Accueil > Arrêt sur la toile > Dyslexie : la lampe Lexilight promet d’aider à lire
Grâce à une lumière pulsée et modulée, la lampe Lexilight à LED donne un espace suffisant entre les lettres et les lignes. Cela rendrait plus fluide la lecture chez les personnes dyslexiques.

Dyslexie : la lampe Lexilight promet d’aider à lire

Lors du dernier salon Consumer Electronics Show (CES) à Las Vegas, une start-up française a présenté une solution novatrice dédiée aux personnes dyslexiques. Objectif : leur faciliter la lecture.

Entrepreneur spécialisé dans le domaine de l’éclairage LED, Jean-Baptiste Fontes n’a aucun doute. La lampe Lexilight créé par sa start-up Lexilife devrait changer le quotidien des personnes ayant des troubles de la lecture. Les personnes dyslexiques en particulier.

Pour faire connaître son produit et tenter de lever des fonds à hauteur de cinq millions d’euros, direction le salon Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas début janvier. Son entreprise est intégrée à la délégation de la Région Île-de-France.

Variations de lumière pour moins de fatigue oculaire

La promesse de cette lampe inédite ? Permettre aux personnes dyslexiques de pouvoir lire plus vite, plus longtemps et sans fatigue oculaire. Comment ? « En modulant et pulsant des ondes lumineuses. » Il s’agit de tromper leur cerveau et de créer chez elles « un œil dominant » leur faisant défaut. Deux molettes assurant de plus des réglages individuels.

Des résultats positifs mais un prix élevé

Un test préalable sur un panel de trois cents individus a ainsi montré que 87 % d’entre eux éprouvaient une amélioration. Un bémol néanmoins : la version définitive et commercialisable de cette fameuse lampe coûte 549 euros. « Cela peut paraître élevé mais elle est 100 % made in France et garantie dix ans », justifie Jean-Baptiste Fontes.

A propos de Elise Jeanne

Elise Jeanne
Journaliste généraliste, société, santé, culture.

Lire aussi

Aide à domicile : un décret met fin à la facturation des heures non assurées durant la crise sanitaire

Une ordonnance, prise durant le confinement, autorisait les services prestataires à facturer les heures prévues …

2 commentaire

  1. Avatar

    Bonjour,

    Dommage que l’on ne puisse pas partager sur What’app ou télégrame

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial