Accueil > Emploi > Trophées Femmes en EA/Femmes en Ésat : un vivier de talents féminins
Les Trophées Femmes en EA/Femmes en Ésat récompensent le parcours de femmes apprenant, s'adaptant, osant, et montrant la richesse du secteur protégé.

Trophées Femmes en EA/Femmes en Ésat : un vivier de talents féminins

Elles travaillent en entreprise adaptée ou en établissement et service d’aide par le travail. Handiréseau a remis le 11 mars ses trophées Femmes en EA/Femmes en Ésat à dix femmes, pour leur parcours professionnel en milieu protégé, ainsi qu’à un homme qui promeut la place des femmes dans le secteur protégé. 

Depuis sept ans, la société de conseil Handiréseau remet chaque année des prix à des femmes exemplaires travaillant en entreprise adaptée. Ils s’inscrivent dans l’élan de la journée internationale des droit des femmes du 8 mars. Objectif : mettre en valeur leur parcours dans leur entreprise, promouvoir la féminisation de ces secteurs et l’égalité professionnelle, en terme de recrutement, métiers, carrières.

64 lauréates, 9 400 votes en ligne

Ces trophées récompensent des femmes en situation de handicap ou non, salariées ou à des fonctions d’encadrement. Nouveauté 2021 : l’ouverture du prix aux travailleuses d’établissement et service d’aide par le travail (Ésat) et la remise du trophée #HeForShe, en référence au mouvement de solidarité de ONU Femmes France. Celui-ci distingue un homme reconnu pour ses actions en faveur de l’égalité professionnelle femmes/hommes.

Les 64 candidates ont été présentées conjointement par leur EA/Ésat et un client de cet EA/Ésat. Les partenaires de l’événement ont choisi chacun une lauréate, en tenant compte du vote du public. En janvier et février, plus de 9 400 personnes ont voté en ligne pour leur candidate favorite.

Investies dans la crise sanitaire

Parmi les dix lauréates, dont un lauréat, plusieurs ont mené une action en lien avec la crise sanitaire, comme Annabelle Humbert, couturière ayant confectionné des masques et sur-blouses bénévolement, ou Anne Commont, la seule  de l’entreprise capable de souder un fil plus fin qu’un cheveu sur des capteurs de respirateurs.

« Toutes les lauréates ont été choisies pour leur courage, leur investissement et leur capacité à prendre des risques. Risque d’évoluer, de changer de voie, d’aller vers le milieu ordinaire, d’affronter la pandémie », commente Dominique du Paty, présidente d’Handiréseau, à qui le magazine Faire Face a consacré un portrait dans son dossier spécial femmes de mars-avril 2021.

>>> Retrouver le live des trophées 2021.

Femmes : elles cassent les codes

Le magazine Faire Face consacre son dossier de mars-avril à des femmes qui agissent et donnent envie d’agir. Chacune dans son domaine (justice, santé, emploi, sport, parentalité…), toutes pour faire avancer la société.

En téléchargement gratuit pour les abonnés ou 2,90 € pour les non-abonnés.

 

A propos de Elise Descamps

Elise Descamps
Journaliste société, un pied dans le Grand Est, le cœur au plus près de ceux qu’elle interroge.

Lire aussi

Poids lourds : les chauffeurs handicapés se mettent en route

Le métier de chauffeur poids lourds peut être accessible aux personnes en situation de handicap. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial