Accueil > C'est mon histoire > « Lourdement handicapée, je me bats depuis deux ans pour faire valoir mes droits. »
Paula Gomez a subi de nombreuses amputations suite à une infection nosocomiale. ©DR

« Lourdement handicapée, je me bats depuis deux ans pour faire valoir mes droits. »

Paula Gomez, 52 ans, a été amputée des quatre membres après avoir contracté une infection nosocomiale en 2018. Depuis deux ans, elle essaie d’obtenir réparation du préjudice subi. Cette ancienne mandataire judiciaire prend la parole pour alerter sur sa situation. Et dénoncer les dysfonctionnements d’un système qui laisse sur le carreau les victimes d’accidents médicaux.

« Il y a deux ans, je suis passée très près de la mort. Alors si je suis encore là, c’est pour mes trois enfants et mon mari toujours présents à mes côtés, et pour faire entendre la voix de ceux qui demandent une indemnisation suite à une intervention chirurgicale.

J’ai dû arrêter de travailler, mais j’exerçais en tant que mandataire judiciaire à la protection des majeurs. Veiller au respect des droits des personnes, favoriser leur autonomie, c’est ce à quoi je me suis toujours employée. C’est pourquoi, j’ai décidé de sortir de l’ombre en racontant mon casse-tête juridique.

Mon retour à une vie sociale passe par une reconnaissance de mes droits

En juillet 2018, j’ai été hospitalisée pour une mastectomie suite à une récidive du cancer du sein. J’ai contracté une infection nosocomiale à cause d’un staphylocoque doré. On m’a amputé des deux pieds, de l’avant-bras gauche et de trois doigts de la main droite. Après de longs mois de rééducation, je peux de nouveau marcher équipée de prothèses tibiales. Mais évidemment, j’ai beaucoup perdu en autonomie.

Ce qui me pèse le plus, c’est d’être dépendante. J’ai besoin d’une auxiliaire de vie et le reste à charge est très élevé. Combien de temps vais-je tenir comme cela ? Mon appareillage aussi est très coûteux. Je ne peux pas prétendre à l’AAH car mon conjoint gagne bien sa vie. Il existe nombre d’aberrations qu’il faut faire bouger.

Mon retour à une vie sociale passe par une indemnisation, une reconnaissance du préjudice que j’ai subi. Même aidée par mon avocate, j’ai l’impression d’être dans une impasse. La MDPH que je connais bien pour avoir travaillé avec eux lorsque j’étais en activité comprend mon désarroi, mais ne peut rien faire.

Le temps de l’administration n’est pas le temps des victimes

Nous avons enclenché des démarches auprès de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux. Aucune réponse !  C’est quand même un comble de faire face à la défaillance des organismes créés pour nous protéger.

Nous avons lancé une assignation en justice mais tout cela risque de prendre de longs mois. Le temps de l’administration n’est pas le temps des victimes. Cette institution a déjà été sévèrement critiquée par un rapport de la Cour des comptes en 2017. La durée d’instruction des dossiers est très longue, deux ans et neuf mois en moyenne, ce qui est intolérable pour les victimes. Il faut raccourcir ces délais.

J’ai les moyens de me battre, mais comment font les personnes seules, sans moyens pour faire valoir leurs droits ? C’est aussi le sens de mon combat. Je suis intimement convaincue que les choses n’arrivent jamais par hasard. Il me faut donner du sens à ce que je traverse. C’est très frustrant de ne pas se sentir utile. Avant je faisais du bénévolat auprès de personnes âgées avec  l’association Les Petits Frères des Pauvres. Là, je fais entendre la voix des victimes à travers ma propre expérience. »

A propos de Claudine Colozzi

Claudine Colozzi
Journaliste société - culture, mettant en valeur des femmes et des hommes au parcours inspirant.

Lire aussi

Le Défenseur des droits, six ans d’action en faveur des personnes handicapées

Arrivé au terme de son mandat, Jacques Toubon va quitter son poste de Défenseur des …

4 commentaire

  1. Avatar

    C est bizarre que vous ne touchiez rien alors qu au debut on a 3 ans en demi journee maladiebparvla secu de nos salaires hrut puis on est automatiquement basculé en invalidite mais la catégorie c est le ledecin controleur qui l attribie vous c est 3eme categorie est la on touche tjrs la’meme base et donc comme on gagne plus que 900e on a’pas l allocation adulte handicapé mais’ si vos salaires etaient moins la caf complete jusqu au plafond des 900earvmois. Et cveqt faut une loi a ete vote maintenant c eqt que lecsalairecdecla’personne handicape prisecen comptecet non’plus du ciuple. C est faux ce qui est note en plus qi vous’ aviez une prevoyance familiale vmaladiecen complement de votre assurance automobiliste accident vous avez droit anun capital ou sous forme decrente qui n est pas imposable. Et vous allez touchez ensuite une indemnisation par l hopital dans 10 ans…. c est malheureusement long et vos credits qont pris en charges par l assurance invalidites deces vous ne les payaient plus.

    • Avatar

      Bonjour Hubert,

      En tant que profession libérale je n’ai pas d’indemnités journalières de la sécurité sociale. j’ai une assurance prévoyance qui refuse de m’indemniser et que je viens d’assigner en justice. Quand on parle de combat dans ce cas particulièrement, il prend tout son sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial