Accueil > Accessibilité > Handicap et municipales : « Si la ville était plus accessible, je sortirais beaucoup plus souvent. »
Comme la plupart des bus ne sont pas adaptés, Céline Poggi se déplace souvent en fauteuil électrique. Une galère, en raison de l'inaccessibilité de la voirie.

Handicap et municipales : « Si la ville était plus accessible, je sortirais beaucoup plus souvent. »

Céline Poggi aimerait que l’accessibilité de la ville, et surtout de la voirie, soit un enjeu des élections municipales, dont le second tour aura lieu dimanche 28 juin. À Marseille, où elle habite, sa liberté d’aller et venir se heurte aux trottoirs sans bateaux, aux voitures mal garées, aux trous dans la chaussée.

C’est l’une des conséquences inattendues de la crise sanitaire. Le coronavirus a relancé le débat sur la voirie. Sur la place des vélos dans la ville, pour être plus précis. Et plus généralement, sur les déplacements doux (trottinettes, rollers…). « Mais il ne faudrait pas oublier les personnes handicapées », pointe Céline Poggi.

Avec son fauteuil électrique, cette Marseillaise arpente les rues de son quartier, dans le sud de la ville. « Comme la plupart des bus ne sont pas adaptés, je n’ai souvent pas d’autre choix que de me déplacer en fauteuil. » Ce qui est loin d’être une partie de plaisir.

« C’est dangereux pour les voitures et surtout pour moi. »

Céline Poggi pointe les trottoirs sans bateaux. Mais aussi les voitures mal garées qui l’empêchent d’y accéder. Alors, souvent, elle doit rouler sur la chaussée. À ses risques et périls.

Et puis il y a les poubelles en vrac, les traîtres devers, les trous dans la chaussée… Mais aussi les aménagements urbains qui compliquent la vie des personnes en fauteuil roulant. Comme ces barrières situées à l’entrée d’une zone commerciale et administrative voisine pour empêcher les scooters de rentrer. « Mais du coup, nous aussi, cela nous embête. »

« Il faut toujours être sur le qui-vive. »

« Quand on se balade, il faut toujours être sur le qui-vive, regrette Céline Poggi. On doit toujours faire attention à ce qu’il y a devant. Si la ville était plus accessible, je sortirais beaucoup plus souvent. »

A propos de Franck Seuret

Franck Seuret
Journaliste éco-social et documentariste. Spécialiste de la politique sociale du handicap.

Lire aussi

Falc et langue des signes : la crise sanitaire les a mis à l’honneur

Des interventions présidentielles qui se multiplient, des consignes sanitaires à transmettre… La crise liée au …

6 commentaire

  1. Avatar

    A Marseille, les municipalités se foutent des zhandis depuis fort longtemps, quel que soit le maire, et les associations n’ont jamais réussi à y changer quelque chose parce qu’il y a toujours d’autres priorités. Mais si la moitié des zhandis marseillais devenaient de fervents supporters de l’OM, Marseille deviendrait la ville la plus accessible du monde…

    • Avatar

      Bonjour, c’est beaucoup mieux à Paris !
      A Paris notamment dans le 12ème Arrondissement, on refuse les inscriptions sur les listes aux titulaires des nouvelles cartes CMI avec photo comme pièce d’identité prévu dans un Arrêté du 16 novembre 2018 pris en application des articles R. 5, R. 6 et R. 60 du code électoral.
      Pour l’accessibilité des boutiques qui appartiennent a la mairie de Paris, celle-ci profite de son influence pour renvoyer à plus de 9 ans, après avoir de plus fort réalisé des travaux pour compliquer l’accès des lieux et du stationnement. les commerçants en situation de handicap se voient interdit d’exploiter, de travailler et de circuler.
      ET de ce plaindre …. puisque le Nouveau Tribunal du 17 ème est dangereux pour les PMR et leur accompagnent.

    • Avatar

      Vous avez raison et j’approuve entièrement votre commentaire mais
      pour ce faire entendre par les responsables il faut profiter des elections municipales

  2. Avatar

    handicapés c’est pas être différents ce sont ceux qui provoquent les incivilités qui le sont . ce qui est terrible en plus ce sont les déjections sur les trottoirs quand vous roulez dedans vous en avez plein les mains je croyais que les français avaient compris la pub  » apprenez leur le caniveaux  » apparemment non. j’invite les maires a passer une journée en fauteuil dans leur commune ils comprendraient vite

  3. Avatar

    Il y a l’aménagement d’accord ; mais surtout la mentalité m’en foutiste et égoiste des gens.J’habite une zone pavillonnaire d’une ville de Seine et Marne .Aucune voiture des voisins (qui en ont souvent 2 ou 3) n’est rentrée au garage ni de jour comme de nuit.Stationnement sur les trottoirs ! Même les passagers de l’autobus l’attendent sur la chaussée.Alertée la police mets 2 ou 3 amendes au début …puis renonce ;on va pas se fâcher avec des électeurs pour un handicapé !
    Urbanistes et architectes à courte vue sont encore de lobbies puissants(sic défunte Loi 2005 !! )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial