Accueil > Vie Sociale > Sports > Marc Gostoli : « Une majorité de personnes handicapées peut pratiquer le ski debout. »
La go to ski ou trottinette des neiges, reproduisant mécaniquement les huit mouvements d’un skieur, s’utilise quel que soit son handicap.

Marc Gostoli : « Une majorité de personnes handicapées peut pratiquer le ski debout. »

Inventeur de la go to ski, machine permettant de skier debout, Marc Gostoli regrette un manque d’information sur les possibilités offertes à tous de pratiquer ce sport. Alors que, selon lui, tous les dispositifs existent.

Créateur de l’association Antenne Handicap et inventeur de la go to ski, Marc Gostoli donne accès à la pratique du ski aux personnes handicapées physiques, mentales et sensorielles.

Faire-Face.fr : Vous avez imaginé il y a dix-huit ans la go to ski. Une machine unique en son genre qui reproduit les mouvements des skis pour surfer sur les bosses et dévaler les pentes. Pourquoi ?

Marc Gostoli : Parce que plus des trois quarts des personnes handicapées physiques marchent. Le tandem ski, c’est bien. Mais certaines peuvent pratiquer debout et de façon plus autonome.

J’ai dû batailler des années pour obtenir l’homologation en France. Alors qu’en Italie, la go to ski a été reconnue d’utilité médicale et thérapeutique.

Voir des photos de la go to ski, c’est l’adopter

Faire-Face.fr : Malgré tout, aujourd’hui en France, une trentaine de stations la proposent…

M.G : Oui et il n’y aura pas de retour en arrière. C’est grâce aux réseaux sociaux. Les gens voient les images et ils veulent absolument essayer.

Mais nous avons mis du temps à nous faire reconnaître. À la fois parce que nous avons trop peu communiqué au début et parce que pour les moniteurs,  piloter un tandem ski reste plus facile. Plus valorisant aussi. Tandis qu’accompagner une personne debout demande plus d’engagement.

Faire-Face.fr : Que reste-t-il, selon vous, à inventer pour permettre à toutes les personnes quel que soit leur handicap de pratiquer le ski ?

M.G : Ici, à La Plagne, j’ai tout ce qu’il faut, toutes les adaptations, y compris pour des personnes tétraplégiques.

Ce qui manque aujourd’hui, c’est l’information qu’une majorité des personnes handicapées peut pratiquer le ski debout. Et, avec ou sans handicap, de toute façon, le ski reste hélas un sport de nantis. Même si certaines stations pratiquent des tarifs préférentiels et les MDPH financent une part du surcoût lié au handicap.

A propos de Sophie Massieu

Sophie Massieu

Lire aussi

Les 24 Heures du Mans n’oublient pas le handicap

Lors de la dernière édition des 24 Heures du Mans, un équipage composé de pilotes …

Un commentaire

  1. Avatar

    Mentionner les stations, qui mettent en oeuvre et proposent cette activité ! Encore une fois, la France qui sait et qui fait mieux que tout le monde, est à la « traine » !!! Des « huiles »bloquent et créent les pires difficultés pour mettre en application ce qui est salutaire et le bien être des personnes à mobilité réduite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial