Accueil > Arrêt sur la toile > Stop au gaspillage du matériel médical
L’association Grandir et vieillir ensemble récupère et rénove des fauteuils roulants. Elle déplore l'absence de recyclage pour ce matériel. © France.tv

Stop au gaspillage du matériel médical

Dans l’Hérault, une association donne une seconde vie aux fauteuils roulants. Et envisage de déposer une proposition de loi pour lutter contre le gaspillage du matériel médical.

Dans un garage transformé en atelier, des jeunes démontent, nettoient et dégrippent des fauteuils roulants. Objectif : les remettre en état de marche et les proposer gratuitement à des personnes qui en ont besoin. Comme Michel, hospitalisé à domicile, qui avait acheté un fauteuil d’occasion sur Internet. Problème : il était bien trop lourd pour son épouse.

L’association Grandir et vieillir ensemble, créée à Servian dans l’Hérault, lui a donc fourni un fauteuil de transfert. Plus léger et plus maniable. Fini le mal de dos pour son épouse qui se dit ravie de ce nouveau fauteuil.

400 fauteuils récupérés et rénovés

« On jette du neuf ! Alors qu’un fauteuil, c’est facile à réparer », déplore Cédric Rodriguez, président de l’association. Depuis le début de son activité, Grandir et vieillir ensemble a récupéré et rénové quelque 400 fauteuils. Aujourd’hui, elle voudrait aller plus loin avec une proposition de loi pour lutter contre le gaspillage du matériel médical. Elle a interpelé les parlementaires dans ce sens.

À lire sur France 3 Occitanie ou à revoir dans le journal régional du 27 août (reportage à partir de 8 min)

A propos de Corinne Manoury

Lire aussi

Des fauteuils roulants moins chers… mais à quel prix ?

Le gouvernement souhaite faire baisser les prix des fauteuils roulants en réservant aux fabricants les …

3 commentaire

  1. Pourquoi les réparations des fauteuils coûtent chers et sont mal remboursées. Un fauteuil manuel neuf est pris en charge intégralement alors que la prise en charge pour changement de roues est minime. Changer un repose jambe n’est pas pris en charge. Pourquoi sur un fauteuil on vous facture une sangle de repose pied 200€ selon le fabriquant. Les pièces détachées sont hors de prix et non remboursées pour certaines. Il faudrait changer le système de remboursement et de prise en charge.

    • Je suis entièrement d’accord avec vous.
      Les fabricants se gavent sur notre handicap.
      Mal conseillé par un vendeur professionnel, lors de la commande, je n’ai pas pris l’option des roulettes arrières anti-retournement à 400 €
      Après 2 retournements douloureux, j’ai souhaité les faire monter. Comme ce n’était plus une option mais un accessoire, il m’était demandé 1200 €.
      Ce que j’ai refusé et je m’en suis servi avec la peur au ventre chaque fois que se présentait le moindre raccord de goudron.
      L’an passé, les coussins de prévention communs n’étant plus suffisant, je me suis dirigé vers un coussin à air. Lorsque l’on m’a annoncé son prix, j’ai failli tombé de mon fauteuil. Pour un article diffusé mondialement en matière de chambre à air, on m’a demandé 500 €, tarif imposé par le fabricant.
      Heureusement qu’à cet époque je travaillais encore et c’est mon entreprise qui me l’a payé.
      50 € pour un rétroviseur pour mon fauteuil électrique, alors qu’un modèle similaire coûte 10 € au rayon vélo d’une grande surface.
      Pour ce même fauteuil, 2 ans de garantie pièces et main d’oeuvre, mais pas le déplacement. 30 € à ma charge non pris en charge par la Sécu. Etc, etc …
      On est pris pour des vaches à lait par tout ceux qui gravitent autour de l’handicap, alors qu’une filière soit mis en place pour nous faire faire des économies, c’est une très bonne chose. Souhaitons qu’elle se généralise partout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *