« Nous avons abandonné les enfants handicapés face aux violences sexuelles et à leurs conséquences »

Publié le 19 février 2021 par Franck Seuret
Article réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Dans la foulée des mouvements # MeToo et #MeTooInceste, les langues se délient sur les violences sexuelles envers les enfants. Mais ceux en situation de handicap, qui y sont surexposés, demeurent sous les radars. Entretien avec la docteure Muriel Salmona, psychiatre et présidente de Mémoire traumatique et victimologie

Faire-face.fr : Le gouvernement souhaite une évolution de la loi pour que tout acte de pénétration sexuelle commis par un majeur sur un mineur de moins de 15 ans constitue automatiquement un crime. Est-ce que ce seuil d'âge de non-consentement est pertinent pour les enfants ayant des troubles du neuro-développement (déficiences intellectuelles, autisme...) ?

Muriel Salmona : Nous demandons qu'il y ait un seuil d'âge spécifique pour ces mineurs en situation de handicap. Au même titre qu'il y en aura un pour l'inceste, à 18 ans. À défaut, les juges pourront continuer à se demander si un enfant âgé de 15 à 18 ans était consentant.

Prenons le cas d'une jeune fille handicapée mentale ayant un comportement ou des propos sexualisés. Comportement ou propos qui pourraient d'ailleurs être liés à une agression sexue

La suite est réservée aux abonnés du magazine.   Déjà abonné ? Se connecter