Accueil > Autonomie > Parkinson : une appli pour se rééduquer à la marche avec Gainsbourg et Rihanna
Le tempo musical offre un repère aux personnes atteintes de la maladie Parkinson, pour les aider à retrouver une démarche plus fluide. © Capture d'écran Allodocteurs/France 5.

Parkinson : une appli pour se rééduquer à la marche avec Gainsbourg et Rihanna

Les chansons de Gainsbourg, Daft Punk ou Rihanna stimulent la rééducation chez certains patients parkinsoniens. Le tempo offre un point de repère, pour retrouver une marche plus régulière et plus rapide. C’est ce que démontrent les créateurs de BeatPark, une appli mobile capable de synchroniser la musique et la foulée du patient.

Et si les mélomanes étaient mieux armés pour lutter contre la maladie de Parkinson ? Probablement. La preuve avec BeatPark. Cette application musicale développée sur smartphone a en effet amélioré la marche de personnes qui en sont atteintes. En diffusant des chansons dans les oreilles de l’utilisateur, elle lui fournit un repère sonore sur lequel se caler afin de retrouver un déplacement plus fluide et régulier.

Ambiance rock, pop ou disco

Connectée à un capteur de mouvements, placé sur la cheville ou dans la semelle de la chaussure, l’application Android détecte d’abord la fréquence des pas. Grâce à des algorithmes, elle sélectionne alors un morceau de musique sur le même tempo. Variété, pop, rock, électro, disco… De Gainsbourg à Rihanna en passant par Abba, U2 ou Daft Punk, il y en a pour tous les goûts.

S’entraîner à marcher plus vite

Mais l’application va aussi entraîner le patient à accélérer la cadence, en jouant un morceau de musique au tempo 5 ou un peu plus rapide que sa vitesse de déplacement. « L’utilisateur n’en a pas forcément conscience, mais son cerveau va détecter ce décalage et essayer de combler le retard », explique Loïc Damm, chercheur en sciences du mouvement humain à l’Université de Montpellier et coordinateur du projet BeatPark.

L’outil est capable d’accélérer ou de ralentir légèrement une chanson sans nuire au plaisir d’écoute. Et si le marcheur change brutalement de cadence ? « Un nouveau morceau plus adapté succède alors au premier, après une transition où les deux sons se superposent sur le même rythme. Un peu comme un DJ enchaîne les disques », décrit Loïc Damm.

Pour les patients atteints de la maladie de Parkinson, plutôt habitués aux petits pas, l’exercice a aidé « à allonger la foulée » et donc « à regagner une meilleure condition physique ». En retrouvant au passage une démarche plus proche de la normale et plus sûre. Loïc Damm émet l’hypothèse que cet indice musical restaure également un meilleur schéma de marche : l’utilisateur va davantage soulever le pied, donc moins risquer de chuter.

Un certain sens du rythme requis

Cet appli mobile est un des fruits du programme de recherche européen Beat-Health, lancé en 2013. Piloté par l’Université et le CHU de Montpellier, aux côtés de facultés belge, irlandaise et espagnole, ce consortium a déjà déposé un brevet.

Des tests ont déjà été menés sur 45 personnes. Plus de la moitié s’est montrée réceptive à ce type de rééducation, qui nécessite une oreille douée « d’une assez bonne perception du rythme ».

Une nouvelle étude clinique démarrera à la rentrée sur 400 personnes en France. Objectif : valider définitivement les premiers résultats. Et comprendre précisément pourquoi l’outil fonctionne. Y a-t-il réactivation des circuits cérébraux lésés chez le patient parkinsonien ? Le cerveau compense-t-il en utilisant d’autres circuits neuronaux ? Les deux ?

Mise en vente espérée en 2021

Les réponses apportées pourraient alimenter l’espoir de retrouver une marche plus standard grâce à une utilisation récurrente. Même une fois retirés les écouteurs. Reste à savoir enfin quand l’application BeatPark sera disponible. « Entre mi-2021 et courant 2022 », espère Loïc Damm.

A propos de Florent Godard

Florent Godard
Journaliste en Pays de la Loire. Féru d’actu économique et sociale, amateur de nouvelles technologies.

Lire aussi

Panda Guide, un tour de cou ingénieux pour déficients visuels

Caméra intégrée et réalité augmentée pour une analyse fine de l’environnement. Objet connecté et communiquant …

2 commentaire

  1. Avatar

    Bonjour Encore une fois de plus, une preuve que la maladie de Parkinson n’est pas connue . Il faut savoir « qu’un, une malade parkinsonien (ne) ne peut pas faire 2 choses à la fois
    .Une bonne prise par un kiné améliore considérablement notre quotidien
    J’ai la maladie de Parkinson depuis plus de 17 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial