Accueil > Emploi > Festival Regards croisés : le handicap fait son cinéma
Les compétiteurs du Festival Regards croisés ont six minutes maximum pour exprimer de manière drôle, décalée ou sérieuse leur vie au travail.

Festival Regards croisés : le handicap fait son cinéma

Jusqu’au 9 novembre, à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), se tient la 11e édition du festival de courts métrages “Métiers et handicaps” porté par l’association Hippocampe. Son mot d’ordre ? Le handicap n’empêche pas le talent.

Le Festival Regards croisés, ce n’est pas moins de cinquante courts métrages en compétition. Avec le point commun de traiter du handicap au travail en six minutes maximum. Le tout réparti en cinq catégories. Milieu protégé, milieu ordinaire, communication d’entreprise, autres regards et autres regards Ésat et entreprises adaptées.

Après leur diffusion le vendredi 8 novembre, un jury les départagera. Présidé cette année par Charlotte de Turckheim, il rassemble professionnels du cinéma, journalistes, sportifs. Dont, notamment, le nageur handisport Théo Curin.

Projecteur sur un long métrage

Outre la compétition, le festival propose la projection du long métrage Chamboultout d’Éric Lavaine. Rendez-vous samedi 9 novembre, à 20 heures, en présence de José Garcia.

Cette comédie met en scène Béatrice, interprétée par Alexandra Lamy, qui célèbre  la sortie de son ouvrage dans lequel elle raconte l’accident ayant fait perdre la vue à son mari, Frédéric. Ce dernier devenu invivable dit à tous tout ce qu’il pense.

Cela produit nécessairement un grand chamboultout dans l’entourage. Autant que dans son livre où chaque membre de la famille se reconnaît et ne se trouve pas forcément à son avantage.

Courts-métrages internationaux

À noter enfin, que tout au long de la journée de samedi, le festival prévoit la diffusion de courts métrages internationaux. Les publics scolaires auront, eux, leur journée attitrée ce jeudi 7 novembre.

Entrée libre et gratuite.

A propos de Sophie Massieu

Lire aussi

« Même handicapé, je suis une valeur ajoutée, pas un déchet. »

Sébastien Girard Riodel a retrouvé le sourire. Le 3 janvier 2017, après six ans de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *