Jean-Christophe Parisot, préfet handicapé et chantre de la fragilité, est décédé

Publié le 20 octobre 2020 par Claudine Colozzi
Atteint de myopathie, Jean-Christophe Parisot a eu toute sa vie à cœur de porter la parole des personnes handicapées. © DR

Premier préfet handicapé de France, Jean-Christophe Parisot est décédé le 18 octobre à l’âge de 53 ans. Atteint d’une myopathie, ce père de quatre enfants et homme de foi, a toujours lutté contre les inégalités et l’exclusion. Son combat ? Permettre à toute personne en situation de handicap de prendre sa place dans la société.

Un jour, sa grand-mère lui avait dit : « Ce qui compte ce n’est pas le nombre des années que l’on vit mais ce que l’on en fait. » La vie de Jean-Christophe Parisot en est une parfaite illustration. Il est décédé le 18 octobre à l’âge de 53 ans. Premier préfet handicapé de France, ce haut fonctionnaire était devenu en 2002 le plus jeune diacre permanent de l’Église catholique.

« Soyez courageux. Aimez la vie. »

Nommé en 2007 au poste de délégué ministériel à l’Emploi et à l’Intégration des personnes handicapées, Jean-Christophe Parisot a favorisé le recrutement de personnes handicapées au sein de l’Éducation nationale. Il a aussi beaucoup œuvré pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur des personnes handicapées.

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1947268262082401&id=195188607290384

Le handicap, une chance pour notre société

Sur son compte facebook, Anne-Sophie Parisot a rappelé que son frère avait « consacré sa vie à la défense des exclus et des plus vulnérables », ne cessant d’affirmer combien « le handicap était une chance pour notre société ».

En 2016, Jean-Christophe Parisot avait accordé une interview à Faire-face.fr pour évoquer notamment la place des personnes en situation de handicap dans l’Église catholique. Auteur de nombreux livres, son dernier ouvrage publié en janvier 2020 est un  Manifeste des humains fragiles. Il y alerte sur la situation des oubliés de la République. « Si les humains s’inquiètent légitimement pour l’avenir de la planète, il y a une autre urgence encore plus impérative: reconnaitre aux humains fragiles leur rôle dans le développement durable. »

À lire aussi  le portrait de Jean-Christophe Parisot sur midilibre.fr

Comment 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de Confidentialité de Google et l'application des Conditions d'Utilisation.

Sujets :
Société