Accueil > Société > Confinement : « Cette crise va ancrer mon désir d’engagement. »
À Nancy, Éric Henry entame sa troisième semaine de confinement. ©Lucas Charlicart

Confinement : « Cette crise va ancrer mon désir d’engagement. »

Durant le confinement, Faire-face.fr recueille une fois par semaine le témoignage de deux personnes en situation de handicap. À J+14, Éric Henry, vivant en appartement à Nancy, découvre aussi les bienfaits d’un autre quotidien.

« J’arrive bientôt à la fin de mes paquets de cigarettes. Ça va être l’occasion d’essayer d’arrêter de fumer ! Ma barbe et mes cheveux s’allongent, ce qui ne me plaît pas beaucoup. Le coiffeur sera une de mes priorités à la levée du confinement. Je sais que cela va encore durer alors samedi j’ai fait de grosses courses alimentaires avec mon auxiliaire de vie, avant que n’arrive le gros pic de l’épidémie. En mangeant tous les jours à la maison, les stocks descendent plus vite !

Une fête des voisins même en juillet

À part ça, mes sorties de la semaine se résument à trois fois trente minutes sur le parking de ma résidence. Ce sont des moments sympathiques. Les voisins sortent faire courir leurs enfants. Nous échangeons davantage qu’à l’accoutumée mais bien sûr avec la distance réglementaire de sécurité, loin les uns des autres.

Tout le monde a plus de temps que d’habitude, et un sujet de conversation tout trouvé. Nous nous sommes jurés de ne pas louper l’organisation de la fête des voisins cette année, même s’il faut la faire en juillet.

Télétravail en prise avec la crise

Mais étonnement, je ne souffre pas trop du confinement. Je retrouve le goût de l’écriture pour le plaisir. Et travailler depuis chez moi a bien-sûr ses avantages, même si j’ai encore beaucoup de problèmes de connexion.

Cadre du conseil départemental, la semaine dernière j’ai été beaucoup mobilisé par l’approvisionnement des SAAD (services d’aide et d’accompagnement à domicile) et SSIAD (service de soins infirmiers à domicile) en masques, gants, surblouses, gel hydroalcoolique…

Et on m’a confié l’assistance informatique des personnes voulant se connecter à la Plateforme de l’engagement du Département, qui a déployé une page spéciale coronavirus, où associations et bénévoles peuvent poster leurs offres et demandes d’aides.

Je pense que cette crise va ancrer mon désir d’engagement. Avec ce confinement, je suis déjà bien loin de la frénésie de la campagne des municipales à laquelle j’ai pris part en étant candidat sur une liste. Mais avec mes colistiers nous réfléchissons à l’après. Nous sommes en train de monter une association d’ingénierie sociale en situation de crise. »

Retrouvez la suite du journal du confinement d’Éric mardi 7 avril.

A propos de Elise Descamps

Elise Descamps
Journaliste société, un pied dans le Grand Est, le cœur au plus près de ceux qu’elle interroge.

Lire aussi

Pour beaucoup de personnes handicapées, le confinement c’est toute l’année

Presque deux mois de confinement lié au Covid-19, dans des logements parfois mal adaptés. Peu …

Un commentaire

  1. Avatar

    bonjour
    voila 4 semaines que je suis confiné . pour me protégée du coronavirus .mon petit fils vas nous faire tous les 3 jours de quoi mangé il le pose a la porte .on ne veux pas prendre de risque moi j ai une valve cardiaque une bpco stade 3 voir 4 je déprime depuis 2013 reconnue lors 4 expertises militaire. ordonné par la Rochelle qui ne tienne pas compte infirmité direct et déterminant avec la premier infirmité pensionné de 65%qui dure depuis 1982 malgré les infirmités qui on entre de survenu depuis 2013 il sens foute une honte en plus a/v/c en 2016 suivi des troncs supra aortique et pris en charge par l article 212
    eux sens foute alors que Professeurs Médecins et experts taux sous estimé pour eux entre 85% et 90% que faire je vous donne le numéro du dossier S/D/P/-F/O16OO6B une pension de misère et obligé de mangé du café ou du chocolat le soir pour y arrivé pour avoir été mal soignée en Tunisie en 1963 voila la vie que j ai fait mené à ma famille jamais de vacances fallait prévoir pour les étude de ma fille .et la avec mes infirmités je ne pourrait pas en revenir . j ai demandé la prise en charge de mes lunettes rejeté et la s/s 0/15 centimes ci je veut voir mieux et cela depuis mon A/V/C ne mange pas pour payer voila pourquoi on en est la l injustice tout pour eux l égalité dans leur poches merci de me lire j ai 76 ans que l on me donne se que l on me dois sur les erreurs depuis 1990 ?? salutations MEtancelin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial