Accueil > Société > Covid-19 : le masque transparent devient visible
Comme souvent, un objet conçu pour répondre aux spécificités de personnes en situation de handicap - le Masque inclusif, à gauche, et le Masque sourire, à droite - s'avère utile à tous. © APF Entreprises et Greta Ventura/Odiora

Covid-19 : le masque transparent devient visible

Les masques transparents permettent aux personnes malentendantes de ne pas se retrouver exclues. Ils sont également appréciés de nombreux professionnels, comme les enseignants ou les commerçants. Les commandes explosent même si, pour l’instant, elles restent marginales. Et si, vous aussi, vous passiez au masque transparent ?

« Pour la première fois de ma vie, je ressens de manière négative ma différence. » En cause ? La généralisation du masque, pointe Charlotte Denoël, sourde profonde de naissance qui utilise le langage oral.

Dans une tribune récemment parue dans Le Monde, cette conservatrice en chef à la Bibliothèque nationale de France explique comment la généralisation de cette protection exclut des relations sociales les personnes sourdes et malentendantes. La société inclusive s’arrête là où le port du masque opaque devient la règle.

Au moins cinq millions de Français malentendants

Des limitations auditives moyennes à très graves touchent plus de cinq millions de Français. Or, pour nombre d’entre eux, la vue du visage de leur interlocuteur est cruciale dans l’échange. En effet, les expressions faciales ou les mouvements de la bouche les aident à comprendre la conversation. Vivre dans un monde masqué « oblige souvent » Charlotte Denoël « à sortir accompagnée pour accomplir des démarches administratives ou médicales ».

Sa surdité « ne devient différence que parce que les normes de la majorité la construisent en contrainte et en exclusion », analyse-t-elle. Or, « rien, dans la législation sanitaire actuelle, n’a été pensé pour prendre en compte ce nouveau facteur d’exclusion ».

Des masques transparents, protecteurs et inclusifs

Pourtant, la solution existe : le masque transparent. Sa bande en plastique laisse ainsi voir la bouche de la personne tout en assurant sa mission de protection.

Au moins deux modèles ont satisfait aux tests établis par la direction générale de l’armement pour un usage grand public : le Masque inclusif d’Asa Initia produit par APF Entreprises et le Masque sourire d’Odiora. Ils sont réutilisables, car lavables au moins 20 fois, à 60 degrés en machine.

Actualisation du 4 septembre. Deux autres masques sont également homologués : le masque Beethoven ;  le masque de LSF PI Tous.

Une alternative intéressante pour les professionnels

Jean Castex portant un masque inclusif aux universités du CNCPH, le 26 août.

Lors des universités d’été du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), le Premier ministre portait d’ailleurs un Masque inclusif.

« Au départ, la conceptrice du Masque inclusif, Anissa Mekrabech, l’a imaginé pour les personnes malentendantes, raconte Serge Widawski, le directeur national d’APF Entreprises. Mais on s’aperçoit que c’est une alternative intéressante aux masques opaques pour de nombreux professionnels. » Comme les enseignants, par exemple. En maternelle notamment.

Des masques utiles aux enseignants

Pour l’apprentissage du langage, « les enfants interprètent les signes vocaux en s’aidant du contexte et des informations transmises par les mimiques faciales, explique, dans Libération, Sylvie Plane, professeure émérite en sciences du langage à l’université de la Sorbonne. Pour les tout-petits, en particulier en petite section de maternelle, si l’adulte de référence porte un masque opaque, ça va devenir très compliqué. »

Et en CP où les élèves doivent travailler sur les sons, « ils risquent de rencontrer des difficultés lors de leur apprentissage de la correspondance entre ce qui est dit et ce que l’on entend », note Sylvie Plane. Idem en cours de langue étrangère.

Jean-Michel Blanquer a d’ailleurs indiqué sur France Inter, le 27 août, que le ministère de l’Éducation nationale allait en distribuer aux professeurs. « Quand c’est nécessaire », a-t-il précisé. Les fabricants confirment que des discussions sont effectivement en cours.

Plus faciles à supporter toute la journée

Le Masque inclusif est fabriqué par des travailleurs handicapés dans les entreprises adaptées d’APF Entreprises.

« Nous avons aussi des commandes de commerçants, d’Ehpad ou d’autres entreprises de services qui apprécient la convivialité du Masque sourire pour le contact avec la clientèle », précise Nathalie Birault, la fondatrice d’Odiora.  

« La conception de notre Masque inclusif fait que le nez et le bouche ne sont pas en contact avec la matière. Et il est anti-buée, ajoute Serge Widawski. Cela le rend facilement supportable tout au long de la journée, comme c’est la règle dans les espaces de travail et partagé, depuis le 1er septembre. » De grands groupes, comme Orange, Picard Surgelés, la SNCF…, ont donc décidé d’en équiper leurs collaborateurs.

Des spécificités d’une minorité à une utilité pour la majorité

Comme souvent, un dispositif ou un objet conçu pour répondre aux spécificités de certaines personnes en situation de handicap s’avère au final utile à tous. Certes, les masques transparents vendus à quelques dizaines de milliers d’exemplaires pour le moment représentent une infime partie des dizaines de millions de masques grand public vendus en France.

Et les vieilles habitudes ont la vie dure. Dès le lendemain de son intervention au CNCPH, Jean Castex était revenu au masque opaque…

Des prix plus élevés… qui pourraient baisser

De plus, le prix des masques transparents, deux à trois plus élevé qu’un masque tissu réutilisable classique – 10,95 € pour le Masque inclusif, 13 € pour le Masque sourire, 10 € pour le masque Beethoven, peut représenter un frein, pour le grand public, notamment (*). Le tarif pourrait toutefois diminuer avec l’augmentation de la production. Car les commandes s’envolent chez APF entreprises et Odiora. Les malentendants montrent la voie.

(*) Serge Widawski conteste cet argument dans une note détaillée publiée sur son compte Linkedin. Pour lui, le Masque inclusif pourrait être « une des solutions les plus économiques » en raison de sa durée de vie et de son utilisation quotidienne.

A propos de Franck Seuret

Franck Seuret
Journaliste éco-social et documentariste. Spécialiste de la politique sociale du handicap.

Lire aussi

Apprendre à t’aimer [M6] : un regard juste sur l’arrivée d’un enfant porteur de trisomie 21

 M6 diffuse ce soir un téléfilm mettant en scène un couple confronté à la trisomie …

15 commentaire

  1. Avatar

    Et où peut-on se procurer ce masque innovateur ?

  2. Avatar

    Enfin !!! on pense aux malentendants complètement coupés de toute vie sociale !! mais ce ne sont pas eux qui en ont le plus besoin, ce sont tous leurs interlocuteurs : médecins, infirmiers, commerçants … la liste est longue , car peu de personnes comprennent la gêne occasionnée par le masque, pour la compréhension des malentendants.

  3. Avatar

    J accueille une jeune fille sourde avec la maladie de hucher perte de la vue pourquoi payer un masque vraiment utile

  4. Avatar

    Bonjour. Avez vous vérifié vos sources ? Sur leur site, Civility fait référence à des normes qui correspondent au masque chirurgical

  5. Avatar

    suis intéresée urgent, car n mensonge encore l’éducation nationale ne fournit pas aux enseignants ou les commander ?

  6. Avatar

    Je doute de l’efficacité de protection de ces masques ouvert sur les côtés, l’idée est bonne mais cela revient presque au même que les visières…

  7. Avatar

    Oui je suis très intéressé. Pouvez vous me xirecsi je peux m’en procurer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial