Nouvelle piste dans le traitement de la sclérose en plaques

Publié le 1 février 2021 par Olivier Clot-Faybesse
Article réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Synthèse des protéines
Grâce au succès de l’emploi de l’ARN messager, les pathologies auto-immunes comme la sclérose en plaques pourraient voir leur traitement révolutionné. Un espoir pour ces maladies invalidantes, encore méconnues et insuffisamment soignées. L’ARN messager occupe le devant de la scène depuis de nombreuses semaines. En effet, cette technologie innovante est à l’origine de l’obtention des premiers vaccins efficaces contre le Covid-19. Moins médiatisé est le bénéfice que l’ARN messager pourrait avoir dans le traitement des maladies auto-immunes, en particulier la sclérose en plaques, maladie évolutive et souvent perçue par les malades comme injuste.

Une cellule, un plan de montage, une protéine

Bien que complexe à mettre en œuvre, le principe de l’ARN
La suite est réservée aux abonnés du magazine.   Déjà abonné ? Se connecter