Accueil > Société > Confinement – « Ça va bien, nickel. »
Trois semaines sans sortir, lui d’ordinaire toujours en vadrouille, n’ont pas entamé le flegme du trentenaire.

Confinement – « Ça va bien, nickel. »

Durant toute la période de confinement, Faire-face.fr recueille chaque semaine les impressions de deux personnes en situation de handicap. Ce mardi, J+21 pour Aurélien Bascop, résident d’un foyer de vie à Saint-Quentin, dans l’Aisne. Il continue de positiver, fidèle à son tempérament.

« Le moral ça va bien, nickel. » Nous insistons, le poussons dans ses retranchements, cherchons la faille, sommes incrédules. Non, Aurélien Bascop l’assure, il vit très bien le confinement. « De toutes façons, nous sommes tous dans la même situation. Et il est hors de question de tenter le diable. Certains résidents sont à risque. »

« J’ai appris à me raisonner. »

Trois semaines sans sortir de son foyer de vie à Saint-Quentin, alors qu’il est d’ordinaire sans cesse en vadrouille, n’ont pas entamé le flegme du trentenaire. Il reste fidèle à sa ligne de conduite. « J’ai appris à me raisonner, et ce n’est pas en se lamentant sur son sort que l’on va avancer. » Mais comment fait-il ? 

Radio et karaoké

« Cette semaine je suis un peu débordé, alors vraiment je n’ai pas le temps de m’ennuyer. » Depuis sa chambre, il chante du Claude François et du Jean-Jacques Goldman avec d’autres personnes sur un karaoké en ligne. Il enregistre aussi des émissions pour la radio associative à laquelle il travaille bénévolement chaque jour.

Soutien à d’autres membres d’APF France handicap de l’Aisne

Référent du groupe relais de la délégation APF France handicap de l’Aisne, il continue aussi d’en appeler régulièrement trois participants habituels, pour s’assurer qu’ils supportent le confinement.

La liste s’est étendue à quelques adhérents locaux ne participant pas d’ordinaire aux activités. « J’ai reçu la liste hier et avec le trésorier du groupe nous nous les partageons. » 

Personnel masqué pendant le confinement

Cela s’ajoute aux animations proposées par le foyer, comme la sarbacane et la pétanque. Le sport favori d’Aurélien ? Taquiner le personnel. Mais il compatit avec eux, qu’il trouve plus stressés qu’à l’accoutumée. « Ils portent des masques, alors qu’il commence à faire chaud, 25° aujourd’hui. C’est difficile pour eux si ça dure. » 

Retrouvez la suite du journal du confinement d’Aurélien mardi 14 avril.

A propos de Elise Descamps

Elise Descamps
Journaliste société, un pied dans le Grand Est, le cœur au plus près de ceux qu’elle interroge.

Lire aussi

Pour beaucoup de personnes handicapées, le confinement c’est toute l’année

Presque deux mois de confinement lié au Covid-19, dans des logements parfois mal adaptés. Peu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial