Accueil > Société > Les Monocyclettes : des vêtements adaptés aux femmes ayant subi une mastectomie
Avec ses vêtements, Angélique Lecomte veut briser le tabou qui entoure l'ablation du sein. © Les Monocyclettes

Les Monocyclettes : des vêtements adaptés aux femmes ayant subi une mastectomie

Angélique Lecomte a créé Les Monocyclettes, une marque de vêtements asymétriques pour les femmes qui, suite à l’ablation d’un sein, n’ont pas eu recours à la reconstruction mammaire. Elle-même concernée, elle veut les aider à se réapproprier leur corps et leur féminité.

70 % des femmes atteintes d’un cancer du sein choisissent de ne pas faire de reconstruction mammaire après l’intervention chirurgicale. Peur de la lourdeur d’une nouvelle hospitalisation et de nouvelles douleurs ? Manque d’énergie ? Volonté d’assumer leur asymétrie ?

Les Monocyclettes, les nouvelles amazones

« Pour beaucoup de femmes, cette terrible épreuve leur a permis de relativiser et elles s’habituent à leur nouveau corps », constate Angélique Lecomte, créatrice des Monocyclettes, une marque de vêtements adaptés pour les nouvelles amazones.

Confrontée elle-aussi à ce choix, cette Vauclusienne de 38 ans a décidé de briser le tabou qui entoure l’ablation du sein.  « Enlever un sein ne revient pas à perdre sa féminité, insiste-t-elle. La féminité, c’est bien plus que ça ! C’est un état d’esprit, une attitude, un regard, un sourire, une façon d’être… »

Des vêtements jolis et confortables 

Suite à une campagne de financement participatif, Angélique Lecomte a récolté plus de 4 000 € lui permettant de travailler à la collection printemps-été des Monocyclettes. De jolis vêtements asymétriques, féminins, confortables et Oeko-tex. Ce label garantit en effet des vêtements sans substances nuisibles pour la santé. Objectif : respecter les peaux fragilisées par la chirurgie et les traitements.

Mais aussi des tatouages éphémères pour recouvrir la cicatrice et des soutiens-gorge avec un seul bonnet. Une mode qui s’adapte aux contraintes liées aux nouvelles proportions du corps. Et qui offre la possibilité aux femmes de porter une prothèse… ou pas.

 

 

 

A propos de Claudine Colozzi

Claudine Colozzi
Journaliste société - culture, mettant en valeur des femmes et des hommes au parcours inspirant.

Lire aussi

Falc et langue des signes : la crise sanitaire les a mis à l’honneur

Des interventions présidentielles qui se multiplient, des consignes sanitaires à transmettre… La crise liée au …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial