Accueil > Santé > Recherche/Sciences > Nouvelles technologies : des oreillettes à l’écoute du cerveau
Un objet du quotidien pour capter discrètement les signaux du cerveau, à usage médical ou ludique. © Naox technologies.

Nouvelles technologies : des oreillettes à l’écoute du cerveau

Avec des capteurs intégrés dans des écouteurs, la start-up Naox technologies veut faciliter l’usage de l’électroencéphalogramme. Pour faire progresser la recherche médicale. Mais aussi proposer une expérience plus immersive du jeu vidéo, notamment pour les personnes handicapées.

S’assoir face à un écran. Enfiler deux petites oreillettes et regarder une vidéo mettant en scène un chevalier en armure qui entre dans une ville fortifiée. Dans les écouteurs, de discrets capteurs mesurent en temps réel l’attention. Pour mettre en évidence, à la fin, les moments de concentration et de distraction.

Cette expérience étonnante, il était possible de s’y livrer pendant le week-end “Jeux vidéo et handicap” qui s’est récemment tenu au e-Lab de la Cité des sciences et de l’industrie. Le dispositif y est en test pour faire remonter à ses concepteurs les doléances des utilisateurs. Que faut-il faire pour que ce soit agréable à porter ? Quelles fonctions seraient souhaitables ?

Sortir l’électroencéphalogramme des laboratoires et de l’hôpital

Ce dispositif, ce sont les écouteurs de Naox technologies. Une start-up créée en 2018 par Hugo Dinh, polytechnicien, et son ancien professeur, Michel Le Van Quyen, chercheur à l’Inserm. « L’électroencéphalogramme, qui mesure l’activité électrique du cerveau, est très utilisé en médecine, notamment pour l’épilepsie, explique Hugo Dinh. Mais les contraintes d’appareillage, un bonnet et des électrodes collées, en font un outil difficile à sortir du milieu clinique. »

Ce qu’a voulu faire Naox technologies, c’est donc d’intégrer les capteurs de façon discrète, dans un objet du quotidien. Pour mesurer l’activité du cerveau dans de multiples situations, à l’extérieur des laboratoires et de l’hôpital. « Pouvoir détecter par exemple les moments de stress, le déclenchement de crises épileptiques et faire ainsi progresser la recherche médicale », poursuit le directeur général de Naox technologies.

Des commandes simples pour une expérience de jeu augmentée

Quant aux applications dans le domaine du jeu vidéo, cela pourrait être de faire avancer ou reculer un personnage par la pensée. Le faire aller à gauche ou à droite. Mais pas forcément descendre de son cheval ou sortir son épée, dans le cas du chevalier de l’animation du e-Lab. Des commandes simples mais qui offriraient une expérience plus immersive et plus accessible du jeu.

Hugo Dinh cite Neuralink, la société d’Elon Musk, qui avec des électrodes directement implantées dans le cerveau entend mettre au point de nouvelles interfaces homme/machines. « Cela coûte extrêmement cher aujourd’hui. Nous, nous faisons le choix de démocratiser la technologie de l’électroencéphalogramme. Avec un signal un peu dégradé mais qui permet néanmoins des ordres simples. » Qui permet surtout de se fondre dans le paysage. Comment, ce sont les oreillettes qui écoutent mon cerveau ?

A propos de Corinne Manoury

Lire aussi

Festival Regards croisés : le handicap fait son cinéma

Jusqu’au 9 novembre, à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), se tient la 11e édition du festival de courts …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *