Accueil > Santé > Vaccination ouverte aux personnes trisomiques et à certains patients à très haut risque
L'ouverture de la vaccination « en très haute priorité » concerne quelque 800 000 personnes. ©8photo

Vaccination ouverte aux personnes trisomiques et à certains patients à très haut risque

Les personnes adultes atteintes de trisomie 21 ou de certaines pathologies les exposant à une forme sévère de Covid-19 sont désormais prioritaires pour la vaccination dès ce lundi 18 janvier. Le ministère de la Santé a établi une liste précise des patients concernés.

La stratégie vaccinale évolue en permanence. Les personnes adultes présentant des pathologies à « très haut risque » pourront se faire vacciner contre le Covid-19 à partir de lundi 18 janvier dans l’un des « 700 centres » de vaccination ouverts dès cette date sur le territoire, a indiqué Jean Castex, jeudi 14 janvier. Quel que soit leur âge. Comme les Français âgés de plus de 75 ans.

Recommandations du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale

Le gouvernement suit donc les recommandations du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (Cos). Le ministère de la santé a repris fidèlement la liste établie dans la note du Cos du 13 janvier (voir tableau ci-dessous).

Les personnes avec trisomie 21 font partie de la cible à « très haut priorité » selon les termes du Cos. « Les adultes pas les enfants », précise le cabinet de Sophie Cluzel, le secrétaire d’État chargée du handicap. Des études internationales en en effet montré qu’ils décèdent plus souvent du Covid-19.

Des pathologies spécifiques

Pourront également bénéficier en priorité d’un vaccin les patients atteints de :

– cancer et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie ;

– maladies rénales chroniques sévères dont les patients dialysés ;

– poly-pathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organe ;

– maladies rares et qui sont particulièrement à risque en cas d’infection (cette liste spécifique sera établie par le Cos et les filières de santé maladies rares) ;

  transplantés d’organes solides ou, par allogreffe, de cellules souches hématopoïétiques.

Prescription médicale obligatoire

Au total, cela concerne 700 000 à 850 000 personnes. Tous ces patients devront avoir une prescription médicale de leur médecin traitant pour bénéficier de la vaccination sans critère d’âge.

A propos de Franck Seuret

Franck Seuret
Journaliste éco-social et documentariste. Spécialiste de la politique sociale du handicap.

Lire aussi

Covid-19 et handicap : la peur de ne pas être admis en réanimation

Durant le premier confinement, plus d’un tiers des personnes handicapées craignaient de ne pas bénéficier …

3 commentaire

  1. Avatar

    Prioritaires, certes ! Mais impossible de s’inscrire dans toute la région nantaise en particulier. Tous les rendez-vous ont déjà étés attribués ! Comment exercer sa priorité ?

  2. Avatar

    Bonjour,
    Impossible aussi de s’inscrire dans la région rochelaise, à cause de la pénurie de vaccin.
    Vaccination a été annulée 2 jours avant la date prévue, pour ma belle-mère de 87 ans, idem pour le rappel.
    Prioritaire de quoi ?

  3. Avatar

    Bonjour, homme de 39 ans, avec trisomie 21 + obésité sévère + apnées du sommeil graves cloitrée chez lui depuis le 11 mars 2020. Impossible d’obtenir un rendez-vous dans tous les départements voisins : 84,13,30,05,06,04,83,26,07 etc etc…
    la PRIORITE, on en parle ???

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial