Accueil > Société > Droits des enfants en situation de handicap : ma vie après l’école
La Convention internationale des droits de l’enfant (Cide), adoptée en 1989 et ratifiée par la France un an plus tard, affirme, entre autres, son droit à la participation. © Adobe Stock

Droits des enfants en situation de handicap : ma vie après l’école

Laurent, Lise, Lolita, Ilyes… : ils ont de 5 ans et demi à 17 ans, sont atteints d’un handicap, et prennent la parole dans le dossier “Droits des enfants : ma vie après l’école” du magazine Faire Face. Un dossier pratique qui recense dispositifs, conseils, aides financières, contacts utiles pour favoriser leur participation.

Laurent, Lise, Lolita, Ilyes… : ils ont de 5 ans et demi à 17 ans, sont atteints d’un handicap et prennent la parole dans le dossier “Droits des enfants : ma vie après l’école” du magazine Faire Face. Un dossier pratique qui recense dispositifs, conseils, aides financières, contacts utiles pour favoriser leur participation.

Laurent passe une heure et demie chaque mercredi au centre de loisirs de Saint-Césaire-de-Gauzignan, dans le Gard. Ce petit garçon de 5 ans et demi, atteint d’une malformation cérébrale, ne parle pas et a du mal à tenir en place. Il y gagne en sociabilité même si le centre ne peut l’accueillir davantage, pour le moment.

Lise (photo ci-contre) « fait plein de chose en dehors de [sa] classe Ulis » : du trombone au conservatoire et de la danse à la MJC près de chez elle.

Lolita parle d’un « rythme fatiguant » entre l’école et les soins : « Je ne peux faire tout ce que font les autres enfants, comme certains sports ou jeux. Mais j’essaie. »

Ilyes siège au conseil de la vie sociale de son institut d’éducation motrice et explique : « Cela m’intéresse d’avoir des responsabilités. D’autres sont plus timides. Je les représente. »

Pierre, Lise, Lolita, Ilyes et les autres, tous en situation de handicap, racontent leurs copains, leurs activités, leurs difficultés… et, parfois, leur mise à l’écart.

Droit de participer

La Convention internationale des droits de l’enfant (Cide) affirme, entre autres, le droit à la participation. La loi handicap de 2005 pose le principe d’accessibilité à l’ensemble des lieux d’accueil collectifs sans discrimination. Essentiel pour s’épanouir, grandir et devenir citoyens même si, dans les faits, ce n’est pas toujours une réalité.

PCH, AEEH : deux prestations pour faciliter la participation

Que faire alors après l’école ? À quels organismes s’adresser pour financer une activité sportive, culturelle, artistique… ? La prestation de compensation du handicap (PCH) enfant et/ou l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) peuvent également venir en soutien puisqu’elles servent à compenser les surcoûts liés au handicap. Non seulement à la maison mais aussi pour les activités sportives, les vacances ou les sorties entre amis.

Droit de faire entendre sa voix

Que ce soit en établissement médico-social, à l’école, au sein d’une collectivité territoriale ou encore dans une instance nationale, les enfants en situation de handicap ont des opinions à défendre. Ce dossier dresse un tour d’horizon des lieux où ils peuvent s’exprimer et s’impliquer. « Il faut être à l’écoute des enfants, les meilleurs experts de leur vie », martèle Geneviève Avenard, qui a été pendant six ans, la défenseure des enfants. Il est temps que la société tende l’oreille.

 

L’AEEH & ses compléments : du temps et de l’argent pour votre enfant

En complément du dossier sur les droits des enfants, le magazine Faire Face publie un guide pratique consacré à l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH). Quelles sont les conditions d’attribution ? Comment bien remplir son dossier ? Que couvrent les compléments ? Quelles règles s’appliquent en cas de réduction d’activité professionnelle ou de recours à une tierce personne ?

À la présentation détaillée des dispositions réglementaires s’ajoutent conseils d’experts et foire aux questions sur des points très concrets, utiles aux parents dans leurs démarches. Le guide explique ce qui distingue AEEH et PCH et aide à choisir entre les deux. Il permet d’éviter de nombreux écueils et de mieux défendre ses droits et ceux de son enfant. Gratuit pour les abonné.e.s du magazine.

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

A propos de Valérie Dichiappari

Valérie Dichiappari
Rédactrice en chef.

Lire aussi

Bilal Hamdad : quand la peinture évoque le handicap

Parce que la trisomie 21 est peu représentée en peinture, Barbès-Rochechouart, l’œuvre du peintre Bilal …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial