2008, est devenu le symbole du débat sur la fin de vie en France. Il y a six ans, en avril 2013, un premier protocole de fin de vie en vertu de la loi Leonetti avait été engagé par le CHU de Reims avec l’accord de son épouse, Rachel Lambert.

L’équipe médicale affirmait alors que Vincent Lambert montrait des signes de refus de soins. Ses parents avaient saisi le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne dénonçant l’« assassinat d’un handicapé ». La première décision d’un long combat judiciaire que se livre depuis les proches de Vincent Lambert.

A propos de Johanna Amselem

Lire aussi

CV vidéo : un atout pour un emploi ?

Ajouter à une lettre de candidature un CV vidéo augmente de dix points les chances …

4 commentaire

  1. Pour moi sa mère devrait le laissez partir le pauvre se n est pas vivre avec des sonde , ne pas pouvoir vivre sans médicaments et puis sa doit être cher jour et nuit à sont chevet , madame laissez le parti sans acharnement médicaments , mes respect sincère à votre famille laissé le partir dignement merci

  2. moi je dit que cela n’ait pas humain,car quand un animal souffre on le fait piqué alors que ce pauvre souffre depuis 10 ans,

    moi je dit que ses parent ne pense pas a leurs fils mais a eux même ,moi je voudrais qu’ils me disent ce qu’il espéré en

    le laissant en vie,moi je soutient a fond sa femme car elle est humain elle au moin,et même si cela est douloureux cela

    vaux mieux que de me laissait souffrir

  3. Cela suffit de s’acharner sur lui car on ne sait pas s’il souffre au font de lui mème
    il faut le laisser mourir dignement!

  4. Moi je demande à mère « -si c’était vous à la place de Vincent, vous voudriez être dans son état  » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *