Accueil > C'est mon histoire > « Entrepreneur en situation de handicap, j’œuvre au développement de l’accessibilité numérique. »
Maxime Viry est entrepreneur et consultant en accessibilité numérique et tourisme adapté. © DR

« Entrepreneur en situation de handicap, j’œuvre au développement de l’accessibilité numérique. »

Travaillant depuis plus de dix ans dans le secteur du numérique, Maxime Viry, 34 ans, est CEO de la société IDcap. Il accompagne des acteurs publics et privés dans leur transformation digitale. Lui-même atteint d’une amyotrophie spinale, il est convaincu que l’inclusion des personnes en situation de handicap passe par une meilleure accessibilité numérique.

« Mon parcours professionnel a toujours été lié au numérique. Diplômé d’un DUT Services et Réseaux de communication, j’ai eu l’opportunité de commencer en agence web. Ce n’était pas gagné. J’ai cherché du travail pendant plus d’un an après mes études. Heureusement, des personnes m’ont fait confiance. J’étais lancé.

Pour des raisons logistiques, au bout de quelques années, je suis devenu free lance. J’ai souvent refusé des postes parce que les conditions matérielles, notamment les déplacements, étaient incompatibles avec mon handicap.

Le manque d’accessibilité numérique, cause majeure de discrimination

Je suis devenu entrepreneur et consultant en accessibilité numérique et tourisme adapté. J’ai créé une première société en 2012 sur le cloud computing. Et en 2017, j’ai lancé IDcap pour sensibiliser et accompagner le secteur public et les entreprises. Pour moi, la question de l’accessibilité numérique pour tous est capitale et la tâche immense. Moins de 10 % du web mondial est accessible. Un gros travail de pédagogie s’avère donc nécessaire pour convaincre du bien fondé de cette démarche.

Le manque d’accès à des outils et services numériques constitue une cause majeure de discrimination des personnes en situation de handicap. Les supports doivent être consultables par toute et tous. Tenez, par exemple, durant le grand Débat national, beaucoup n’ont pas pu accéder à la plateforme numérique pour consigner leurs doléances. Alors que sur le principe tous les citoyens auraient dû pouvoir le faire. Pour moi, vouloir renforcer cette accessibilité numérique est d’ailleurs tout autant une démarche militante que professionnelle.

Le handicap, composante de mon activité professionnelle

Le fait d’être moi-même en situation de handicap constitue bien souvent un gage de crédibilité pour les personnes qui font appel aux services de ma société. Je ne considère pas avoir une autorité absolue sur ces questions mais des choses à dire, un vécu doublé d’une expertise professionnelle. Comme je le dis, le handicap est un élément avec lequel je dois composer. Mais il ne me résume pas. Il donne juste plus de sens à mes activités.

Une chose est sûre : il faut sans doute en faire beaucoup plus quand on est en situation de handicap pour parvenir à rendre son projet d’entrepreneuriat pérenne. Et il faut aussi lutter contre cette forme d’auto-discrimination que l’on intériorise. Parce qu’il est encore, hélas, très difficile de se défaire du regard extérieur sur le handicap qui demeure très compatissant. »

A propos de Claudine Colozzi

Lire aussi

Nom de code Carlotta, mission accessibilité

L’illustratrice et artiste multiforme Carlotta vit à Paris. Atteinte de la maladie de Charcot, elle …

2 commentaire

  1. Bonjour j aimerais avoir les coordonnées de cet entrepreneur qui pourrait peut-être m aider pour ma fille handicapée moteur en fauteuil roulant manuel qui ne parle pas ne peut se servir de ses bras écrit avec ses pieds avec son ordinateur portable et un joystick ! Matériel qui ne lui permet pas d écrire très vite merci beaucoup de votre aide. Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *