Accueil > Autonomie > Sécurité sociale : cinq minutes pour comprendre les enjeux de la cinquième branche autonomie
Le principe d'une cinquième branche de la Sécurité sociale est inscrit dans la loi. Reste à définir les plans de la maison et à la construire.

Sécurité sociale : cinq minutes pour comprendre les enjeux de la cinquième branche autonomie

Une branche de la Sécurité sociale consacrée à l’autonomie va voir le jour. Un rapport doit être remis au Parlement dans les jours à venir pour définir ce que va financer la future caisse et avec quelles ressources. La couverture du 5e risque, la perte d’autonomie, sera un chantier majeur de la fin du quinquennat pour les personnes handicapées.

La crise sanitaire aura servi d’accélérateur. Le Parlement a acté, en juillet, la création de la cinquième branche de la Sécurité sociale. Complémentaire aux quatre autres – maladie, famille, accidents du travail et vieillesse, elle assurera « la prise en charge du soutien à l’autonomie ».

L’idée était en germe depuis au moins une vingtaine d’années mais n’avait jamais été concrétisée. La loi inscrit désormais ce principe dans le code de la Sécurité sociale. Et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), qui finance déjà certaines dépenses, assurera la gestion de cette nouvelle branche. Reste à lui donner corps.

Le gouvernement a confié à Laurent Vachey, fin connaisseur du dossier, la mission de formuler des recommandations. Notamment sur le périmètre du 5e risque et son financement. Cet inspecteur des finances, qui a dirigé la CNSA, doit rendre son rapport au Parlement d’ici le 15 septembre. Trois questions, au moins, se posent.

1  – Le handicap sera-t-il intégré dans la 5e branche ?

Le discours du gouvernement a longtemps été flou sur ce sujet. Mais, lors des universités d’été du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), Brigitte Bourguignon, la ministre déléguée chargée de l’Autonomie, et Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée de la politique du handicap, ont assuré que la nouvelle branche inclura bien les personnes handicapées.

2 – Quelles dépenses couvrira la 5e branche ?

Aujourd’hui, le soutien à l’autonomie des personnes handicapées passe, notamment, par la prestation de compensation du handicap (PCH) et l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH). Mais aussi par les crédits consacrés aux établissements et services médico-sociaux. Ou bien encore par les dépenses de l’Assurance maladie pour les aides techniques.

Marie-Anne Montchamp, la présidente de la CNSA, voit plus large. Lors de son audition au Sénat, elle y ajouté l’allocation adulte handicapé (AAH). Tout comme les pensions d’invalidité. Et même les aides accordées par l’Agefiph. Soit 42 milliards au total pour les personnes handicapées.

Selon la CNSA, la France consacre au soutien à l’autonomie, 24 milliards pour les personnes âgées et 42,3 milliards pour les personnes handicapées.

3 – Sur quelles ressources financières pourra s’appuyer la 5e branche ?

Elle devrait disposer, a minima, des crédits déjà dédiés à l’autonomie, dans le périmètre défini (avec ou sans l’AAH, les pensions, etc.). Mais les associations demandent à ce que la création de cette nouvelle branche permette, entre autres, de supprimer les dépenses restant à la charge des assurés et de revaloriser les salaires des aides à domicile. Ce qui suppose d’augmenter les recettes. Sophie Cluzel, elle, souhaite avant tout une meilleure utilisation des crédits existants.

« Le ressenti des personnes n’est pas à la hauteur des sommes que l’on investit déjà, a-t-elle insisté, devant le CNCPH.(…) Comment peut-on rationaliser la gestion ? (…) Il faut qu’on arrête de rembourser les aides techniques obsolètes alors qu’on ne rembourse pas des aides » plus adaptées a-t-elle donné en exemple. Le débat ne fait que commencer.

A propos de Franck Seuret

Franck Seuret
Journaliste éco-social et documentariste. Spécialiste de la politique sociale du handicap.

Lire aussi

5e branche autonomie : un rapport propose d’économiser 400 millions par an sur l’AAH

Commandé par le gouvernement, un rapport sur la 5e branche recommande d’intégrer l’AAH dans cette …

7 commentaire

  1. Avatar

    Quelle fourberie cache cette création d’une 5ème branche ?
    Dépenser mieux à enveloppe constante, certainement mais en rognant sur quoi, sur qui ?
    Le handicap devait être une des priorité de M. Macron. On l’a vu à l’oeuvre avec la loi Elan.
    Quels vont être les dindons de la farce ?

  2. Avatar

    AUGMENTEZ L AAH DE 902 EURO ETPASEZ LA A 996 EURO

  3. Avatar

    Encore une fois pour ne pas changer nous allons trinquer : les mesures d’économies arrivent avec cette 5 eme branche de la securite sociale, allons y franchement ils coutent chers, je pense qu ‘avec cette smala nous n’aurons jamais de répit, maintenant c’est laurent vachey qui est à l’ oeuvre, économies, économies. Que dire ? Bon courage et salutations à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial