Accueil > Société > [TF1] : quatre raisons de regarder Mention particulière, bienvenue dans l’âge adulte
À 23 ans, diplôme en poche, Laura se rêve en chroniqueuse radio. © Philippe Le Roux/ TF1

[TF1] : quatre raisons de regarder Mention particulière, bienvenue dans l’âge adulte

Diffusé ce soir à 21 h 05 sur TF1, Mention particulière, bienvenue dans l’âge adulte raconte la quête d’indépendance de Laura, apprentie journaliste porteuse de trisomie 21. Deuxième volet d’un téléfilm qui avait réuni près de 6,5 millions de téléspectateurs en 2017, il aborde les difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap. Faire-Face.fr a beaucoup aimé ce téléfilm et vous dit pourquoi il faut le regarder.

1. On avait envie de savoir ce que devenait Laura, première bachelière porteuse de trisomie 21

On avait laissé Laura tout à son bonheur d’avoir décroché le bac après moult difficultés. Trois ans plus tard, on la retrouve apprentie journaliste, stagiaire dans une station de radio toulousaine. Cantonnée aux cafés et aux photocopies, la jeune femme monte au créneau pour être reconnue comme une professionnelle à part entière. « Je veux être traitée comme n’importe qui. Pas comme un problème à régler », assène-t-elle au rédacteur en chef d’un ton bravache.

Le téléfilm traite avec finesse – et humour – des obstacles qui peuvent se dresser entre un monde valide peu ouvert à la différence et une personne porteuse de trisomie 21 qui souhaite se faire sa propre place.

2. Marie Dal Zotto est touchante

En 2017, son interprétation de Laura a valu à Marie Dal Zotto le prix du jeune espoir féminin Adami au festival de la Fiction TV de La Rochelle. Une reconnaissance justifiée. La jeune femme est particulièrement émouvante. Dans ce deuxième volet, la lycéenne est devenue une jeune adulte qui aspire à un poste de chroniqueuse radio. Et, qui rêve de tomber amoureuse. Sa détermination mêlée de naïveté un peu fleur bleue la rend très attachante.

3. Les personnages des parents sont justes

Bouleversés par les envies d’émancipation de leur fille, les parents, joués par Bruno Salomone et Hélène de Fougerolles, sont crédibles dans leur questionnement. Laura est-elle prête à prendre son envol ? Ne va-t-elle pas souffrir en tombant amoureuse ? Saura-t-elle s’adapter au monde du travail ? Il n’est pas aisé de laisser son enfant voler de ses propres ailes. Mention particulière 2 traite sans pathos ni mièvrerie ce thème universel.

4. Le téléfilm aborde les préjugés liés à la trisomie 21

« Il faut aller vite, il faut s’adapter. Et les gens ne sont pas toujours sympas », explique le rédacteur en chef à Laura, pour justifier qu’il va lui être difficile de faire sa place dans la rédaction. Ce à quoi la jeune fille répond du tac au tac : « Ça ne me change pas beaucoup de ma vie de tous les jours. J’ai l’habitude ! »

Il est plus qu’appréciable de voir une fiction grand public évoquer des questions aussi cruciales que l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap, la recherche d’un logement, l’aspiration à une vie amoureuse et sexuelle…

Mention particulière, bienvenue dans l’âge adulte à 21 h 05 sur TF1. Rediffusion le 24 mai à 13 h 55. En replay sur MYTF1

A propos de Claudine Colozzi

Journaliste société - culture, mettant en valeur des femmes et des hommes au parcours inspirant.

Lire aussi

Béatrice, naturiste et lourdement handicapée : « Je n’ai pas honte de mon corps »

La Fédération française de naturisme a lancé une campagne pour promouvoir la nudité saine et …

Un commentaire

  1. L’histoire sonne très vrai, très juste, comédiens tous très juste, vraiment chouette téléfilm. J’avais vu et beaucoup aimé le premier, merci, à bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial