Accueil > Vie Sociale > J-1 avant les Paralympiques, l’équipe de France vise les 35 médailles à Tokyo
Lors des jeux Paralympiques de Rio en 2016, la France avait récolté 28 médailles. Une performance que les Bleus aimeraient bien améliorer à Tokyo. © Grégory Picout/photothèque du CPSF

J-1 avant les Paralympiques, l’équipe de France vise les 35 médailles à Tokyo

Les jeux Paralympiques de Tokyo débutent le 24 août. L’équipe de France ambitionne de décrocher 35 médailles lors de la compétition prévue jusqu’au 5 septembre. Objectif : améliorer sa performance de Rio en 2016. En particulier, grâce au paracyclisme et au tennis de table.

La flamme des jeux Paralympiques va (enfin) s’allumer à Tokyo. Près de 4 500 athlètes s’apprêtent à en découdre dans une vingtaine de sports, avec à la clé… 540 médailles d’or à décrocher.

De quoi offrir l’embarras du choix aux amateurs de sports. Reste à composer son plateau TV. Pour cela, un calendrier des épreuves figure sur le site officiel du Comité international olympique (CIO). Petit rappel, n’oubliez pas de prendre en compte les sept heures de décalage horaire entre la France et le Japon.

Toujours sur le site du CIO, les novices découvriront les règles spécifiques à chaque sport, expliquées via de petites vidéos ludiques (mais en langue anglaise uniquement). La Fédération française handisport détaille aussi (de façon plus exhaustive) les règlements et classifications d’une foule de sports.

Un coup de pouce utile, en particulier pour comprendre les épreuves qui n’existent qu’en version handisport comme “la boccia”, un jeu assez proche de la pétanque. Et pour ne rien rater du parcours des Français en lice et réunir les supporters, APF France handicap a créé pour l’occasion un site web baptisé Cap Sport.

 

Le site du CIO propose de petites vidéos d’une minute expliquant les règles des différentes épreuves handisports présentes aux jeux Paralympiques.

Nouveaux sports paralympiques : badminton et taekwondo

Nouveauté 2021 : le taekwondo intègre pour la première fois la compétition. Tout comme le badminton. Une dernière discipline où plusieurs Français devraient s’illustrer, dont Lucas Mazur, double champion du monde de parabadminton.

Objectif : 35 médailles à Tokyo contre 28 à Rio

Ambitieuse, la délégation française et ses 150 athlètes visent un objectif de “35 médailles” a annoncé Jean Minier, directeur des sports du Comité paralympique et sportif français (CPSF) pour Tokyo. Il s’agira de faire mieux qu’au Brésil en 2016. La France avait alors récolté 28 médailles (dont 9 en or). Au tableau des médailles des Jeux de Rio de Janeiro, elle s’était hissée à la douzième place d’un classement dominé par la Chine (239 podiums) et le Royaume-Uni (147).

Attente : une pluie de médaille sur le cyclisme français

Porte-drapeau de l’équipe de France paralympique aux côtés de la judokate Sandrine Martinet, le tennisman Stéphane Houdet visera une nouvelle médaille aux Jeux de Tokyo. © DR

Quid des chances de médailles au sein de l’équipe de France ? Les regards se tournent naturellement vers ses porte-drapeaux : la judokate Sandrine Martinet, couverte d’or à Rio en 2016, et le tennisman Stéphane Houdet, multimédaillé paralympique et ancien vainqueur de Roland-Garros…

Mais pas seulement. Une pluie de médailles devrait par ailleurs arroser le paracyclisme français, emmené par Alexandre Léauté, Dorian Foulon, Kevin Le Cunff ou encore Marie Patouillet. Qu’il s’agisse des épreuves sur piste ou sur route. À noter également la présence de deux tandems redoutables, celui d’Alexandre Lloveras piloté par Corentin Ermenault et celui de Raphaël Beaugillet conduit par François Pervis.

Du côté du handbike (vélo couché), Riadh Tarsim et Loïc Vergnaud font figure de costauds. « À lui seul, le paracyclisme peut raisonnablement espérer dix à douze médailles », estime Norbert Krantz, manager de la cellule de la Haute-Performance de la Fédération française handisport.

Autre grande spécialité française, le tennis de table qui espère rafler plusieurs médailles, en simple et par équipes, avec les entrées en lice attendues de Thu Kamkasomphou, Fabien Lamirault ou encore Stéphane Molliens.

Espoir : Le Fur et François-Elie reines de la piste au Japon ?

Sur la piste d’athlétisme, les Françaises Marie-Amélie Le Fur (médaillée d’or en longueur et sur 400 mètres à Rio) et Mandy François-Elie (récente championne d’Europe sur 100 mètres et 200 mètres, médaillée d’argent aux derniers Jeux) devraient briller lors des Paralympiques.

Chez les hommes, il faudra suivre de près Timothée Adolphe, parmi les meilleurs mondiaux sur 100 et 400 mètres. Les concours de saut en longueur s’annoncent aussi passionnants, avec Dimitri Pavadé (catégorie T64) et Arnaud Assoumani, cinq fois médaillé paralympique et recordman du monde dans sa catégorie (T46) avec 7 m 82.

À ne pas rater, non plus, les Français Redouane Hennouni-Bouzidi (spécialiste du 1 500 mètres) ou encore Pierre Fairbank, l’une des très grandes figures de la course en fauteuil.

 

L’équipe de France nourrit de grands espoirs à Tokyo, quelques mois seulement après les championnats d’Europe d’athlétisme handisport (photo), où la délégation tricolore a remporté 30 médailles dont huit en or. © Florent Pervillé.

 

Promesses des Jeux : disciplines et favoris ne manquent pas

En natation, Ugo Didier, Alex Portal, Laurent Chardard et la nageuse Anaëlle Roulet accompagneront au Japon un autre grand nom du handisport : David Smétanine. Moins connu mais très prometteur, Guillaume Toucoullet pourrait, quant à lui, créer la surprise dans une toute autre discipline : le tir à l’arc.

Enfin, du côté des sports collectifs, les équipes de rugby en fauteuil et cécifoot (football à cinq joueurs, catégorie déficients visuels) nourrissent aussi de belles ambitions. Championne d’Europe sortante, l’équipe de France de boccia savourera, quant à elle, sa première participation aux Jeux. Pour découvrir plus en détail quelques-uns des favoris, Franceinfo vient de réaliser une série de portraits. 

Un petit inventaire à la Prévert loin d’être exhaustif.  Encore une fois, beaucoup d’autres Français devraient s’illustrer au cours de la quinzaine. L’occasion notamment de révéler les stars qui défendront les couleurs de la France aux Jeux de Paris 2024. Et donc de grossir le nombre de leurs supporters…

Des tribunes sans public

Tokyo doit jouer un rôle de tremplin vers Paris pour l’organisation française, qui espère déplacer les foules vers les stades dans trois ans. Les supporters… voilà ce qui manquera cruellement aux Paralympiques 2021, où les épreuves se dérouleront à huis clos.

Cent heures de direct à la télévision

Un spectacle à admirer cependant sans modération devant son petit (ou grand) écran. Les Jeux de Tokyo seront notamment diffusés, chaque jour, sur France Télévisions, avec plus de 100 heures de direct.

Un  site APF France handicap dédié aux Jeux

Pendant toute la durée des jeux Paralympiques de Tokyo, vous pourrez aussi lire des articles en ligne sur le site d’APF France handicap dédié à cet événement. Son nom : CAP Sport 2024. Un espace marquant également l’implication de l’association dans les jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024 et pour le développement de l’activité physique et sportive des personnes en situation de handicap. Résultats, interviews et portraits d’athlètes, présentation de différents sports… au programme du 24 août au 5 septembre.

A propos de Florent Godard

Journaliste en Pays de la Loire. Féru d’actu économique et sociale, amateur de nouvelles technologies.

Lire aussi

Marie-Amélie Le Fur : « Les Jeux de Tokyo offrent un vrai tremplin vers Paris 2024 »

Marie-Amélie Le Fur, 33 ans, a mis un terme à sa carrière lors des jeux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial