Accueil > Accessibilité > SNCF : un tarif réduit pour trois passagers accompagnant un voyageur en fauteuil roulant
Cette réforme tarifaire met fin à une injustice : les proches du voyageur handicapé devaient payer un billet de première alors que le groupe n'avait pas la possibilité de voyager, ensemble, en seconde.

SNCF : un tarif réduit pour trois passagers accompagnant un voyageur en fauteuil roulant

Les espaces aménagés pour les personnes en fauteuil roulant n’étant situés qu’en première classe, la SNCF applique désormais un tarif spécial pour les voyageurs faisant le trajet avec elles. En plus de l’accompagnateur, qui bénéficie comme avant de la gratuité ou du demi-tarif, trois personnes ont le droit à une réduction de 30 % sur le prix d’un billet de première.

Pour les passagers en fauteuil roulant, à bord des TGV, c’est première ou rien. Les espaces accessibles sont en effet aménagés dans les voitures de première classe. Mais le voyageur paie le prix d’un billet de seconde classe. Et s’il justifie du besoin d’être accompagné, son accompagnateur bénéficie de la gratuité ou d’une réduction de 50 % (voir encadré).

Une revendication de longue date

Mais jusqu’alors ses enfants ou ses amis, par exemple, devaient s’acquitter du tarif de la première classe. Quand bien même ils n’avaient pas le choix de leur classe s’ils souhaitaient voyager à côté de leur proche en situation de handicap.

Sur un Paris-Marseille, par exemple, l’écart peut aller, selon les heures et les jours, de quelques euros à une cinquantaine d’euros. « Nous dénoncions cette situation depuis des années », précise Nicolas Mérille, conseiller national accessibilité d’APF France handicap.

Amis, collègues ou famille : désormais, c’est même tarif

La SNCF a fini par donner suite à cette revendication. En mars, elle a mis en place « un tarif accompagnant UFR », a confirmé le service de presse de la compagnie à faire-face.fr. 

Il ne concerne pas l’accompagnateur qui continue, en cas de besoin attesté, à bénéficier de la gratuité ou du tarif réduit de 50 %. Mais il s’applique à trois autres passagers voyageant avec la personne handicapée, en première classe. Qu’il s’agisse d’amis, de collègues ou membres de sa famille, adultes ou enfants. Ils ont droit à une réduction de 30 % sur le tarif première.

Souvent moins cher qu’en seconde

Très souvent, le prix du voyage sera donc même inférieur à celui du billet de seconde classe. Dans quelques cas, il restera supérieur, mais de quelques euros, seulement.

Exemple : vendredi 30 octobre, le Marseille-Paris de 9h00, en première classe, coûte 126 €. Avec la réduction de 30 %, le tarif tombe à 88 €. Soit 9 € de plus que le billet de seconde (79 €). Sur le train de 14h02, en revanche, le ticket de première classe à – 30 % coûtera 56 €. Moins qu’une seconde classe à 74 €.

À acheter en gare ou au 36 35

Pour le moment, il n’est pas possible de réserver ces billets en ligne. Il faut se rendre en gare ou en boutiques SNCF (au guichet ou sur les bornes libre service). Ou appeler le 36 35. Avec l’espoir de tomber sur un agent bien informé. Ce qui n’a pas été le cas, lors de nos deux tests téléphoniques.

« La force de vente gare a été informée du tarif et de ses conditions dès son lancement en mars, assure le service de presse, recontacté après ces essais infructueux. Et le détail de cette offre sera repris dans la prochaine version des tarifs voyageurs. » Alors, insistez ! À force, l’information, confirmée, finira bien par circuler…

Le mail de confirmation écrite de la SNCF.

La gratuité ou le demi-tarif pour l’accompagnateur

Pour votre accompagnateur, le billet est gratuit, hors coût de la réservation, si votre carte mobilité inclusion (CMI) invalidité comporte la mention besoin d’accompagnement, besoin d’accompagnement cécité, tierce personne, cécité et/ou étoile verte.

Une réduction de 50 % s’applique si votre CMI invalidité est sans mention. Ou si elle comporte la mention station debout pénible et/ou canne blanche.

Attention : la CMI invalidité n’est accordée que pour un taux d’incapacité d’au moins 80 %.

A propos de Franck Seuret

Franck Seuret
Journaliste éco-social et documentariste. Spécialiste de la politique sociale du handicap.

Lire aussi

Un concours photo européen désigne des lieux inaccessibles

Le concours photo du Forum européen des personnes handicapées a dévoilé le 30 novembre ses …

6 commentaire

  1. Avatar

    il est difficile de voir dans le TGV les toilettes qui ne peuvent recevoir les ♿alors que il qu’il a emplacements PMR.,en 2020 Paris /Les sables d’olonne !

  2. Avatar

    Nous allons voyager en TGV pour Noël Nous avons été en gare et les agents ne sont pas au courant Aucun moyen de pression Au téléphone on nous dit que c’est 1 seul passager qui peut avoir droit à la réduction Résultat comme d’habitude je voyage en 1ère classe avec ma femme (ma tierce personne) et nos enfants vont aller en 2nd classe afin de ne pas payer trop cher….comme d’habitude quoi… Que peut on faire ??? Est ce que cette nouvelle réglementation est en vigueur ???

  3. Avatar

    En France, concernant la question de l’accessibilité il y a encore beaucoup à faire. Les gens qui ne vivent pas avec une personne en fauteuil roulant ne se rendent pas compte de toutes les difficultés auxquelles il faut faire au quotidien. Mais gardons espoir, les choses bougent même si c’est lent.

  4. Avatar

    je complète en vous informant que ces tarifs sont disponibles depuis début décembre sur le site OUI.sncf permettant aussi la réservation d’une groupe comprenant un ou plusieurs personnes en situation de handicap (sans ou avec fauteuil), avec leurs guides et d’autres compagnons de voyage

  5. Avatar

    Je trouve inadmissible de ne pas faire de réduction aux handicapés
    Cela pas normal de faire payer plein pot les handicapés en fauteuil roulant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial