Accueil > Accessibilité > Une Handirampe pour l’accessibilité en 2050
Des escaliers qui se transforment en rampe pilotés par un smartphone ou une montre connectée. C'est ce qu'on imaginé les élèves de l'équipe Alta pour le Défi Teknik 2019. © Mario Guénin

Une Handirampe pour l’accessibilité en 2050

Des collégien.ne.s de Périgueux ont imaginé un dispositif pour transformer un escalier en rampe et le monter avec un fauteuil roulant aimanté. Objectif : améliorer l’accessibilité. Ce projet a remporté le deuxième prix du Défi Teknik, dédié à la découverte des métiers de l’industrie.

Ils sont quatre. Deux filles, deux garçons – Auriane, Albane, Timothé et Louis – formant l’équipe Alta. Ils étaient, cette année 2018-2019, collégiens à Périgueux en Dordogne. Et dans le cadre du Défi Teknik, organisé par la Fondation Face pour faire évoluer les représentations sur les métiers de l’industrie, ils ont imaginé un dispositif utile aux personnes à mobilité réduite améliorant l’accessibilité.

Le thème du défi, qui existe depuis cinq ans, était cette année celui des « Objets connectés en 2050 ». Alors, l’équipe Alta a pensé que ces fameux objets pourraient d’ici trois décennies offrir une plus grande accessibilité aux personnes en fauteuil roulant. En pilotant un escalier dont les marches pourraient pivoter pour faire une rampe.

Des aimants pour une montée facile

Le dispositif – baptisé Handirampe – serait alimenté par l’énergie d’un panneau solaire. Tandis que les marches, comme les roues du fauteuil, seraient équipées d’aimants pour permettre une montée sans risque de redescendre. Un astucieux projet, donc, qui a remporté le deuxième prix national, après avoir été le lauréat de son établissement puis sélectionné au niveau de son académie.

« Ils sont venus me voir et m’ont posé des questions sur les difficultés d’accessibilité dans la vie de tous les jours, explique Hubert Renou, référent accessibilité APF France Handicap en Dordogne. Ils avaient déjà beaucoup travaillé en amont et devaient bientôt défendre leur projet devant le jury national. »

L’équipe Alta : Timothé, Albane, Auriane et Louis lors du défi académique à Limoges. © DR

Utopique ou visionnaire projet sur l’accessibilité ?

Utopique, l’Handirampe ? Hubert Renou a tendance à le penser. Il n’en est pas moins impressionné par le dynamisme et la créativité des quatre collégien.ne.s. « Ils ont trouvé l’idée et pensé à tout, y compris l’alimentation par panneau solaire. Au final, ils ont peut être raison et un industriel pourrait bien l’adapter ! », dit-il.

Mais espérons seulement qu’ils se trompent dans la présentation de notre quotidien en 2050. Exposant leur projet à Limoges, les collégien.ne.s disaient, en effet, que les habitations seraient de plus en plus hautes avec moins de superficie au sol. Avec plus d’escaliers, donc. Et qu’en dépit des progrès médicaux, les opérations coûteraient cher et contraindraient beaucoup de personnes à y renoncer. Sic !

Et le premier prix ?
L’équipe lauréate du Défi Teknik 2019 s’appelle Handicom. Et comme son nom l’indique, elle s’est, elle aussi, intéressée au handicap. Visuel cette fois. Elle a ainsi conçu un drone au service des personnes malvoyantes. Un drone doté de caméra et capteurs thermiques, système biométrique, GPS, haut-parleurs… « Il est capable de communiquer avec son interlocuteur.trice. Sa base de données permet de stocker du vocabulaire. Il analyse les échanges et interagit avec l’usager. », expliquent les sept élèves du collège Montesquieu de Cugnaux (académie de Toulouse), qui l’ont imaginé.

A propos de Corinne Manoury

Lire aussi

Nom de code Carlotta, mission accessibilité

L’illustratrice et artiste multiforme Carlotta vit à Paris. Atteinte de la maladie de Charcot, elle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *