Irène Frachon, droit au cœur [France 3] : le combat d’une vie

Publié le 29 avril 2021 par Claudine Colozzi

Diffusé jeudi 29 avril sur France 3, un documentaire* revient sur l’infatigable combat de la pneumologue Irène Frachon dans l’affaire du Mediator. La réalisatrice Anne Richard l’a suivie durant le procès. Malgré la condamnation des laboratoires Servier le 29 mars dernier, la lanceuse d’alerte n’est pas prête à tourner la page, au nom des victimes.

« Dès qu’on me parle de cette histoire, je sens encore une colère qui devient une boule de feu. Ma colère est intacte. Je ne supporte pas qu’on ait fait ça à ces gens. Je ne le supporterai jamais. Ça a changé ma vie. Je ne peux pas croire que l’État français puisse laisser ça impuni. Les victimes de Servier, c’est toute ma vie. C’est quelque chose qui est inadmissible. »

La voix vibrante d’émotion, Irène Frachon se livre face à la caméra de la réalisatrice Anne Richard. Les deux femmes se connaissent bien. La journaliste a commencé à la filmer, durant l’été 2010 alors que la pneumologue de l’hôpital de Brest venait de sortir son livre Mediator 150 mg : combien de morts ?

Procès hors norme et détermination sans faille

Dans ce deuxième documentaire diffusé un mois après la condamnation, le 29 mars, des laboratoires Servier pour tromperie aggravée et homicides involontaires, la réalisatrice suit Irène Frachon durant ce procès hors norme. Dix ans d’instruction, sept mois d’audience, neuf mois de délibéré… La caméra d’Anne Richard se tient au plus près de celle dont la détermination semble sans faille.

En effet, elle filme la lanceuse d’alerte alors que cette dernière a momentanément choisi de ne plus parler à la presse. Et ce, pour ne pas interférer au déroulement du procès. Échanges avec les avocats des parties civiles, les victimes ou les proches des victimes… On perçoit l’immense attente d’Irène Frachon.

« Je continuais de filmer l’obsession d’Irène, celle qui ronge, qui absorbe plus de dix ans d’une vie, raconte Anne Richard. Cet acharnement qu’il faut savoir entretenir pour renouveler la patience et l’espoir. Secrètement, j’attendais qu’une vérité judiciaire advienne pour voir si l’obsession d’Irène pourrait enfin trouver une fin. » La dernière image laisse présager que la pneumologue Irène Frachon n’est pas décidée à s’en tenir là. Rendez-vous au procès en appel.

* Irène Frachon, droit au cœur, d’Anne Richard (Paris-Brest production). Diffusion jeudi 29 avril, à 22 h 30, sur France 3 dans La ligne bleue. À voir en replay sur france.tv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *