Accueil > C'est mon histoire > Béatrice, naturiste et lourdement handicapée : « Je n’ai pas honte de mon corps »
La photographe Tamara Hauvuy a réuni des naturistes, des non naturistes, de toutes morphologies, couleurs de peau, âges, afin de montrer la diversité des corps. © Tamara Hauvuy/Fédération française de naturisme

Béatrice, naturiste et lourdement handicapée : « Je n’ai pas honte de mon corps »

La Fédération française de naturisme a lancé une campagne pour promouvoir la nudité saine et naturelle et dire stop au body shaming (humilier quelqu’un sur des critères physiques). La photographe Tamara Hauvuy a photographié vingt naturistes et non naturistes de toutes morphologies. Parmi eux, Béatrice Starck, 66 ans, tétraplégique, qui pratique le naturisme avec son mari Christian depuis près de quarante ans.

Affiche de la campagne #stopbodyshaming. © Tamara Hauvuy/Fédération française de naturisme

« L’envie de pratiquer le naturisme est née d’une réflexion entendue sur la plage de Nice, il y a une quarantaine d’années. En me voyant en maillot de bain, une femme s’est écriée : “Ils ne les ont pas tous brûlés dans les camps de concentration !” Imaginez la violence de l’agression. Juste après, nous avons passé nos vacances dans un centre naturiste et j’ai constaté que le regard n’était pas du tout le même.

Le naturisme est devenu un mode de vie

Entre naturistes, on se regarde droit dans les yeux. Les relations sont beaucoup plus franches. Depuis, c’est devenu un mode de vie pour mon mari et moi.

Handicapée depuis ma naissance, atteinte d’une arthrogrypose, j’ai eu deux enfants. Et je suis sept fois grand-mère ! Petits, mes petits-enfants m’appelaient “Mamie Cars” du fait de mon fauteuil électrique. Des réflexions désobligeantes, j’en ai entendu tout au long de ma vie. Mais j’ai toujours assumé mes choix.

Je suis une personne comme une autre

Quand on m’a proposé de participer à cette campagne de la Fédération française de naturisme, j’ai été très enthousiaste. J’ai tenu à poser pour montrer que je n’ai pas honte de mon corps. Et pourtant, je suis lourdement handicapée. Mais le message que je souhaite faire passer, c’est que je suis une personne comme une autre. Je n’ai pas envie de me cacher. Le monde du naturisme est beaucoup plus tolérant que la société en général. D’ailleurs, de plus en plus de personnes en situation de handicap le pratiquent.

Je suis bien dans mon corps. Je n’ai jamais considéré le fauteuil comme un frein. Avec mon mari, nous avons créé une association Handicap Aventure. Depuis près de trente ans, nous proposons aux personnes en situation de handicap des activités à sensations extrêmes, des randonnées, des voyages, des sorties spéléologiques. »

A propos de Claudine Colozzi

Journaliste société - culture, mettant en valeur des femmes et des hommes au parcours inspirant.

Lire aussi

Stef Binon fait son one-woman sit-up show au festival d’Avignon

Tétraplégique depuis l’âge de 14 ans à la suite d’un accident de gymnastique, Stéphanie Binon, …

5 commentaire

  1. Christian GUILLAUME

    A méditer par les gens pas informés qui croient que le naturisme n’est qu’une affaire de « culs nus ». Cette magnifique initiative de la FFN, avec une photographe qui a bien compris et traduit le message, met en exergue l’une des valeurs éthiques fortes du naturisme : le respect total d’autrui, y compris du corps et de l’apparence physique d’autrui.
    Et bravo à la journaliste qui, elle aussi, a compris et transcrit cette valeur éthique forte du naturisme.

  2. Qu’est-ce qui a bien pu se passer dans la tête des humains pour qu’ils estiment que le corps devait forcément être caché, du moins certaines parties du corps? Pourquoi devrions-nous cacher nos seins, nos fesses, notre vulve ou notre pénis, nos cheveux (pour les adeptes d’une certaine religion, mais c’était aussi le cas en Franc il y a un siècle)?
    Ce n’est que notre corps tel que la nature l’a fait, et notre corps, c’est nous.
    C’est pourquoi il est réconfortant de voir ici des gens qui n’ont pas honte de leur corps, qui ont un rapport sain envers la nudité, quand tant d’autres meurent de peur à l’idée qu’on puisse les voir nus et mourraient de honte si tel était le cas. Triste est aussi la situation de ceux qui sont mal à l’aise quand ils voient des gens nus. Ce n’est pas sain, cette pudeur, c’est un trouble psychique et sexuel.

    • Suis handicapé et naturiste avec carte FFN et j’aimerais savoir, si vous connaissez un site pour handicapés naturiste et surtout lieux adaptés pour y pratiquer le naturisme.
      Je suis dans un club près de Nantes et pas complètement adapté
      Merci d’avance
      Florent

  3. Bonjour, je suis handicapé de 53 ans et naturiste de longue, et je me plais à faire du naturiste, car pour moi il ni a plus de barrières, tout le mon de est pareil, on se regarde pas, on vie nu tout simplement.
    Y a t’il un lien ou site pour handicapés naturiste, je serais intéressé pour partager cette manière de vie très agréable, et connaître des lieux adaptés
    Florent de Nantes

  4. bonjour, oui je connais bien faireface, je dis bravos à tout les handicapés (h f) qui pratiquent le naturisme ,il n’y a pas de honte à se montrer nu en ayant un handicap ,moi j’ai 76 ans handicapé de malentendant ,de mes membres de mon corps
    le sale virus covid19 a bien abîmé les handicapés les personnes âgées seul ,peur de la vie ,peur dêtre seul
    je suis seul ,je suis divorcé ,j’ai aidé mon ex conjoint à vivre chez moi pendant le confinement ,l mon ex conjoint à peur de retourner à son appartement
    savoir aimé , savoir écouter pendant l’épreuvre ,je suis croyant ce n’est pas Dieu qui nous a envoyé le covid19 ,Dieu nous laisse libre voilà je vousdis à bienôt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial