Accueil > Droits > Discrimination > Lutte contre les discriminations : partagez vos idées, donnez votre avis
Le gouvernement a ouvert un espace de dialogue pour évaluer les dispositifs de lutte contre les discriminations, se prononcer sur ceux à venir et faire des propositions concrètes.

Lutte contre les discriminations : partagez vos idées, donnez votre avis

Dans la foulée de la plateforme antidiscriminations.fr, le gouvernement lance, ce jeudi 8 avril, une consultation citoyenne en ligne. Objectifs : que chacun puisse se prononcer sur l’efficacité des dispositifs de lutte existants et à venir. Mais aussi partager ses idées et bonnes pratiques pour en finir avec les discriminations.

Question : le développement du recrutement des personnes en situation de handicap permet-il de lutter contre les discriminations ? Entendez par-là, la prime à l’embauche de 4 000 euros dans le privé. Et l’objectif de 6 % d’apprentis en situation de handicap dans le public. Dix-huit des premiers répondants sont « D’accord ». Neuf sont « Mitigés » et six « Pas d’accord ». Suivent des « Arguments pour » et des « Arguments contre », sur lesquels il est possible de voter.

Une consultation de deux mois

Cet exemple est tiré de la rubrique “emploi” de la consultation citoyenne sur les discriminations, lancée ce 8 avril par Élisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, et Marc Fesneau, ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne. Une consultation en ligne de deux mois visant à évaluer les mesures de lutte contre les discriminations. Et à voir comment sont reçues les solutions nouvelles envisagées.

Comme celle à la rubrique “Accès aux soins” :  lutter contre les refus de soins auxquels se heurtent trop souvent les personnes en situation de handicap. À l’étude notamment, un “panier de soins” pour les résidents d’établissements médico-sociaux…

Emploi, logement, transport, accès aux soins…

Pour chacune des huit rubriques proposées (emploi ; logement ; transports ; sécurité ; accès aux loisirs ; accès aux services publics ;  accès aux soins ; assurances, banques, mutuelles), il est aussi possible de soumettre ses idées. Comme un « meilleur accès aux soins psychiques », toujours à la rubrique “Accès aux soins”. Et en bas de chaque rubrique, un bouton « Je saisis le Défenseur des droits » renvoie sur www.antidiscriminations.fr, la plateforme lancée le 12 février pour orienter les personnes victimes ou témoins de discriminations.

Un rapport au Premier ministre

Que deviendront les contributions des internautes ? Les deux ministres s’engagent à remettre au Premier ministre les résultats de la consultation, dont la restitution aura lieu le 30 juin prochain. Ils inviteront, par ailleurs, les auteurs des vingt contributions les plus soutenues à échanger avec le gouvernement.

Élisabeth Moreno souhaite faire de cette consultation « un temps fort d’échange et de propositions concrètes et pratiques ». Elle invite associations, entreprises et collectivités locales, à s’en faire le relais. APF France handicap encourage d’ailleurs fortement les douze millions de personnes en situation de handicap et leur famille à participer en nombre. Alors, à vos claviers !

A propos de Corinne Manoury

Journaliste action sociale, handicap et nouvelles technologies.

Lire aussi

podcast de Michaël Jérémiasz

Michaël Jérémiasz parle d’amour et de sexualité dans le podcast « Dis-moi oui, Handi »

Le champion de tennis en fauteuil et touche-à-tout Michaël Jérémiasz anime, depuis début septembre, un …

Un commentaire

  1. Bonjour je suis adulte handicapé 80% tierce personne, en 2004 j’ai aménagé dans un logement dont le bailleur est Erilia, j’ai dut demandé à Monsieur Borloo de sommer mon bailleur pour que ma baignoire à laquelle je ne pouvais accéder soit remplacé par une douche, mon état de santé s’étant dégradé j(ai du avoir recours à une tierce personne j’ai demandé à changer de garage pour en avoir un pour PMR qui était existant mais occupé par une personne valide rebelote devant le refus de mon bailleur j’ai du faire appel au Préfet et à la presse local le Progres pour l’obtenir, et le garage ne m’étant pas accessible en cas de panne d’ascenseur un emplacement PMR m’a été attribué qui a été rapidement squatté par des véhicules arborant des cartes PMR familiale ou de complaisances ou carrément d’un autre age ou d’un autre pays non Européen, Erilia a installé des arceaux les véhicule se stationnaient entre ceux ci, les emplacements on été refaits et deux autres si sont ajoutés il n’étaient plus attribués à ceux qui en ont fait la demande et les arceaux retirés, sans que j’en soit informé ni mon voisin qui est dans la même condition physique que moi et à qui un emplacement avait été attribué.Nnotre demande de faire venir la police Municipale pour verbaliser les véhicules en infraction il nous à été répondu que c’était hors de question, ces faits ne sont ils pas de la discrimination Erilia nous prélève le loyer et nous ne pouvons allez et venir comme nous le souhaitons, nous devons regrouper nos sorties et faire en sorte qu’il ni en ait plus qu’une par jour, et nous sommes persuadé ne pas êtres les seuls dans cette situation que ce soit sur des parking privé ou public les emplacement PMR sont systématiquement squattés et lorsque les force de l’ordre interviennent elles n’ont pas reçu la formation pour différencier la validité des macarons, je suis fatigué de lutter pour que mes droits soient respectés à quoi bon voter des lois si rien n’est fait pour les faire respecter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial