Accueil > Santé > Vaccination : le même calendrier que les autres pour les personnes handicapées
La campagne de vaccination devrait démarrer début janvier dans les Ehpad, qui ont concentré un tiers des décès rapportés en France depuis le début de l’épidémie.

Vaccination : le même calendrier que les autres pour les personnes handicapées

La campagne de vaccination contre le Covid-19 se fera par étapes. Avec pour critère de priorisation, la vulnérabilité aux formes grave de cette maladie, à commencer par l’âge. La situation des personnes handicapées sera également appréciée selon ce critère.

« Handicap n’égale pas vulnérabilité. » Sophie Cluzel l’a rappelé, jeudi 3 décembre, sur France Culture. « C’est la situation de santé » qui sera prise en compte pour déterminer l’ordre de vaccination, a poursuivi la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées.

Ces dernières ne bénéficieront pas d’un accès prioritaire au vaccin. « Sauf si elles ont des comorbidités ou des problèmes de vulnérabilité liés à leur état de santé. » Comme tous les Français.

Étape 1 : les Ehpad

Il faut donc se référer au calendrier de la campagne vaccinale présenté par Olivier Véran, le ministre de la Santé, jeudi 3 décembre, sur le fondement des recommandations de la Haute autorité de santé, rendues publiques quelques jours plus tôt.

La première étape devrait démarrer en janvier. Elle concernera les résidents d’Ehpad et des unités de soins de longue durée. « Mais également les personnes âgées en situation de handicap hébergées dans les établissements collectifs », a souligné Olivier Véran. Il n’a toutefois pas précisé à partir de quel âge ces résidents handicapés en bénéficieront.

Étape 2 : les plus de 65 ans

Dans la deuxième étape, en février et mars, les personnes de 75 ans et plus seront concernées. En commençant par les plus âgées et/ou celles qui présentent une ou plusieurs comorbidité(s). Suivront les 65-74 ans. Avec priorité aux personnes présentant au moins une comorbidité si les doses prévisionnelles se révélaient insuffisantes.

Les professionnels du secteur de la santé et du médico-social de 50 ans ou plus et/ou présentant une ou plusieurs comorbidité(s) en bénéficieront également. Soit quelque 14 millions de personnes au total.

Étape 3 : les plus de 50 ans ou les personnes à risque

À partir d’avril, « la cible vaccinale » va s’élargir progressivement, a précisé Olivier Véran.

Au-delà, à partir d’avril, « la cible vaccinale sera progressivement élargie », a précisé Olivier Véran. Le ministre de la Santé a déroulé la liste par ordre de priorité. Pour commencer, les  personnes à risque de formes graves et de décès. Du fait de leur âge (50-65 ans) ou de leurs comorbidités.

Olivier Véran n’a pas détaillé ces dernières. Mais sans doute les pouvoirs publics se réfèreront-ils à l’avis du 29 octobre du Haut conseil de la santé publique. Ce dernier dresse la liste des personnes les plus susceptibles de développer une forme sévère de Covid-19.

Y figurent entre autres celles atteintes de sclérose en plaques, de la maladie de Parkinson, de quadriplégie ou d’hémiplégie, d’une tumeur maligne primitive cérébrale, maladie cérébelleuse progressive, maladie rare ou maladie du motoneurone ou bien encore d’une myasthénie grave. Mais aussi les personnes atteintes de paralysie cérébrale ou porteuses de trisomie 21 : elles présentent un « très haut risque vital ».

Les professionnels du secteur de la santé et du médico-social non encore vaccinés feront également partie de cette vague. Tout comme ceux exerçant une mission essentielle au fonctionnement du pays en période épidémique : sécurité, éducation, alimentation…

Étape 4 : les établissements pour personnes handicapées

Puis devrait venir le tour des résidents handicapés des institutions. Et, plus généralement, celui des personnes « vivant dans des collectivités où les conditions d’application des mesures barrières sont plus difficiles (prisons, établissements psychiatriques, foyers) » avait précisé la HAS. Si elles n’ont pas été déjà vaccinées auparavant car âgées de plus de 50 ans ou présentant des facteurs de risque.

Étape 5 : tous les autres

Enfin, viendra le tour des plus de 18 ans sans comorbidités. Sur la base du volontariat bien sûr. Car, Jean Castex l’a rappelé, la vaccination ne sera pas obligatoire. Mais elle est fortement conseillée.

A propos de Franck Seuret

Franck Seuret
Journaliste éco-social et documentariste. Spécialiste de la politique sociale du handicap.

Lire aussi

Vaccination ouverte aux personnes trisomiques et à certains patients à très haut risque

Les personnes adultes atteintes de trisomie 21 ou de certaines pathologies les exposant à une …

6 commentaire

  1. Avatar

    https://www.youtube.com/watch?v=Jnz8i6AbT9o

    https://reaction19.fr/action-en-cours/

    S’associer à la plainte relative aux « vaccins » – thérapies géniques, déposée le 16 décembre 2020 sous le numéro 20351000746, par l’Association Réaction 19, en qualité de partie civile

  2. Avatar

    Les paralysies cérébrales sont considèrées comme des Personnes à risque depuis Novembre 2020, leur condition de vie est considérablement impactée depuis mars 2020 : confinement en chambre pendant deux mois, port du masque obligatoire dans leur lieu de vie pour ceux qui ont de bonnes capacités cognitives,et absence de port de masque pour les autres, limitation drastique des visites,risque de forme graves du Covid 19 : ce ne sont pas des Personnes comme les autres .

  3. Avatar
    Guillotreau Liliane

    Madame Cluzel ne considère pas les résidants polyhandicapés en MAS comme population à risque pourtant ils présentent des comorbidités multifactorielles plus importantes que les personnes trisomiques qui elles sont prioritaires. C’est de la discrimination pure et simple au sein de la population des personnes souffrant de handicaps.

  4. Avatar
    MICHELE GONCALVES CAMINHA

    Bonjour

    Je suis née le 20/12/1946 et souffre depuis 40ans de Myasnie Gravis Généralisée.

    Aprés des années d’immunosuppresseur a hAUTE DOSE ET DE CORTICOIDE Á HAUTE DOSE, JE SUIS EN REMISSION TOTALE DEPUIS 3 OU 4 ANS ou GUERIE ??? jE CONTINUE á prendre de très petites doses de corticoide en jours alternes et de’immunosuppressuer (MICOPHENOLATE MOFETIL) en jours alternés également. Je diminue les doses toutes les 5 semaines

    PUIS JE ME FAIRE VACCINER PAR les vaccins ARN MESSAGER ?????Je veux bien être cobbaye

    MERCI DE M’AIDER
    PS. Je suis résidente fiscale en France mais je vis au Brésil. Je serai en France en Février pour plusieurs mois

  5. Avatar

    j’ai 92 ans et suis à mobilité très réduite. Quelle est la procédure pour obtenir la vaccination à mon domicile?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial